Dossier Warren : Arne Cheyenne Johnson

L’affaire Arne Cheyenne Johnson est encore une histoire tirée des dossiers Warren, une histoire de possession démoniaque qui se termine par un procès connu sous le nom du « Procès du Démon ». Cette affaire est le premier cas connu aux États-Unis dans lequel la défense a plaidé la possession démoniaque pour innocenter Arne Cheyenne Johnson d’un meurtre macabre commis sur Alan Bono. Voici la terrible histoire du « Procès du Démon ».




Quelques explications

Arne Cheyenne Johnson n’a que 19 ans lorsqu’il poignarde à plusieurs reprises Alan Bono, âgé de 40 ans, le patron de sa fiancée Debbie Glatzel. Pourquoi a-t-il commis un tel acte ?

Arne Cheyenne Johnson est décrit comme un garçon sympathique, gentil et travailleur. Rien en lui ne pouvait laisser présager des tendances meurtrières. Et pourtant…

Son histoire et son procès ont été largement médiatisés, surtout à cause de la présence d’Ed et Lorraine Warren. Ce fait divers a donné lieu à un film, plutôt à un téléfilm intitulé « The Case Demon Assassiner » et diffusé par NBC. Ce n’est pas la première fois qu’un film est tiré des affaires qu’ont traitées les Warren. On se souvient, notamment, de Conjuring ou d’Amityville.

D’après les Warren, Arne Johnson aurait commis ce meurtre alors qu’il était possédé par un démon. Cette thèse n’a pas été retenue par le tribunal et Arne sera condamné de 10 à 20 ans de prison pour homicide involontaire au premier degré le 24 novembre 1981 par la Cour Supérieur du Connecticut à Danbury. Il sera relâché pour bonne conduite 5 ans après.

À la fin du procès, il restera une interrogation : Arne Jonson était-il possédé au moment des faits ? Il semble que Lorraine Warren en soit totalement convaincue. Pour se faire une idée, découvrons l’histoire d’Arne Cheyenne Johnson et de la famille Glatzel, impliquée aussi dans le débat de la possession démoniaque.

 

Les débuts

Nous sommes en 1980, dans la ville de Brookfield dans le Connecticut. Arne Cheyenne Johnson est fiancé à Debbie Glatzel. Le jeune couple habite chez les Glatzel en attendant de trouver un logement.

À l’automne, le couple trouve une petite maison, très jolie, près de Brookfield, sur la route d’Hawleysville. La maison possède un petit puits à l’arrière. Ce détail prendra toute son importance dans la suite de l’histoire.

Le 3 juillet 1980, Arne et Debbie décident de nettoyer la maison avant d’y emménager. Pour les aider dans cette pénible besogne, ils font appel aux trois frères de Debbie, âgés de 11 à 14 ans. David, âgé de 11 ans, ressent une présence dans la maison.

Alors que tout le monde se met au travail, les jeunes frères découvrent dans l’une des chambres de la maison un matelas à eau ayant appartenu aux anciens locataires. Ils commencent à s’amuser avec leur trouvaille. David, lui, reste en retrait. Le matelas le met mal à l’aise. Soudain, il est poussé en arrière par un vieil homme fantomatique, sorti des murs, vêtu d’un jean et d’une chemise à carreaux. David s’effondre sur le matelas. Il entend l’homme lui dire de se méfier avant de disparaître.

David est terrifié. Il sort en trombe de la maison en hurlant de peur. Debbie, le voyant prendre ses jambes à son cou, croit que son petit frère, lassé de briquer la vieille maison remplie de toiles d’araignée, a trouvé une excuse pour s’esquiver.

À la nuit tombée, Debbie, Arne et les frères de Debbie retournent chez eux, chez les Glatzel où Judy, la mère et Carl le père les attendent pour le souper. Carl est mécanicien et Judy femme au foyer. Elle élève ses quatre enfants, trois garçons, dont David et sa fille Debbie, l’aînée.

Pendant le repas, David raconte ce qu’il avait vu dans la chambre au matelas à eau et comment l’homme à la chemise à carreaux l’a poussé. Personne ne veut le croire.

Dans la nuit, David fait un cauchemar et se réveille en pleurs. Plus tard, il expliquera avoir vu une bête noire terrifiante qui voulait lui faire du mal.

Les jours suivants, David est à nouveau visité par l’homme à la chemise à carreaux. Il raconte cette mésaventure à sa famille, expliquant que cet homme lui est réapparu sous un visage différent, comme brûlé, des yeux noirs, des dents acérées, des oreilles pointues et des pieds de cerf. Judy en a la chair de poule. Pour elle, son fils ne ment pas et a réellement vu cette bête horrible. Elle le croit.

À partir de là, les choses s’intensifient. Des bruits suspects sont entendus dans toute la maison. David commence à se tordre de douleur sur son lit, hurlant qu’il se fait frapper par la bête. Il voit des créatures immondes qui essayent de le tuer. Il entre dans des transes où il vocifère des obscénités, crie. Sur son corps, on peut voir des traces d’ecchymoses, de blessures. Sa mère est témoin d’une scène horrible : elle voit son fils tiré par des mains invisibles qui veulent l’étrangler. Une fois, David parle même en latin avec une voix grave comme sortie d’outre-tombe.

David souffre beaucoup. Il dit voir des démons autour de lui. Il dit que les démons veulent prendre son âme. Il dit que les démons le frappent constamment. Des marques de coups sont visibles partout sur son corps d’enfant.

Judy est terrorisée. Elle ne sait pas quoi faire pour aider son fils. La situation est invivable pour les Gretzel, qui dorment la journée et veillent la nuit pour surveiller David. Le petit est devenu incontrôlable. Il crache, mord, frappe et attaque même ses parents avec un couteau. Il faut agir vite avant qu’un drame ne se produise.

Judy décide d’aller voir le prêtre de sa paroisse, chose qui ne plut pas à Carl Gratziel, le patriarche de la famille et à Carl Junior, l’aîné des garçons. Carl et Carl Jr ne croient pas aux histoires de fantômes et aux entités maléfiques. Carl Jr devient même agressif et se moque du reste de sa famille. Il pense que son petit frère a besoin d’un médecin et non d’un exorciste.

Malgré cela, Judy part trouver un prêtre de l’église de Saint-Joseph, qui vient à la maison et la bénit. Cela n’a aucun effet sur David, qui continue à faire des crises de plus en plus violentes. Le prêtre dit à Judy qu’il y a bien une présence maléfique dans le corps du jeune garçon, mais qu’il ne peut pas tenter un exorcisme, car David, qui n’est pas en bonne santé, ne le supporterait pas. Sur les conseils du prêtre, Judy demande l’aide aux Warren. Elle avait entendu parler des Warren et avait même assisté à l’une de leurs conférences. Elle se rend à Monroe, dans le Connecticut, où le couple résidait à l’époque des faits.

Les Warren acceptent de l’aider. Ils se rendent chez les Glatzel accompagnés du docteur Anthony Giangrasso. À leur arrivée, Carl Glatzel ne veut pas les faire entrer. Mais Judy s’interpose. Lorsque Lorraine Warren voit le petit David, elle aperçoit une forme brumeuse à côté de lui, une entité maléfique qui semble s’approprier le corps du jeune garçon. L’enfant lui raconte tout ce qu’il se passe, tout ce qu’il endure, comment il est continuellement frappé par une force invisible, comment on tente de l’étouffer en l’étranglant… Il montre les marques de coups qui défigurent son corps. Debbie, Judy et Arne confirment les dires du garçon.

Pour les Warren, il n’y a plus l’ombre d’un doute : David est possédé et le démon est puissant.

L’état de David empire encore. À présent, il grogne, crie et récite des passages de la Bible en latin.

Ed et Lorraine Warren, durant leur enquête, ont été témoins de nombreuses manifestations surnaturelles. Ils ont vu des objets léviter seuls, le rocking-chair se balancer seul… Surtout, ils ont vu David faire preuve d’une grande force, ils l’ont entendu parler une langue étrangère et David a montré des dons de précognition. Le démon aurait même appelé le frère de David pour lui dire de se méfier de lui et a attrapé Debbie, qui un soir dans son lit, a senti une main l’agripper et la serrer très fort. Debbie a aussi vu la créature maléfique.

Trois exorcismes mineurs sont pratiqués sur David. Pour le premier exorcisme, quatre prêtres sont présents. De ces exorcismes, il existe des enregistrements audio. Lorsque les prêtres demandent au démon de se nommer, David récite alors une liste de quarante-trois noms de démons. Quarante-trois démons ont pris possession de son corps. En même temps, le jeune garçon se met à léviter et parle d’un assassinat à coups de couteau. Lors de ce premier exorcisme, David cesse brusquement de respirer pendant un long moment. Les prêtres croient qu’il est mort et arrêtent le rituel pour le réanimer.

Lorraine, pendant ces séances d’exorcisme, ressent que quelque chose d’atroce va arriver. Elle prévient la police de Brookfield et veut que l’on fasse un vrai rituel d’exorcisme. Mais, Nicolas Grieco, le directeur des communications du diocèse de Bridgeport, refuse pour le motif que la famille n’a pas consulté un psychiatre pour évaluer l’état de santé mentale du jeune garçon. En réalité, Judy avait emmené son fils chez un psychiatre. Ce dernier lui avait fait payer la consultation 75 dollars et lui avait dit que pour la prochaine séance, il fallait que toute la famille soit présente. La famille Glatzel n’a pas les moyens de payer une prochaine consultation et Judy a décidé d’en arrêter là avec la médecine.

 

Arne Cheyenne Johnson

Arne Cheyenne Johnson assiste à toutes les séances d’exorcisme. Il est témoin de la souffrance de David. À plusieurs reprises, il ordonne aux démons de le prendre lui et de laisser David tranquille. Il se met, même, à les insulter et à les provoquer. Ed et Lorraine Warren le préviennent que cette attitude est très dangereuse, qu’il ne faut jamais se moquer ou défier un démon. Mais, Arne ne veut rien entendre. Il ne supporte pas de voir son petit beau-frère souffrir, il ne supporte pas de voir sa fiancée souffrir de cette situation.

Arne Cheyenne Johnson est un garçon très sensible, un amoureux de la vie, un homme qui travaille dur sans jamais se plaindre. Voir ceux qu’il aime souffrir le met hors de lui. Mais, il n’aurait jamais dû provoquer les démons…

En effet, quelques jours après avoir provoqué les démons, Arne, alors qu’il se trouve à bord de sa voiture, est attaqué par un démon. Sa voiture devient subitement incontrôlable et va s’écraser contre un arbre. Arne voit le visage du démon. Il veut sortir de la voiture, mais les portes refusent de s’ouvrir. Heureusement, il sort de cet accident indemne. Ce qui n’est pas le cas de la voiture.

Plus tard, voulant en avoir le cœur net et ne sachant trop pourquoi, il ressent une irrésistible envie de se rendre à la maison près de la route d’Hawleysville, la maison qu’il devait louer avec Debbie, mais qu’en fin de compte il ne prend pas. Sur place, il se rend au puits situé derrière la maison et voit une bête immonde en sortir qui le regarde droit dans les yeux. Arne dira plus tard que c’est à cet instant que le démon l’a réellement possédé.

Quant à David, ses crises cessent à ce même moment et le garçon est jugé normal par le médecin de famille.

Debbie et Arne quittent la maison familiale des Glatzel. Debbie trouve un emploi comme toiletteuse pour chien dans la boutique d’Alan Bono au Brookfield Pet Motel. Alan Bono met à la disposition du couple un petit appartement situé à côté du Brookfield Pet Motel. Le couple y emménage rapidement.

À partir de là, Arne commence à changer de caractère. Il devient nerveux, irascible, voire violent. Pourtant, c’était quelqu’un de calme, qui n’avait jamais eu de problèmes avec la justice. Il chantait dans la chorale de l’église, faisait des petits boulots pour gagner sa vie, avait même remporté le prix du meilleur livreur de journaux. Il avait utilisé l’argent de ce prix pour acheter une voiture à Debbie, afin qu’elle ne se rende plus à son travail à pied.

Mais, depuis quelque temps, il entre souvent dans des sortes de transes qui le transforment en un monstre. Tout comme David, il se contorsionne de douleurs, crie, vocifère, bave, grogne. Tout comme David, il dit voir une bête. Debbie ne sait pas quoi faire et a de plus en plus peur de son fiancé.  

 

Le meurtre d’Alan Bono

Le 16 février 1981, Debbie est au travail. Elle est accompagnée de Wanda (15 ans) et Janice (13 ans), les sœurs d’Arne, ainsi que Mary (9 ans), leur cousine. Tout ce petit monde est venu voir comment Debbie travaille et s’occupe des chiens.

Alan Bono, le gérant de l’affaire, vient à son tour au chenil. Alan Bono était un bon vivant, qui aimait parler de lui. Il s’attarde au chenil et fait la conversation aux filles en leur racontant toutes ses aventures de jeunesse. Les filles sont captivées. Plus tard, il les invite à déjeuner au petit centre commercial de la ville. Alan Bono boit beaucoup de vin pendant le repas. Arne, qui rejoint Debbie pour le déjeuner, boit aussi un peu de vin. Alan Bono avait l’habitude de boire beaucoup.

Le repas terminé, toute la troupe rentre au chenil. L’après-midi se déroule sans accrocs. Arne répare le poste de radio d’Alan Bono qui est ravi et le prouve en montant le son. La musique devient assourdissante, assommante. Arne se sent fatigué nerveusement.

Le soir venu, Debbie envoie les filles chercher des pizzas. À leur retour, Alan Bono propose de les manger dans son appartement, qui se trouve au-dessus du chenil. Là, il allume la télévision et pousse le son à fond. Enivré, il se met à frapper la paume de sa main avec son poing, faisant encore plus de bruit, encore et encore.

Debbie sent que quelque chose de terrible va arriver. Elle veut rentrer, mais Alan Bono refuse de les laisser partir. Il attrape la petite Mary. Arne lui demande de lâcher la petite fille. Allan refuse. Alors, Arne Cheyenne Johnson en état de transe, grognant comme une bête, se jette sur lui et lui assène plusieurs coups de couteau. De là, toujours en grognant et en hurlant, il court en direction des bois. Il sera retrouvé à 3 km de la scène du crime, complètement hébété et sera incarcéré au centre correctionnel de Bridgeport et libéré sous caution pour 125 000 dollars.

Quant à Alan Bono, il est transporté à l’hôpital et décédera quelques heures plus tard des suites de ses blessures. L’arme du crime, le couteau d’Arne, a été retrouvée à côté d’Alan Bono.  

 

Le procès du démon

Le lendemain du meurtre, Lorraine Warren appelle la police de Brookfield pour leur expliquer qu’Arne Johnson est possédé par un démon et qu’il n’est pas responsable de ce crime atroce. Aussitôt, les médias s’emparent de cette histoire. Les Warren donnent une conférence de presse et promettent d’écrire un livre sur cette histoire pour expliquer tous les détails.

Arne Johnson fait appel à Martin Minnella, avocat, pour le défendre. Ce dernier devient subitement très connu. Il assigne les quatre prêtres qui avaient pratiqué les exorcismes sur David en justice et plaide la possession démoniaque pour sauver son client de la prison.

Le procès débute le 28 octobre 1981 devant la Cour Supérieur du Connecticut à Danbury. Le juge en place est Robert Callahan. Ce dernier rejette la thèse de la possession démoniaque et refuse de croire qu’Arne Johnson était sous l’influence d’un démon au moment du meurtre d’Alan Bono. Pour lui, il n’est pas question de mettre en place une telle défense, une défense aussi anti-scientifique. Alors, Martin Minnella fait valoir la légitime défense.

Le jury délibère pendant 15 heures sur trois jours. Enfin, le verdict tombe. Arne Johnson est reconnu coupable et est condamné pour homicide involontaire au premier degré à une peine de prison allant de 10 à 15 ans, le 24 novembre 1981. Arne Johnson fait 5 ans de prison et est libéré pour bonne conduite. À sa sortie, il épouse Debbie, qui l’avait attendu, et ne sera plus jamais ennuyé par un démon.

 

Après le procès

En 1983, cette affaire inspire un téléfilm qui est diffusé sur MBC. Ce téléfilm, « The demon Murder Case » ou « Le procès du démon » en français fait grand bruit et est suivit d’un livre écrit par Gérald Brittle avec la collaboration de Lorraine Warren, intitulé « The Devil in Connecticut ». D’après Lorraine Warren, tous les bénéfices du livre ont été partagés avec la famille Glatzel.

Ce livre est réédité en 2006. Carl Glatzel Jr et David Glatzel ont poursuivi l’auteur et l’éditeur pour violation de la vie privée et diffamation. Carl déclare que l’histoire de possession dont a été victime son petit frère David n’était qu’un énorme canular inventé par Ed et Lorraine Warren pour faire sortir Arne de prison. Il affirme que les célèbres démonologues avaient exploité sa famille afin de se faire connaître.

Carl Glatzel Jr a d’ailleurs lui-même écrit un livre intitulé « Alone Through The Valley », dans lequel il raconte sa version des évènements, version qui est bien différente de celle des Warren.

Quant à Lorraine Warren, elle se défendit en disant que son travail auprès de la famille Glatzel n’était que pure vérité et que plusieurs vidéos et enregistrements audio faits au moment des exorcismes sur David peuvent le prouver.

Quant à Arne Cheyenne Johnson et sa femme Debbie, ils ont toujours affirmé que toute l’histoire de possession diabolique était réelle et que Carl Jr a porté plainte simplement pour se faire de l’argent.

Dans cette affaire, plusieurs points restent flous, dont un qui me semble important : comment cela se fait-il qu’Arne, après le meurtre d’Allan Bono, ne soit plus possédé ? Serait-ce la prison qui a fuir le démon ? Je respecte le travail des Warren, mais je trouve que beaucoup d’histoire où ils sont impliqués restent vagues et inachevées. Mais le paranormal n’est-il pas vague et incompréhensible ? Véritable possession démoniaque ou folie meurtrière ? Je pense que l’on n’aura jamais la réponse, comme pour l’histoire d’Amityville. Par contre, je reste persuadée que les démons peuvent contrôler certains de nos actes. Découvrez d’autres affaires des Warren dans le livre « Les meilleurs dossiers Warren ».

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin


 




 

 

 

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :