Les enfants aux yeux noirs

Plusieurs témoignages de personne dans le monde entier disent avoir vu et avoir eu affaire aux enfants aux yeux noirs. Qui sont-ils ? Que nous veulent-ils ? S’agirait-il d’une légende, d’un phénomène surnaturel ou simplement d’un canular ? À vous de me le dire

 

 

 

L’origine

 

 

Partout sur la toile fleurissent des histoires de personnes racontant avoir croisé sur leur chemin des enfants aux yeux noirs ou les BEKs (pour Black Eyed Kids) et cela depuis maintenant un peu moins d’une dizaine d’années.

Tout a commencé avec le journaliste Brian Bethel qui fut le premier à relater et à diffuser sa mésaventure vécue en les croisant. Et son histoire ressemble à toutes celles qui vont suivre et qui seront racontées après lui. Alors qu’il fait nuit, Brian Bethel attend dans sa voiture sur un parking, lorsqu’il voit arriver des enfants, âgés de 10 à 11 ans, bien habillés et à la peau olivâtre. Un des enfants lui demande de les conduire chez eux, car ils étaient en route pour aller au cinéma, mais ils ont oublié leur argent à la maison. En les voyant, le journaliste est saisi par la peur et sa première impression est de prendre la fuite ou de les combattre. Cependant, il sent une envie étrange s’insinuer en lui, celle de les inviter à monter dans sa voiture. Et plus cette envie grandit malgré lui, comme s’il est attiré par ces enfants, plus ces derniers se font insistants. C’est alors que Brian Bethel voit leurs yeux, des yeux noirs, sans iris, sans pupille, complètement noirs comme le néant. Et là, il est complètement paralysé par la peur et dans un dernier élan de courage, prend la fuite.

C’est ainsi que commença la saga des BEKs.

 

 

Une légende qui gagne du terrain

 

 

Depuis cette histoire, de nombreuses personnes ont relaté avoir vu et avoir été confrontées aux enfants aux yeux noirs. Tous parlent d’enfants, en général se déplaçant par deux ou trois, âgés entre 10 à 12 ans, parfois un peu plus vieux, bien habillés ou habillés comme dans l’ancien temps, à la peau olivâtre et aux yeux noirs, sans cornée blanche, sans iris coloré, juste des yeux noirs comme ceux des requins.

Le mode opératoire de ces enfants est toujours le même. Ils « attaquent » la nuit, lorsque vous êtes seul dans votre voiture, dans la rue ou lorsque vous êtes à la maison. Ils viennent frapper à votre porte ou viennent vous parler et insistent pour que vous les fassiez entrer dans votre voiture ou chez vous. Et là, vous êtes saisi par la peur et par une irrésistible envie de les inviter chez vous ou dans votre auto. Ces jeunes insistent et tous ceux qui les ont croisés disent avoir dû résister à la tentation de les inviter, comme si leur voix avait une sorte d’influence hypnotique.

Plusieurs témoignages ont d’ailleurs été recueillis ces dernières années dans tous les États-Unis, de la côte Ouest à la côte Est, du Nord au Sud. Certains témoignages viennent même d’Australie et cela commence à arriver chez nous, en France.

 

 

Quelques témoignages

 

 

C’est le récit d’un homme, un peu bête, certes, mais un homme qui fut tellement effrayé de sa rencontre avec les BEKs que jamais plus il n’ira camper seul. Cet homme avait décidé de passer une nuit au calme, loin de la civilisation, en plein cœur de la nature. Il avait planté sa tente dans un espace désert, loin de la route, loin des habitations. C’est là qu’il croisa deux enfants aux yeux noirs. Dans un premier temps, il n’y prêta pas attention, et décida de se coucher sous sa tente. Après tout, si lui était là, d’autres personnes auraient pu très bien aussi y être. Mais les enfants le suivirent jusqu’à sa tente. Et là, il vit leurs yeux et eut peur. Il s’enferma dans sa tente où il passa la plus grande partie de la nuit à les entendre supplier de les faire entrer. Le campeur était mort de peur. Il s’imaginait déjà que ces enfants allaient lui sauter dessus. À l’aube, les enfants disparurent aussi soudainement qu’ils étaient apparus.

Adèle, une jeune Américaine, était seule chez elle, à lire un livre. Vers 23 h, elle entend que quelqu’un frappe à sa porte. Elle se lève et regarde par la fenêtre pour voir qui peut bien l’importuner à une heure aussi tardive. Et à sa grande surprise, elle voit deux enfants, élégamment vêtus. Elle ouvre la fenêtre et leur demande ce qu’ils veulent. L’un des deux lui répond : « Laissez-nous entrer. » Elle leur répond par la négative. Les étranges enfants insistent : « Nous voulons simplement utiliser vos toilettes. » Adèle se demande ce que des enfants de 10 ans peuvent bien faire à une heure aussi tardive à traîner dans les rues. Adèle leur demande de déguerpir et ferme la fenêtre. Mais elle continue à les regarder à travers la vitre et voit leurs yeux, leurs yeux noirs. Elle est gagnée par un sentiment de maléfice et de malheur.

Un marine, en poste au camp Lejeune en Caroline du Nord eut aussi le droit à la visite des BEKs. C’était le week-end, un soir de novembre 2009. Tous ses compagnons étaient soit sortis faire la fête, soit dormaient. Lui, il regardait des films, lorsqu’il entendit frapper à sa porte. Sur le coup, il se dit que c’était peut-être son compagnon de chambrée qui avait oublié ses clés. Alors, il alla ouvrir. Et là le choc. Deux BEKs se tenaient debout devant lui. Il voulut refermer la porte, la claquant, mais il fut incapable de le faire comme s’il était hypnotisé. Il décrivit son expérience en ces termes : « Je ne pouvais pas détacher mon regard de leurs yeux noir de jais, c’était comme s’ils m’aspiraient. Je me sentais horriblement mal et j’ai tout à coup eu peur pour ma vie, comme si j’avais besoin immédiatement me mettre à l’abri. Ils m’ont juste fixé, avec ces yeux maudits. J’ai jeté un coup d’œil rapide le long de la promenade pour voir si d’autres Marines étaient dehors, mais il n’y avait personne sur le site. Je me suis retourné vers les enfants, qui, je l’avais remarqué, avaient fait un pas vers moi. J’ai eu le sentiment d’être traqué, comme si ces enfants étaient des prédateurs en chasse pour leur prochain repas ou quelque chose comme ça. L’instinct a cédé le pas à la raison et j’ai décidé d’écouter cette petite voix et de fermer la porte à clé. »

D’autres témoignages existent, des centaines, concernant ces enfants. Ces témoignages parlent tous de la peur ressentie au contact des BEKs et à leur envie de les laisser entrer. Tous disent avoir ressenti de l’effroi, de la tristesse, de la désolation, du désespoir… Tous se sentirent vidés de leur énergie. Mais chaque témoin a eu la force de fermer la porte ou de fuir. Qu’adviendrait-il si on les laissait entrer ?

 

 

Et si on les laisse entrer ?

 

 

Il y a très peu de récits concernant des personnes ayant invité ces enfants chez eux ou dans leur voiture. Peut-être parce que ceux qui les ont fait entrer ont disparu mystérieusement ou sont morts. Qui sait ?

On a le témoignage de cette mère de famille qui s’était arrêtée, en pleine nuit, dans une station-service pour faire le plein. Son fils, un jeune garçon de 4 ans, dormait tranquillement à l’arrière du véhicule. Le temps d’aller payer, lorsqu’elle est revenue à sa voiture, elle vit, à l’arrière du véhicule, deux BEKs entourant son fils. En effet, son petit garçonnet avait invité ces enfants pour avoir des compagnons de jeu. Terrifiée, la mère agrippa son fils et le tira violemment hors du véhicule. Elle se réfugia à l’intérieur de la station-service. Un peu plus tard, lorsqu’elle revint à sa voiture en compagnie d’un pompiste, les deux enfants aux yeux noirs avaient disparu. Elle put, alors, rentrer chez elle. Mais l’histoire ne se termine pas là, puisque quelques jours après cette mésaventure, le petit garçon tomba grièvement malade. Son pronostic vital fut engagé et les médecins ne trouvèrent aucune explication sur sa maladie ni aucun remède pour le guérir. Ce n’est qu’à force de prières, que le petit garçon a pu guérir. Encore aujourd’hui, les médecins ne peuvent expliquer ce phénomène.

Le deuxième témoignage concerne celui d’un homme qui a été trop faible et qui a laissé deux BEKs rentrer chez lui. Ces derniers ont prétexté s’être perdus et avoir besoin du téléphone. Une fois à l’intérieur de chez lui, les enfants n’ont pas cherché le téléphone, mais ont regardé l’homme fixement et lui ont dit qu’ils venaient le chercher lui. L’homme, paniqué, s’enfuit de chez lui et trouva refuge chez son voisin. Tous deux, ils revinrent à la maison pensant les trouver. Plus aucune trace des enfants aux yeux noirs, ils avaient disparu. Mais, lui aussi tomba malade quelques jours plus tard. Il pria, pria et pria encore. Et lorsqu’il fut guéri, il voua sa vie à servir Dieu.

 

 

Que veulent les enfants aux yeux noirs

A priori, ils veulent rentrer chez nous ou grimper dans nos voitures. Et pour cela, ils utilisent une forme d’hypnose, un peu comme les vampires. Il faut beaucoup de volontés pour leur résister. Et lorsqu’ils arrivent à leur fin, on ne sait pas trop ce qu’ils nous veulent. Mais la grande question n’est pas de savoir ce qu’ils nous veulent, mais plutôt de savoir qui ils sont.

 

 

Qui sont ces enfants aux yeux noirs

 

 

Voilà une question intéressante. Et la réponse est… on ne sait pas. Oui, il semblerait que les BEKs se situent entre la démonologie, l’ufologie, la cryptozoologie, le paranormal ou le canular. Les enfants aux yeux noirs sortent de nulle part, on ne sait pas d’où ils viennent, ce qu’ils font et ce qu’ils veulent précisément. Il serait intéressant d’envisager toutes ces possibilités. Vampires, démons, extraterrestres… ?

  • Des vampires

Cette possibilité n’est pas à écarter et semble loin d’être absurde. Que sait-on des vampires ? Ce sont des créatures charismatiques, hypnotiques et élégantes. Or les BEKs sont des jeunes bien habillés, avec des voix hypnotiques, qui nous envoûtent avec leurs yeux noirs et qui frappent la nuit. Ils tentent de nous soumettre. Ensuite, ils ne peuvent entrer chez vous ou dans votre voiture sans y être invités, un peu comme un vampire. Par conséquent, les BEKs pourraient bien être des vampires suceurs de sang et leur but serait de se nourrir de notre liquide vital.

Mais, il y a une chose qui m’intrigue. Le vampire au concept séducteur, élégant et hypnotique n’est qu’un produit de la fiction moderne. C’est un être imaginé qui part d’une légende. Alors, que le vrai vampire ne peut être qu’une créature bestiale, se nourrissant de cadavres et ne ressemblant plus à un homme ! De plus, il n’est mentionné dans aucun des témoignages que les BEKs ont voulu sucer le sang d’une de leur victime.

  • Des hybrides moitié humain moitié Alien

Imaginons un instant que les BEKs proviennent d’une synthèse entre l’ADN d’un humain et celui d’un Alien. Pourquoi pas. Après tout, on n’est pas les seuls êtres vivants de l’univers. La vie doit exister ailleurs que sur terre. Il est possible qu’une femme humaine ait été fécondée par un Alien ou vice versa. De nombreuses personnes racontent s’être fait enlever par des extraterrestres et avoir subi des examens hautement invasifs. Cette possibilité reste donc recevable.

  • Des fantômes

Certaines personnes pensent que les BEKs ne sont que de pauvres âmes perdues d’enfants qui errent sur terre et cherchent de l’aide auprès des adultes. Mais si c’était cela, alors pourquoi les témoins ont-ils ressenti une peur bleue en les voyant ? D’instinct, ils ont su que ces enfants n’étaient pas inoffensifs, mais de dangereux prédateurs qu’il fallait absolument fuir. Et personnellement, je doute que des fantômes puissent inspirer une telle peur.

Donc, pour moi, cette thèse n’est pas plausible.

  • Des démons

Nous y voilà ! Pour moi, la thèse des démons est la plus plausible, pour un peu que l’on croit à leur existence. Les yeux noirs, le sentiment de terreur, le fait d’hypnotiser la victime, le fait de vouloir entrer chez vous, de demander à y être invité. C’est un peu comme si ces enfants démons devaient d’abord assouvir l’homme, tout en lui laissant son libre arbitre tant cher à Dieu.

De plus, toutes les personnes ayant rencontré les enfants aux yeux noirs parlent d’aura maléfique, de vide intérieur et de désolation. Et si l’on considère que ceux qui les ont fait entrer ont été très malades et ont retrouvé la guérison à force de prières, les BEKs pourraient bien être des démons. Et comme tout démon, il est lui aussi tributaire à la fameuse loi du « libre arbitre ». Si l’on ne veut pas le recevoir, il ne peut rien faire, car nous sommes sous la protection de la lumière.

Mais alors, pourquoi venir en enfants ? Pourquoi ne pas s’attaquer directement à ceux qui ont renoncé à Dieu et qui ont perdu sa protection en commettant des péchés ? Ça serait plus simple. Peut-être parce que pour eux, ce n’est qu’un jeu, une façon de passer le temps et de s’amuser à nous faire peur.

  • Un canular

Internet est un précieux outil pour diffuser de l’information. C’est aussi un moyen très simple pour diffuser un canular et abuser des foules.

Peut-être qu’il aura suffi d’une seule histoire, racontée par ce journaliste Brian Bethel, pour emballer toute la machine, alors qu’il ne voulait faire que le buzz ou qu’il s’était imaginé sa rencontre avec les BEKs sous l’emprise de l’alcool ou d’une drogue ? Et voilà que tout le monde se met à voir des enfants aux yeux noirs partout. Par exemple, après avoir lu cet article, peut-être en croiserez-vous un tout droit issu de votre imagination !

Pour cette piste, il serait intéressant de regrouper tous les témoignages et de savoir si tous ceux qui disent les avoir vus savaient, à la base, qu’ils existaient ou avaient déjà lu une histoire les concernant.

Et parfois, sur Internet, c’est facile d’entretenir une légende, une rumeur, rien qu’en postant une histoire fausse. Et là, c’est aux enquêteurs de faire la part des choses et de s’assurer que les BEKs sont bien réels.

 

À ce stade, on ne peut pas affirmer que les enfants aux yeux noirs existent ni s’ils sont réels. Ils peuvent très bien être des blagues d’adolescents portant des lentilles noires, un gros canular, des fantômes, des vampires, des démons, des hybrides d’Alien… on ne sait pas. Et si l’on envisage qu’ils soient réels, on ne sait pas, à l’heure actuelle, ce qu’ils nous veulent. Histoire vraie ou histoire fausse, seul le temps nous le dira. Mais s’ils sont réels, la thèse des démons reste la plus plausible. Et pour un peu que l’on croit aux démons, on sait qu’ils sont partout, traquant le meilleur moment pour passer à l’action, traquant nos faiblesses pour les retourner contre nous.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Sources : fr.sott.net, documystere.comdark-stories.com

 

Étiqueté , ,

1 commentaire sur “Les enfants aux yeux noirs

  1. […] vous dévoiler le film, mais sachez que cette histoire est troublante. Elle me fait un peu penser aux enfants aux yeux noirs dont j’ai consacré un article dans ce blog, à la différence que les enfants du film ont les […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visitez notre boutique ! Cliquez sur la page "La boutique de Marie d'Ange" pour découvrir tous nos objets religieux et nos livres. Ou, sélectionnez votre catégorie dans l'onglet "La boutique" à droite. Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :