le culte de la Santa Muerte

La religiosité est une plaie pour la foi. La religiosité entraîne le croyant vers l’occultisme, vers le New Age, vers l’idolâtrie et donc, éloigne le chrétien du Christ. Tous les disciples du Christ doivent rester vigilants devant ce phénomène, car Satan emploie toutes les ruses pour le faire tomber. C’est ce qui se passe pour les Mexicains qui vouent un culte à la Santa Muerte, la Sainte Mort. Ils sont tombés dans l’idolâtrie, et vénèrent Satan sans en avoir conscience. Explications.

 

Santa Muerte, le culte de la mort

Représentation de la santa Muerte. Notez une certaine ressemblance avec la représentation du démon Valac dans les films Conjuring 2 et The Nun

Beaucoup de chrétiens honorent traditionnellement des sains locaux. C’est le cas pour les Mexicains qui vénèrent la Vierge de Guadelupe et le paysan à qui elle est apparue, Juan Diego. Selon la tradition, la Sainte Vierge se serait montrée à Juan Diego, en 1531, et les Mexicains célèbrent ce miracle chaque année, le 12 décembre.

Mais, ces dernières années, un autre culte a émergé et s’est répandu dans tout le Mexique, celui de la Santa Muerte, un culte occulte et idolâtre qui s’est invité dans les rites et prières catholiques de nombreux Mexicains.

Tous les premier novembre de chaque année, les Mexicains organisent des processions afin de vénérer la mort. Ils offrent des pâtisseries sucrées à une idole qui a l’apparence d’un squelette et qu’ils appellent la Santa Muerte, c’est-à-dire la Sainte Morte, une sainte à la tête de mort. Cette sainte, symbolisée par une tête de mort, est même, à présent, rentrée dans les lieux de cultes, et a été érigée en icône dans des chapelles improvisées à travers le pays. Des pèlerins n’hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres afin de déposer aux pieds de ces statuettes monstrueuses disséminées dans tout le pays des oblations (fleurs, cigares, petites robes de mariée…) en échange de sa protection et de son soutien.

L’Église catholique a condamné cette pratique jugeant ce culte diabolique. En 2009, elle a décrété que toutes les prières à Santa Muerte étaient adressées au diable, et donc constituaient des péchés d’idolâtrie. Le gouvernement mexicain a refusé d’accorder à ce culte le statut de religion officielle. Les fidèles de la Santa Muerte sont souvent assimilés à des hors-la-loi et des trafiquants de drogue, donc à des distributeurs de mort. Malgré tout, de plus en plus de personnes rejoignent ce culte.

Santa Muerte symbolise la mort. Elle est l’équivalente de la Grande faucheuse chez nous en Europe. N’aurait-on pas idée de se prosterner, de vouer un culte, d’idolâtrer la Grande faucheuse, à moins bien sûr, de renier le Christ et de s’adonner au satanisme ? Car, c’est bien de cela qu’il s’agit. Ce culte de la Santa Muerte s’inscrit dans la continuité de cette philosophie New Age, cette religion de l’Antichrist qui nous fait adorer tout et n’importe quoi sauf le Christ.

Et, et c’est là où cela devient diabolique, on attire de nouveaux adeptes en leur faisant croire que cette sainte de la mort a le pouvoir de guérir ou de protéger. Donc, on l’affuble d’attributs positifs pour faire croire qu’elle est bonne. C’est clairement de la manipulation ! Et la Santa Muerte protégerait de quoi ? De la mort ? Du Diable ? Quelle folie !

Toute la religion New Age est une folie, une folie meurtrière, puisqu’elle ne permet plus la rédemption, refuse le Salut et donc la résurrection. Sous des dehors positifs et attractifs (soins du corps, soins de l’esprit, guérison, sérénité…), elle attire de nombreux adeptes. Tout cela est un mensonge monumental, une manipulation planétaire. Il est temps d’ouvrir les yeux sur ces pratiques. Il est temps de se réveiller. Nous ne devons plier le genou que devant Dieu.

Quasiment tous les responsables des Églises chrétiennes (catholique, méthodiste, orthodoxe…) nous mettent en garde sur le péché d’idolâtrie qui est condamné par la Bible. Rappelons que la religion New Age est une religion néo-païenne qui a « redonné vie aux divinités anciennes », aux anciens cultes, pour y mêler de la modernité. Et ce culte de la Santa Muerte est un exemple typique de cette nouvelle religion démoniaque, puisqu’il est issu d’une tradition païenne et est profondément antichristique, puisque seul le Christ a vaincu la mort sur la Croix.

 

Les différents noms de la Santa Muerta

Effigie de la santa Muerte érigée lors des processions.

Bien sûr, ce personnage hideux de la Santa Muerte empreinte de nombreux noms pour mieux nous perdre.

Elle est appelée la Flaquita (la maigrichonne), la Huesuda (l’osseuse), la Nina Bonita (la jolie fille), la Nina Santa (la sainte fille), la Nina Blanca (la fille blanche), la Hermana Blanca (la sœur blanche), la Senora Blanca (la dame blanche), la Senora Negra (la dame noire), la Señora de las Sombras (la dame des ombres), la dame Poderosa (la dame puissante), la Madrina (la marraine)…

Croyez-vous vraiment qu’avec ce genre de noms, cette dame de la mort soit une sainte ? Pensez-vous réellement que son culte est bon ?

 

Histoire du culte de la Santa Muerte

Le culte de la santa Muerte

Ce culte a une origine syncrétique. Il est issu de la rencontre entre les cultes préhispaniques des morts, des dieux aztèques et mayas relatifs à la mort, et les croyances de l’Église catholique. En fait, on a mêlé d’anciens cultes païens à des pratiques religieuses chrétiennes. C’est bien là le danger de la religiosité qui amène les adeptes à l’idolâtrie.

On a mélangé deux croyances : celle du dieu maya Ah Puch, dieu du monde souterrain décrit comme un squelette ou un cadavre et celle du dieu Mictlantechtli et de la déesse Mictecacihuatl, divinités aztèques de la Mort, de l’Obscurité, et du dieu Mictlan, divinité du Royaume des morts.

Si vous comprenez que ce culte de la Santa Muerte est en réalité un culte dédié à d’anciennes divinités, vous avez saisi que les Mexicains prient des démons. Celui qui connaît la Bible discerne ce dont je parle ici. Et pour ceux qui se posent des questions, j’explique cette pensée dans le Module 1 de la formation de démonologie.

Clairement, la Santa Muerte est la reprise à la façon païenne de la fête des saints catholiques, la Toussaint. 

Dans la tradition aztèque, on pensait que ceux qui décédaient d’une cause naturelle rejoignaient Mictlantecuhtli et Mictecacihuatl dans le Mictlan, c’est-à-dire le royaume des morts. Mais, avant d’atteindre le royaume des morts, les trépassés devaient franchir plusieurs obstacles : des déserts, des collines, un crocodile géant, un vent de pierres tranchantes, et une rivière que le mort devait traverser sur le dos d’un chien tué et offert en sacrifice lors de ses obsèques. Donc, les proches du disparu immolaient un chien pour que le mort puisse traverser cette rivière.

Mictlantecuhtli et Mictecacihuatl étaient les divinités à qui l’on confiait les morts. Les Aztèques les invoquaient, aussi, pour obtenir le pouvoir de la mort. On trouve encore des vestiges de leur temple dans la capitale antique du Mexique. La Bible condamne tous les cultes aux divinités, et donc ce culte-là qui est bien une pratique idolâtre.

Mais, une partie de ces croyances restent latentes dans la culture folklorique mexicaine et s’expriment de diverses manières. Beaucoup ont ressurgi avec la culture New Age, comme c’est le cas pour Santa Muerte.

On suppose que cette légende populaire de la Santa Muerte est née autour des années 1960, et qu’elle s’est transmise de bouche à oreille. On raconte que dans la ville de Catemaco, le visage de la Santa Muerte serait apparu à un villageois et que ce dernier serait allé demander au prêtre local de vérifier l’image et de la considérer comme sainte. Ce qui lui fut refusé. Mais son histoire fut importée partout, et bientôt, le culte de la Santa Muerte se répandit dans tout le Mexique. Or, et cela il faut bien le comprendre, ce culte est satanique et comme la plupart des cultes sataniques, il se propage vite, sans vraiment savoir d’où il provient précisément, sans avoir d’organisation fixe.

Aujourd’hui, la Santa Muerte est adorée par tous ceux qui mettent quotidiennement leur vie en danger, comme les pompiers. Mais beaucoup l’invoquent pour demander la guérison, ou la protection, ou pour retrouver des objets volés, ou pour retrouver de proches disparus.

Nous devons avertir les fidèles contre cette dévotion macabre à celle que l’on appelle Notre-Dame-de-la-sainte-Mort, ou Santa Muerte, qui tend à devenir un culte autonome. Cette idolâtrie est un véritable danger pour les âmes. Ce culte égare les chrétiens, car il véhicule une fausse vision de la mort et va à l’encontre des enseignements bibliques.

Des processions sont organisées, où l’on fait défiler dans les rues une statue de la Santa Muerte, sorte de squelette paré d’une longue tunique et couronné d’une auréole, qui parodie les représentations iconographiques de la Vierge Marie. En quelques années, ce culte occulte s’est répandu dans tout le Mexique, et même au-delà. Il faut dire que le contexte actuel du monde s’y prête : pauvreté, montée de l’athéisme, violence… Les gens sont perdus, ils souffrent, et donc, recherchent quelque chose pour combler le vide spirituel laissé par l’absence de Dieu.

Ce culte est un mélange de christianisme et de croyances précolombiennes issu directement de la culture New Age, cette religion qui englobe beaucoup de pratiques occultes et qui s’érige comme la nouvelle religion à la mode, mais qui n’est autre que la religion du Nouvel Ordre Mondial. Le New Age est une façon d’idolâtrer Satan sans le savoir. C’est l’une des plus grandes tromperies de ce siècle.

La Santa Muerte détourne beaucoup d’âmes de la Vérité. Elle rejette le Salut. Et il est temps de dénoncer tous ces cultes qui perdent les âmes, tous ces cultes que l’on croit bons, qui se présentent sous une figure bonne, mais qui sont en réalité très dangereux. Le Salut est le message d’espérance voulu par Dieu et donné par le Christ. Il est temps de réentendre le message du Christ et de replacer Dieu au centre de nos vies.

 

Ce culte de la Satan Muerte est l’exemple typique d’un culte idolâtre. Il montre combien la religiosité est dangereuse et combien elle mène à des aberrations. Beaucoup de chrétiens se font berner et manipuler par la religiosité, beaucoup de chrétiens, pourtant de bonne foi, font le jeu de la culture New Age en pratiquant d’anciens cultes païens. Il est temps d’ouvrir les yeux, de nous détourner de la religiosité, du New Age et de revenir à l’essentiel, c’est-à-dire à Dieu.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :