Warning: file_get_contents(/homepages/21/d700146989/htdocs/app700151556/wp-content/plugins/themeisle-companion/vendor/codeinwp/themeisle-content-forms/composer.json): failed to open stream: No such file or directory in /homepages/21/d700146989/htdocs/app700151556/wp-content/plugins/themeisle-companion/vendor/codeinwp/themeisle-content-forms/load.php on line 64

Ceux qui entendent des voix démoniaques

Les faits divers regorgent d’histoire d’hommes ayant commis un meurtre (parfois même plusieurs ou une fusillade) sous l’emprise de voix démoniaques. Ces affaires ont donné lieu à des procès où l’aliénation mentale a été clamée par la défense. Mais s’agit-il vraiment d’aliénation mentale ? De schizophrénie ? Ou de véritable possession démoniaque. Faisons un tour d’horizon de quelques affaires qui ont marqué l’actualité.

 




L’affaire d’Amityville

Cette affaire a été l’une des plus médiatisées aux États-Unis. La maison de la rue d’Océan Avenue dans la petite d’Amityville est devenue « la maison du Diable », après le sextuple meurtre qui s’y est produit.

Souvenons-nous : nous sommes dans les années 60. La famille Defeo achète et emménage dans une splendide demeure d’Ocean Avenue à Amityville, un quartier très huppé de la ville. Il s’agit d’un couple paisible et leurs six enfants. À première vue, rien d’anormal. Le couple et les six enfants vivent une existence paisible avant que n’arrive l’impensable.

Le 13 novembre 1974, Ronald Jr Defeo, l’aîné de la famille, âgé de 23 ans, prend le fusil de chasse de son père et assassine tous les membres de sa famille, un par un, chacun dans leur lit respectif. Une histoire qui fait froid dans le dos, d’autant plus que personne ne s’est réveillé après la première détonation ni les suivantes d’ailleurs. Les cadavres ont été retrouvés tous dans leur lit, personne n’a tenté de fuir, personne n’a entendu les bruits des coups de feu.

Ronald Jr se rendra à la police. Il dira avoir commis ces meurtres sous l’influence d’une voix démoniaque qui l’a poussé à le faire. Lors du procès, il criera son innocence, plaidera la possession démoniaque, mais sera condamné à la prison à vie, où il réside encore aujourd’hui.

Durant l’enquête, personne n’a pu expliquer comment ce jeune homme a pu tuer par balles sa famille sans que personne se réveille. Encore aujourd’hui, cette question reste posée. De cette histoire, on tirera plusieurs films, et la maison d’Amityville restera dans les annales de la criminologie comme la maison la plus hantée des États-Unis.

Alors, possession démoniaque ou folie meurtrière ? La question reste posée et ne sera jamais élucidée.

Pour en savoir plus sur cette histoire, je vous invite à lire l’article concernant la famille Defeo.

 

Le fils de Sam

Encore une histoire étrange et qui fait froid dans le dos.

Le fils de Sam est en réalité le surnom médiatique de David Berkowitz. Cet homme, au premier abord, n’a rien d’un tueur. C’est quelqu’un qui vit une existence normale. Pourtant, il sera accusé d’avoir tué au moins sept personnes et d’en avoir blessé au moins autant.

L’histoire se passe dans les années 70, à New York. David Berkowitz, un jour, sans que l’on sache pourquoi, se met à tirer au hasard, dans les rues. Cela durera plusieurs mois avant qu’il ne soit arrêté par la police. L’affaire de ce tireur fou a fait trembler tous les New Yorkais. C’est la panique à bord. Les médias s’emparent de l’affaire et un vent de terreur règne sur la ville. Les enquêteurs sont sur le qui-vive. Qui est ce tireur fou, ce meurtrier, qui envoie des lettres aux journalistes et qui se fait appeler le Fils de Sam ? Il sera finalement arrêté quelques années après la première fusillade.   

Lors de son procès, ultra-médiatisé, David Berkowitz dira entendre une voix démoniaque lui ordonnant de tuer. Bien sûr, il ne sera pas acquitté et purge sa peine dans une prison des États-Unis, où il s’est repenti et tourné vers la religion.

Là encore, on ne sait pas ce qui l’a poussé à l’acte. D’après le tueur, c’est un démon. D’après les psychiatres, il s’agit d’une aliénation mentale. Encore une fois, le mystère reste entier. Une histoire sur fond de secte satanique qui a fait couler beaucoup d’encre.

Pour lire l’histoire du Fils de Sam, cliquez ici.

 

Arne Cheyenne Johnson

L’affaire d’Arne Cheyenne Johnson est une affaire tirée des dossiers Warren, les célèbres enquêteurs du paranormal. Il s’agit d’un cas de possession démoniaque qui se termine par un procès connu sous le nom du « procès du Démon », encore une fois très largement médiatisé.

Arne Cheyenne Johnson n’a que 19 ans, lorsqu’il assassine froidement Allan Bono, son propriétaire, par arme blanche. Qu’est-ce qui l’a poussé à commettre un tel acte ?

D’après les Warren, qui ont enquêté sur l’affaire, Arne Cheyenne Johnson était possédé au moment des faits. Pour lire son histoire, cliquez ici.

Ce qui n’enlève en rien au macabre de la situation. Lors du procès, les Warren tenteront de plaider la possession démoniaque. Cette thèse ne sera pas retenue par le tribunal. Pourtant, avant le meurtre, Arne Johnson était un garçon calme, gentil, travailleur, qui avait le cœur sur la main. Il est impensable qu’un homme qui n’a jamais eu de pulsion meurtrière puisse commettre un meurtre de sang-froid, non prémédité.

Arne Cheyenne Johnson criera son innocence et le fait qu’il était possédé au moment des faits. Il le criera encore en prison où il subira plusieurs attaques démoniaques. Mais, personne ne le croira.

Possession démoniaque ? Aliénation mentale ? Folie meurtrière ? Encore aujourd’hui, le mystère reste entier.

 

Le procès de l’horreur à Nancy

L’horreur ne sévit pas qu’aux États-Unis, mais aussi près de chez nous. Et j’en veux pour preuve cette étrange et macabre affaire.

Nous sommes en France, dans la commune de Tucquegnieux (Meurthe-et-Moselle). Le 4 juin 2011, un père de famille massacre son épouse et son bébé de 15 mois et viole sa fille de 6 ans. Le tout guidé par une voix démoniaque.

L’homme a été appréhendé par les forces de l’ordre. Son procès, le procès de l’horreur, s’est ouvert en mars 2015. L’affaire est délicate. Pourquoi cet homme a-t-il poignardé à plusieurs reprises sa femme et son bébé et a violé sa fille et sa femme ensanglantée, avant d’avaler des cachets pour se donner la mort, le tout dans la même soirée ? C’est abominable, atroce. Le père de famille crie qu’il a été poussé par une voix démoniaque à commettre de tels actes horribles.

Folie meurtrière ? Délire schizophrénique ? Possession démoniaque ?

Le mystère reste entier.

Ces quatre affaires ne sont qu’un échantillon des histoires macabres que l’on peut trouver dans les faits divers. Affaire inexpliquée, non élucidée. Le doute demeure toujours. Tous ces personnages, ces meurtriers disent avoir été poussés par des voix démoniaques pour commettre leurs actes abjects. On peut parler de folie, mais on ne peut écarter la thèse d’une possession démoniaque.

Dans le livre « Les 7 + 1 Péchés Infernaux », je montre comment un quidam banal peut se transformer en un meurtrier sanguinaire, sombrer dans la folie, à cause d’une possession démoniaque. Les huit nouvelles de ce livre décrivent des personnes ayant des vies normales, mais qui tout à coup basculent dans la folie extrême. Ces histoires, bien qu’imaginaires, ressemblent beaucoup à celles que l’on trouve dans les faits divers.

Marie d’Ange

Pour aller plus loin





Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :