Conjuring : Les dossiers Warren

Film d’horreur américain récent, « Conjuring : les dossiers Warren » s’inspire de l’histoire vraie d’une famille s’installant dans une vielle ferme délabrée et victime de phénomènes paranormaux et du couple Warren, démonologue et médium, les aidant à vaincre une entité démoniaque. Le film interpelle. Le film fait peur. Surtout lorsque l’on sait que le tournage a été mouvementé et que l’histoire réelle est encore bien pire que celle relatée par le film. Conjuring vous possède et n’est pas sans rappeler le film culte « L’Exorciste ». Une grosse suée d’effroi en perspective.

 

 

Box-office

Affiche du film

Titre original : The Conjuring

Titre français : Conjuring : les dossiers Warren

Réalisateur : James Wan

Sortie : 21 août 2013

Scénario : Chad et Carey Hayes

Musique : Joseph Bishara

Décors : Julie Berghoff

Costumes : Kristen M. Burke

Public : interdit en salles aux moins de 12 ans

Durée : 112 min

Sortie : le 19 juillet 2013 aux États-Unis, le 21 août 2013 en France

Pour son premier week-end dans les salles des États-Unis, le film détrône « Moi moche et méchant 2 » et se classe à la première place du box-office. En France, la première semaine de diffusion fait 377560 entrées se plaçant au 3e rang du box-office.

 

 

Distribution 

Vera Farmiga dans le rôle de Lorraine Warren

Patrick Willon dans le rôle d’Ed Warren

Ron Livingston dans le rôle de Roger Perron

Lili Taylor dans le rôle de Carolyn Perron

Shanley Caswell dans le rôle d’Andrea Perron

Joey King dans le rôle de Christine Perron

Mackenzie Foy dans le rôle de Cindy Perron

Kyla Daever dans le rôle d’April Perron

Joseph Bishara dans le rôle de Bathsheba

 

 

Synopsis et détail

Le vieux pacanier, l’arbre où se serait suicidée la sorcière, reconstitué pour les besoins du film.

« Conjuring : les dossiers Warren » s’inspire d’une histoire vraie. Il raconte l’horrible histoire d’Ed et Lorraine Warren, enquêteurs paranormaux et chasseurs de démons réputés dans le monde entier, devant la pire intervention de leur vie. En venant en aide à la famille Perron, récemment installée à Harrisville et terrorisée par une présence maléfique inquiétante et malsaine, les Warren seront contraints d’affronter cette créature démoniaque répondant au nom de Bathsheba et ils devront faire face à l’affaire la plus terrifiante de leur carrière. Comme le couple le disait souvent, avant Amityville, il y a eu Harrisville.

  • Pour écrire le scénario du film, Chad et Carey Hayes se sont beaucoup entretenus avec Lorraine Warren et la famille Perron, toujours vivants de nos jours.
  • Les jumeaux Chad et Carey Hayes voulaient raconter l’une des nombreuses expériences surnaturelles vécues par le couple Warren. Mais surtout, ils voulaient raconter cette histoire à travers deux points de vue : le point de vue des Warren, très croyants, et le point de vue de la famille Perron, victime de l’attaque démoniaque et non croyante. Le but étant de rendre le film encore plus effrayant en adoptant la position des Warren très religieux et catholiques et des Perron qui ne connaissent rien au paranormal.
  • Vera Farmiga, qui interprète Lorraine Warren, a pu bénéficier de précieux conseils de la véritable Lorraine Warren. La comédienne a même rencontré la médium. Ainsi, elle a pu s’investir et totalement se plonger dans son rôle. La véritable Lorraine Warren a aussi prodigué des conseils à Patrick Wilson qui n’a pu rencontrer Ed Warren décédé en 2006.
  • Lors d’une séquence du film, celle où les Warren donnent une conférence à l’université, le couple montre des images d’un exorcisme qu’il a pratiqué. L’histoire de cet exorcisme est vraie. Par contre, les images sont fausses. Elles ont été tournées par l’équipe du film en 16 mm puis déformées pour rendre la possession démoniaque plus intense.
  • James Wan, pour rendre son film plus effrayant, a utilisé des plans-séquences. Une caméra se déplaçait d’un bout à l’autre de la maison, sur l’épaule d’un caméraman. Ainsi, le spectateur suit de près l’acteur, il est derrière lui. Cela décuple la tension. De plus, le réalisateur use de zooms très lents qui apportent un véritable suspens.
  • Tout l’intérieur de la maison a été reconstitué en studio et aménagé en fonction de la nécessité des scènes. Il a fallu reconstituer les deux niveaux de la ferme s’étalant sur 550 m2. Plusieurs couches de plâtre ont été posées pour donner de l’épaisseur aux murs et d’importantes fissures ont été faites pour donner l’illusion d’une vieille maison et créer des zones d’ombre, des recoins. Pour que l’ensemble des 550 m2 du décor soit raccord, le directeur de la photographie John R. Leonetti a imaginé un cyclorama à 360°.
  • Les séquences chez Ed et Lorraine Warren ont été tournées dans une véritable maison. Le papier peint a été changé pour coller aux années 70.
  • Le musée de l’horreur a été entièrement reconstitué. Le véritable musée de l’horreur est toujours dans la maison des Warren et est béni une fois par semaine par un prêtre. Pour le film, des objets et des talismans divers ont été entièrement sculptés à la main.
Le véritable musée de l’Occulte. On y voit la véritable poupée Annabelle.
  • La poupée Annabelle est un personnage à part entière du film. Cette poupée est en réalité toujours enfermée à double tour dans une vitrine du véritable musée de l’occulte des Warren. Celle du film ne ressemble pas à l’originale. Elle est faite en porcelaine et complètement délabrée. La véritable poupée, que Lorraine Warren refuse toujours de croiser le regard, est en chiffon.
  • Patrick Wilson et James Wan ont déjà travaillé ensemble pour les films Insidious et Insidious chap 2. De même, la musique a été entièrement composée par Joseph Bishara qui a déjà collaboré avec le réalisateur pour la série Insidious.
  • Seule Kula Deaver fait ses premiers pas dans le monde du cinéma. On a pu croiser Mackenzie Foy dans le dernier volet de la saga Twilight, Joey King dans The Dark Knight, Hayley McFarland interprétant la fille de Tim Roth dans Lie To Me et Shanley Caswell est l’héroïne de la comédie horrifique Détention.
  • L’arbre situé devant la propriété près de l’eau est purement factice. Il est fait d’acier et de béton. Le travail pour représenter un pacanier vieux de 150 ans, alambiqué fut vraiment prodigieux. Une apparence féminine et hostile a même été donnée à l’écorce. Cet arbre est important, car il serait le lieu où Bathsheba, la sorcière qui hante la ferme, se serait pendue.
  • Toutes les scènes du film ont été tournées dans l’ordre chronologique. Le tournage s’est effectué entre février 2012 et avril 2012 à Wilmington dans le sud-est de la Caroline du Nord.
  • A sa sortie au cinéma, le film fut classé « R » pour « Restrited », c’est-à-dire interdit au moins de 17 ans non accompagnés.

 

 

Ed et Lorraine Warren

Lorraine et Edward Warren

Pour mieux comprendre l’histoire du film, il est indispensable de connaître Ed et Lorraine Warren. Edward Warren est né le 7 septembre 1926 et décédé le 23 août 2006. Lorraine Warren née Morran naquit le 31 janvier 1927. Edward est un vétéran de la Seconde Guerre mondiale en tant que marin pour l’US Navy. À la fin de la guerre, il devient agent de police avant de s’autoproclamer démonologue autodidacte. Par la suite, il devient écrivain et expert dans son domaine, donnant des conférences. Lorraine est médium. Ils fondent, en 1952, la New England Society for Psychic Research, le premier institut au monde sur la recherche paranormale. Ed et Lorraine Warren sont les premiers enquêteurs du paranormal, les premiers chasseurs de démons. Ils ont ouvert la voie aux investigations paranormales. Leur technique, leur façon de faire très professionnelle, les preuves qu’ils apportent font qu’on les prend au sérieux. Leur notoriété ne cesse de croître aux États-Unis et ils ont participé à des affaires très médiatisées ou connues, comme l’affaire d’Amityville. De plus, les époux Warren vivent des livres qu’ils écrivent, des conférences et ne demandent jamais d’argent aux personnes qu’ils aident.

Le musée de l’horreur est un véritable mausolée où sont entreposés des objets maudits ou hantés découverts à travers leurs enquêtes. Ce musée est encore dans la maison des Warren dans le Connecticut. Il est béni une fois par semaine par un prêtre.

Les enquêtes notables :

  • La maison d’Amityville,
  • The Demon murder thial, qui a donné lieu à la première défense, pour Arne Johnson accusé de meurtre, pour possession aux États-Unis lors d’un procès,
  • L’affaire du Loup Garou de Londres,
  • La poupée hantée Annabelle,
  • The Smurls, le cas d’une famille terrorisée par un poltergeist et dont le film « The Haunted » s’inspire,
  • Stamford, le cas d’une famille hantée par un esprit maléfique.

Les livres :

  • Délivrez-nous du Mal,
  • Le démonologiste,
  • Le Diable du Connecticut,
  • The Haunter,
  • Loup-Garou,
  • La récolte de Satan,
  • Les chasseurs de fantômes,
  • Dans l’obscurité,
  • Cimetière.

 

 

La véritable histoire des Perron

La famille Perron, photographie prise devant la ferme d’Harrisville

En novembre 1971, la famille Perron, Roger, Carolyn et leurs cinq filles emménagent dans une maison isolée de Rhodes Island à Harrisville. Pour eux, cette nouvelle demeure sonne comme un nouveau départ. La maison est immense, avec ses 17 pièces et son terrain gigantesque. Certes, la ferme, datant du 18e siècle, est vétuste, mais elle semble parfaite pour cette famille nombreuse. Mais très vite, des phénomènes surnaturels se produisent. Carolyn, alors qu’elle est dans son lit, voit  apparaître devant elle la tête d’une vieille femme pendant à côté d’un corps habillé d’une robe grise. Souvent, une voix résonne « Sors, Sortez. Je vais vous conduire à la mort et à la tristesse ». Parfois, une sorte de boule orange suintant du sang apparaît. Les portes se ferment seules, claquent ou ne veulent pas se fermer. Parfois, la famille entend la voix d’une petite fille criant « Mama, Maama ». En tout, les Perron dénombrent de nombreux fantômes amicaux, dont 5 petites filles et un mauvais esprit masculin. Il y a un spectre sentant bon les fleurs, un autre qui embrasse tendrement les filles dans leur lit pour leur dire bonne nuit et une présence bienveillante qui aime balayer le sol.  Souvent, les lits lévitent, le combiné du téléphone plane dans les airs et les cadres photo aux murs sont décrochés.

Les Perron sont athées, ce que d’après les Warren, fut un des facteurs des attaques à répétition. Dans la véritable histoire, ce serait les Warren qui seraient allés sonner à la porte des Perron. Lorraine aurait eu une vision de fantômes et de spectres. D’ailleurs, en entrant dans la demeure, elle a de suite senti la présence de plusieurs entités, dont une démoniaque.

Carolyn fut la victime d’une présence particulièrement malveillante. Un jour, elle se réveilla avec une blessure sphérique sur la jambe. Lorraine en conclut que cela était l’œuvre de Basthsheba. Bien sûr, il faut dire que les Warren, dans leur enquête, avaient appris l’histoire de la ferme et savaient qui était Basthsheba. Ils avaient appris que beaucoup de personnes étaient mortes en ce lieu. Il y avait eu des suicidés, des meurtres, des accidents, des noyés…

Un jour, excédé par les Warren, Roger Perron voulut les chasser de chez lui. Il s’était aperçu que depuis que le couple était arrivé, les choses empiraient. En effet, Carolyn se retrouva possédée par un esprit. Elle est restée tétanisée pendant plusieurs heures. Ce n’est qu’après un exorcisme, mené par Ed, qu’elle put se débarrasser de l’entité démoniaque qui avait pris possession de son corps.

Le calvaire des Perron a duré 10 ans. N’ayant pas les moyens de déménager les Perron ont dû vivre dans cette demeure. Dix années de torture, dix années de souffrance, dix années de hantise, avant que Carolyn, à bout de force, insiste pour partir. En 1980, la famille quitte Harrisville et se rend en Géorgie.

Andréa Perron, aujourd’hui écrivain, a relaté cette histoire dans une trilogie. D’ailleurs, le film se base aussi sur ses livres.

 

 

Qui était Bathsheba Sherman

Photographie d’époque où l’on voit Bathsheba Sherman dans la ferme d’Harrisville.

Bathsheba Sherman, née Thayer, voit le jour en 1812 à Rhode Island. Elle épouse Judson Sherman à Thompson le 10 mars 1844. La cérémonie est célébrée par un juge de paix local. Bethsheba est femme au foyer, Judson est agriculteur. Le couple est aisé. En mars 1849, alors qu’elle a 37 ans, Bathsheba donne naissance à un garçon prénommé Herbert.

Les rumeurs locales parlent de quatre enfants pour le couple, dont trois enfants morts avant d’atteindre l’âge de 7 ans. Mais aucun dossier de recensement ne peut confirmer ces dires. Ces dossiers ne retrouvent qu’un enfant, Herbert, qui vécut normalement et fut agriculteur comme son père. Mais, un arbre généalogique a été retrouvé, mentionnant l’existence de trois autres enfants, Julia née en 1845, Edouard né en 1847 et George né en 1853. Il est possible qu’ils soient nés et morts avant qu’un recensement ne soit effectué.

D’après la légende locale, Bathsheba est une pratiquante de rites sataniques, une sorcière. Elle avait assassiné ses enfants en offrande à Satan. On dit que pour qu’elle puisse demeurer sur les lieux et hanter la ferme, elle avait pratiqué des rituels sombres et s’était donné la mort en se pendant à un arbre derrière la grange, ce même arbre que l’on voit sur l’affiche du film. Mais cela n’est que pures spéculations.

La famille Sherman prenait beaucoup de pensionnaires, des orphelins surtout, pour les aider dans la ferme. On raconte que Bathsheba était mauvaise et battait les enfants. La légende locale grandit lorsque les autorités retrouvent un enfant mort dans la demeure des Sherman. L’enfant avait été empalé à la base du crâne à l’aide d’une aiguille à tricoter. Bien que les habitants sont persuadés que cet acte horrible est l’œuvre de Bathsheba, faute de preuves suffisantes, elle a été jugée innocente. On disait qu’elle empalait les enfants pour les offrir à Satan.

Bathsheba s’est éteinte d’une mort naturelle le 25 mai 1885. On raconte que son corps était comme pétrifié, qu’elle était morte d’une forme bizarre de paralysie qui a laissé les médecins perplexes. Sa tombe se situe toujours dans le cimetière d’Harrisville.

Puis, à sa mort, huit générations ont vécu et sont mortes à la ferme. Certains des habitants n’en sont jamais partis…

Les propriétaires successifs de la demeure ont confirmé la présence de fantômes et d’évènements surnaturels. Aucun ne voulant y rester longtemps, la ferme est passée de mains en mains à plusieurs reprises. La propriétaire actuelle, Norma Sutcliffe, qui est actuellement dans la demeure avec son mari, a bien vécu des expériences surnaturelles. Mais elles restent rares et beaucoup moins intenses que celles vécues par la famille Perron. Avant Norma Sutcliff, la bâtisse appartenait à un homme d’Église. Il n’aurait strictement rien remarqué d’anormal.

 

 

Secrets du tournage

Les filles Perron avec les actrices du film.

Après tout ce que l’on sait maintenant sur l’histoire des Perron et sur l’histoire de la ferme, il n’est pas surprenant que différents phénomènes paranormaux s’introduisent sur le tournage. Bien sûr, sachant que l’histoire est basée sur des faits réels, il est normal que certaines personnes soient un peu anxieuses et voient des choses là où il n’y en a pas. Mais certains évènements restent tout de même très troublants. En effet, le paranormal s’est immiscé dans la production du film et a frappé plusieurs fois.

  • Chad et Carey Hayes, les scénaristes, ont eu beaucoup d’échanges téléphoniques avec Lorraine Warren. De nombreuses fois, ils entendaient des grésillements sur la ligne, des parasites et il n’était pas rare que la ligne coupe sans raison apparente.
  • L’actrice Vera Farmiga, qui interprète Lorraine Warren, a retrouvé cinq marques de griffes sur son écran d’ordinateur alors qu’elle s’apprêtait à lire le scénario. Encore aujourd’hui, on ne peut expliquer l’apparition des griffures.
  • Un soir, alors qu’ils dormaient à l’hôtel, les acteurs et l’équipe technique ont dû être évacués précipitamment. Un mystérieux incendie s’était déclaré. On n’a jamais pu expliquer la source de l’incendie.
  • Alors que James Wan, le réalisateur, envoyait un e-mail concernant le scénario à la production, son chien s’est mis à grogner sans raison et à suivre quelque chose d’invisible à travers la pièce.
  • Invités sur le tournage, le père et les cinq sœurs Perron ont pu rencontrer les acteurs et l’équipe du tournage. Lors de cette visite, un vent s’est levé soudainement, laissant anormalement les branches des arbres immobiles.
  • La mère, Carolin Perron, n’a pas voulu se rendre sur les lieux du tournage. Elle n’en a pas eu le courage, car cela ravivait trop de mauvais souvenirs. Mais le même jour, alors que le reste de la famille se trouvait sur les lieux du tournage, elle fut victime d’un accident troublant. En effet, elle ressentit une présence maléfique, absente depuis plus de 30 ans, et fit une chute qui la conduisit directement à l’hôpital.

 

 

« Conjuring : Les dossiers Warren » est un film qui a du style ! On a l’impression de revenir à l’époque de « Shining » et de « L’Exorciste ». Les personnages sont attachants. Les acteurs sont performants. Une ambiance old school renforcée par des décors seventies. Des portes qui claquent, une cave sombre et inquiétante, un exorcisme puissant, des effets de miroirs… tout y est. On a même le droit à quelques touches d’humour pour détendre l’atmosphère et pouvoir mieux rebondir. Le film se rapproche grandement de la perfection. Enfin du vrai cinéma pour les fans d’horreur et d’épouvante !

 

Marie d’ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , , ,

3 commentaires sur “Conjuring : Les dossiers Warren

  1. […] des conférences sur la démonologie où ils relataient leurs enquêtes. Dans le film Conjuring : Les dossiers Warren, on les voit donner une de ces […]

  2. J’ai vu le film à la fin de ma grossesse et au cinéma. J’ai bien cru que j’accouchais sur mon siège. C’est sûrement le meilleur film d’horreur que j’ai vu depuis des années

  3. […] un démon. Je vous invite à lire les dossiers Warren basé sur le film d’une professionnelle Marie D’Ange qui a travaillé dessus […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :