Les Raksasas, démons de l’Inde

Les esprits et les êtres démoniaques constituent des éléments importants de la mythologie hindouisme. Les textes sacrés hindous, appelés Veda, composés vers 1000 av. J.-C., décrivent de nombreux êtres démoniaques qui tourmentent les gens et qui œuvrent contre les dieux. Parmi ces êtres démoniaques, on trouve les raksasas ou rakshasa.

 

 

Description

Tableau de Krishna Hasyagar représentant un raksasas.

Le raksasas ou rakshasa est un être surnaturel, divinité déchue ou homme damné, car grands pécheurs et condamnés pour un temps à assumer la fonction démonielle. Le raksasas ne peut quitter cette fonction que s’il trouve un remplaçant. C’est pour cela qu’il s’acharne à détourner les hommes du droit chemin, à les faire tomber dans le péché.

Remarquez, chers lecteurs, que bien avant l’apparition du christianisme, il y avait déjà ces notions de tentation et de démons tentateurs, ainsi cette notion de péché. Les hindous pensaient que l’homme mauvais devenait un raksasas, un être errant et abominable. Dans le christianisme, l’homme mauvais devient un damné. Judas Iscariote est le premier damné de l’histoire du christianisme.

Nous savons que la mythologie hindoue a beaucoup influencé d’autres mythologies, ainsi que des religions. On retrouve d’ailleurs le raksasas dans le bouddhisme.

Ces êtres maléfiques se montrent tantôt sous une forme séduisante, tantôt sous la forme horrible d’un animal monstrueux : chevaux, tigres, lions, monstres à cent têtes… On les appelle aussi les « mangeurs d’hommes ». On raconte que lorsqu’ils trouvent un cadavre abandonné, ils mangent la chair pour ensuite entrer dans ce qu’il reste de leur corps et les animer. C’est ainsi qu’ils terrorisent les populations. On raconte aussi qu’ils aiment troubler par leur présence les rituels de sacrifice aux divinités. On leur jette alors du riz afin de les apaiser, qu’ils viennent chercher sous la forme d’oiseaux.

Le chef des raksasas est Ravana, un énorme géant avec dix têtes et vingt bras. Dans la mythologie hindoue, il est tué par le dieu Rama.

Les Indiens appellent raksasas le peuple voleur qui vivait sur l’île de Ceylan.

On raconte que c’est le souffle de Brahma, le dieu créateur-démiurge de l’hindouisme, qui a créé les rakshasas alors qu’il dormait. Dès leur création, ces créatures étaient tellement assoiffées de sang qu’elles ont commencé à dévorer Brahma lui-même. Ce dernier a crié « Rakshama » qui signifie « Protégez-moi ». Et Vishnu est venu à son secours et a banni tous les rakshasas (nommés d’après l’appel à l’aide de Brahma) sur Terre.

Les raksasas sont classés parmi les Yatudhanas, c’est-à-dire les êtres mythologiques qui consomment de la viande crue.

On représentait les rakshasas sous la forme de créatures énormes et féroces, changeantes, avec deux crocs dépassant du haut de la bouche et des ongles pointus en forme de griffes. Les rakshasas grognent comme des animaux, mangent de la chair humaine et sont insatiables. Ils peuvent sentir l’odeur de la chair humaine à des kilomètres à la ronde. Certains ont été décrits avec des yeux et des cheveux rouges vifs, buvant du sang. On les rapproche des vampires. Les raksasas peuvent voler, disparaître ou encore ont des pouvoirs psychiques et peuvent provoquer des illusions. L’équivalent féminin du rakshasa s’appelle la rakshasi.

 

Dans la mythologie hindoue

D’après la Ramayana (la plus courte des deux épopées mythologiques de langue sanskrite composées entre le IIIe siècle av. J.-C. et le IIIe siècle de notre ère) et le Mahabhrata (épopée sanskrite de la mythologie hindoue comportant 81 936 strophes réparties en dix-huit livres), les rakshasas étaient un peuple guerrier bon et mauvais à la fois. Ils étaient de puissants guerriers ainsi que des illusionnistes et de grands magiciens. Ils pouvaient changer de forme physique, créer des illusions, tromper leurs ennemis leur était facile. Certains étaient des mangeurs d’hommes, et apparaissaient à la fin des batailles pour manger les morts. Ce peuple guerrier était des mercenaires qui se mettaient au service du chef de guerre le plus généreux.

Ces épopées ont élevé certains des rakshasas en héros, alors que d’autres apparaissent comme de véritables barbares.

Dans la tradition bouddhiste

Le chapitre 26 du Sutra du Lotus comprend un dialogue entre le Bouddha et un groupe de filles rakshasa, qui jurent soutenir et protéger le Sutra du Lotus. Ces raksasas enseigneraient le Sutra du Lotus aux bouddhistes et protégeraient les adeptes.

Dans la tradition chinoise

Les raksasas sont connus sous le nom de luocha. Selon la légende chinoise, les raksasas étaient un peuple civilisé et végétarien appartenant à la race de Vidyadhara. Les Vidyadhara sont des êtres ayant l’apparence des hommes, doués de pouvoirs magiques, qui habiteraient l’air, et qui seraient des intermédiaires entre les hommes et les dieux. Ils sont bienveillants pour les hommes et se mêlent volontiers de leurs affaires.

Dans les variantes indonésiennes et malaisiennes du malais, raksasa signifie « géant », « gigantesque », « énorme et fort ». La variante malaisienne reconnaît le mot comme un équivalent officiel pur et simple de « monstre » alors que la variante indonésienne l’utilise plus dans un langage familier.

En bengali (langue indienne), le mot rakh-khosh est utilisé pour désigner une personne qui mange sans cesse, un glouton ou un gourmand.

Les raksasas sont des créatures démoniaques issues de la mythologie hindouiste. Selon la légende, ces êtres influenceraient les hommes et les pousseraient à faire le mal. Ils ne sont pas à proprement parler des démons, mais plutôt des damnés. On trouve, dans la démonologie occidentale, des êtres semblables, tantôt mangeur de chair (les vampires) tantôt des êtres monstrueux qui entraîneraient leurs victimes dans la désolation (les démons familiers, les babuces, les cabires, les courils…).

La mythologie hindoue est très riche en esprits et en êtres démoniaques. Les textes sacrés hindous, appelés Veda, décrivent divers êtres démoniaques, notamment les asuras et les pani, qui tourmentent les gens et œuvrent contre les dieux hindous. Les sittims, par exemple, sont des démons de forme humaine qui vivent dans les bois.

Il est très intéressant de remarquer qu’à une époque aussi primitive (le Veda a été écrit vers 1000 av. J.-C.) on parlait déjà des démons, d’êtres surnaturels, d’esprits qui faisaient du mal aux hommes. Était-ce parce que les hommes avaient une imagination débordante ? Ou simplement, et comme nous dit la Bible, les démons ont toujours influencé les hommes, ont toujours voulu détruire les hommes, et cela depuis Adam et Ève ?

Pourquoi ne voyons-nous plus ce genre de créatures aujourd’hui ? Parce que les démons n’ont plus besoin de se montrer avec autant de bruit, le monde est déjà sous leur influence. L’impiété règne partout, et sachez que si les démons se montraient comme ils le faisaient avant, les hommes retourneraient certainement à la foi. Donc, cela ne servirait pas leur intérêt. Tant que l’on ne croie pas en eux, on ne peut lutter contre eux. 

Courage, persévérance, bienveillance. Le combat est spirituel. 

 

Marie d’Ange

 

Pour aller loin

 

 

 

 

 

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :