La prophétie de Léon XIII

Le Pape Léon XIII, un pape visionnaire, un pape prophétique, qui avait vu le déclin de notre monde dans une vision. Ce Pape est un personnage emblématique de l’Église catholique qu’il a réformée. C’est le premier qui a mis en garde le monde contre le règne des francs-maçons, ordre satanique qui domine le monde. C’est ce qu’il disait. Il nous a laissé de nombreux écrits et surtout le témoignage d’une extraordinaire vision.




 

Biographie de Léon XIII

 

Portrait de Léon XIII

 

Je ne peux commencer cet article sans vous donner une biographie, même succincte, de ce personnage. Léon XIII, né Vincenzo Gioacchino Raffaele Luigi Pecci le 2 mars 1810 est le 256e pape de l’Église catholique romaine.

Élu le 20 février 1878, à l’âge de 67 ans, il succéda au pape Pie IX. Son règne prit fin à sa mort, le 20 juillet 1903 à l’âge de 93 ans.

Léon XIII est surtout connu pour son encyclique Rerum Novarum, publiée le 15 mai 1891, la première encyclique sociale. Dans ce manuscrit, il fustige la société de consommation avec la prise en main d’un petit nombre d’hommes opulents et ploutocrates de l’industrie et du commerce qui imposent un joug presque servile aux prolétaires. Il condamne aussi le marxisme qu’il décrit comme « une peste mortelle » pour la société.

Dans ce document, Léon XIII critique ouvertement le libéralisme et son régime de concurrence effrénée qui réduisent les ouvriers à la misère. Il rejette aussi le socialisme qui veut abolir la propriété privée, qui pour lui est un droit naturel.

En ce sens, Léon XIII est un visionnaire. Il avait compris que le monde irait de mal en pis si l’on continuait ainsi. Et c’est bien ce qu’il se passe aujourd’hui. Le pape Léon XIII avait préconisé une fraternité entre tous les travailleurs et l’intervention de l’État pour régler les rapports entre patrons et ouvriers, rapports qui devraient être plus équitables.

Il prit conscience du déclin du monde dans une vision.

 

 

La vision de Léon XIII

 

L’Archange Michel terrassant Satan.

 

Cette vision est comme une prophétie envoyée par Dieu pour que l’homme prenne conscience que celui qui tire les ficelles c’est Satan à travers des hommes rendus puissants grâce à son pouvoir.

Nous sommes le 13 octobre 1884. Le Pape Léon XIII termine la célébration de la Sainte Messe dans la chapelle Vaticane, entouré de plusieurs Cardinaux et autres membres du Vatican. Soudain, il s’immobilise au pied de l’autel et reste ainsi environ 10 minutes, comme fixé dans une extase, le visage blanc de lumière.

Puis, sans un mot, il se rend de la chapelle à son bureau et compose une prière, celle à saint Michel.

Voici cette prière :

« Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat. Soyez notre secours contre la méchanceté et les embûches du démon. Que Dieu lui retire tout pouvoir de nous nuire, nous vous en supplions ! O Prince très saint de la milice céleste, repoussez en enfer, par la puissance divine, Satan et ses légions d’esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes ! »

Il s’agit d’une belle prière que chacun peut réciter dans son propre intérêt.

Une demi-heure plus tard, il appelle le Secrétaire de la Congrégation des rites, et, en lui tendant une feuille, lui ordonne de l’imprimer et de la transmettre à tous les Ordinaires du monde. Cette missive contenait l’instruction de réciter cette prière dans toutes les églises du monde, à la fin de la messe, avec la supplication de la Sainte Vierge et l’imploration de Dieu pour qu’il nous aide à repousser Satan en enfer. Ces prières devaient se faire à genoux.

Lorsqu’on demanda au pape ce qui était arrivé, ce dernier expliqua qu’au moment où il s’apprêtait à quitter le pied de l’autel, il entendit deux voix : l’une douce et bonne, l’autre gutturale et dure, qui semblaient venir d’à côté du tabernacle.

Dans ce dialogue, Satan disait avec fierté pouvoir détruire l’Église, mais que pour y arriver, il demandait plus de temps et de puissance. Le Seigneur accepta sa requête et lui demanda de combien de temps et de combien de puissance il avait besoin. Satan répondit qu’il avait besoin d’une centaine d’années et d’un plus grand pouvoir sur ceux qui avaient été mis à son service. Le Seigneur accorda alors à Satan le temps et l’énergie demandés, en lui donnant toute liberté d’en disposer comme il le voulait.

Après ce dialogue, Léon XIII eut une vision terrible. Il a vu notre belle planète bleue enveloppée dans les ténèbres et l’abîme, ainsi que des légions de démons dispersés sur toute la surface de la Terre et occupés à détruire les œuvres de l’Église. Puis est apparu Saint-Michel Archange qui chassa les mauvais esprits dans l’abîme.

Après cette vision, le pape Léon XIII a également écrit de ses propres mains un exorcisme spécial figurant dans le Rituel Romain. Il recommandait aussi aux évêques et aux prêtres de réciter souvent ces exorcismes dans les diocèses et les paroisses. Lui-même le faisait plusieurs fois par jour.

 

 

 

Analyse de cette vision

 

Le pape Léon XIII, un pape visionnaire.

 

Que pouvons-nous dire sur cette vision ?

Que celui que Jésus appelait « Le prince de ce monde » allait avoir ses pouvoirs renforcés et allait pouvoir tenter les hommes et les soumettre à lui ! C’était alors à l’homme de lutter contre lui.

Je rappelle une chose évidente : Dieu permet à Satan de tenter les hommes, non pour nous faire du mal, mais pour que nous lui prouvions que nous avons notre place à ses côtés en combattant le mal. Il n’y a que dans le mal que le bien peut ressortir. Ainsi est fait l’homme. Il n’y a que dans la souffrance que l’homme devient bon. C’est sa nature. Nous devons gagner notre place à côté du Seigneur. La vie est notre épreuve pour que nous puissions la gagner.

Bref, donc Dieu a donné plus de pouvoirs à Satan. Et regardez notre monde aujourd’hui, plus de 100 ans après cette vision. Ce n’est pas un monde régi par le mal que nous avons ? Partout des guerres, de la famine, des maladies et des gens qui s’enrichissent au profit des pauvres qui se meurent. Des gens qui ne pensent qu’à eux. Tout notre système est régi par le mal, notre société est régie par le mal. Il est temps d’ouvrir les yeux. Nous n’avons qu’un seul ennemi et cet ennemi, qui montre plusieurs visages, n’est autre que Satan.

Ce que je viens de dire se voit dans la Bible, au livre de Job. Le Seigneur permet à Satan de mettre à l’épreuve Job, un homme profondément bon. Ce dernier ne perd pas la foi, bien au contraire. Et à la fin, Job est glorifié et guéri. Ce passage nous permet de comprendre la vision du pape Léon XIII : le Seigneur ne veut pas que l’Église soit détruite, mais il permet une épreuve, épreuve que l’Église elle-même n’a pas su remporter, puisqu’elle s’est pervertie.

Dans la mentalité moderne, la vie est prise comme une finalité ultime, au-delà du bien et du mal. Aujourd’hui, on ne croit plus en rien, sauf à un dieu qui ordonne de tuer ! Quelle aberration ! La lutte du bien contre le mal existe, mais c’est un combat spirituel qui doit se jouer chaque jour pour faire reculer le mal. C’est l’amour qui doit triompher, l’amour des uns des autres. Et cela, Satan l’interdit.

Plus tard, le pape Pie XI, qui succéda à Léon XIII, avait voulu qu’en récitant ces prières, une pensée particulière fût accordée à la Russie (allocution du 30 juin 1930). Dans cette allocution, après avoir rappelé les prières pour la Russie qu’il avait sollicitées auprès de tous les fidèles lors de la fête du Patriarche saint Joseph (19 mars 1930), et rappelé la persécution religieuse sévissant en Russie, il conclut par ces mots :

« Et pour que tous puissent sans fatigue et sans peine poursuivre cette sainte croisade, nous décidons que les prières que notre bien-aimé prédécesseur Léon XIII a ordonné aux prêtres et aux fidèles de réciter après la messe soient dites dans cette intention spécifique, à savoir pour la Russie. Que les évêques et le clergé séculaire et régulier prennent soin d’informer les fidèles et ceux qui assistent au Saint Sacrifice, et qu’ils ne manquent pas de leur rappeler ces prières. »

Ici, la présence effrayante de Satan a été clairement prise en compte par le Pontife.

La disposition prise par Pie XI n’a pas été respectée, la faute incombant à ceux à qui elle avait été confiée. Et l’Église n’a plus fait de Satan son combat. Grosse erreur. Erreur que nous payons aujourd’hui…

 

 

 

Léon XIII contre la franc-maçonnerie

 

L’emblème des francs-maçons.

 

Léon XIII qualifiait les francs-maçons de menace mortelle. En 1902, il avait même déclaré que leur but était d’exercer une seigneurie occulte sur la société et que son seul dessein était de livrer une guerre contre Dieu.

Et là, on peut s’étaler sur le sujet. Beaucoup disent que ce sont les francs-maçons qui tiennent le monde, que ce sont des satanistes, que l’histoire moderne et le Nouvel Ordre mondial sont le produit de la propagande maçonnique, que beaucoup de grands de ce monde sont des francs-maçons, que le communisme, le socialisme, le sionisme sont toutes des branches de la franc-maçonnerie.

Voici ce que publia Léon XIII dans l’encyclique « Humanum Genus » le 20 avril 1884 :

 « Il est à présent de notoriété publique que les francs-maçons ont l’intention de ruiner la Sainte Église, ainsi que de déposséder, si possible, toutes les nations chrétiennes de tous les dons accordés par Notre Sauveur Jésus Christ. »

« Ainsi, en l’espace d’un siècle et demi, la secte des francs-maçons a accompli d’incroyables progrès. Par la ruse et l’audace, la maçonnerie a envahi tous les rangs de la hiérarchie sociale, et a commencé de s’emparer du pouvoir au sein des États modernes, ce qui est presque l’équivalent de la souveraineté. »

 « Ses buts consistent en la complète destruction des fondations de la justice et de l’honnêteté. De cette manière, les francs-maçons se font les auxiliaires de ceux qui souhaitent que l’homme, tel un animal, n’ait pas d’autre règle de conduite que ses propres désirs — Un tel schéma ne peut que déshonorer l’humanité et la conduire ignominieusement à sa propre perdition. »

« Ceci posé, ils n’ont aucun égard pour les devoirs à rendre à Dieu, ou les pervertissent par des opinions erronées ou vagues. Car ils nient que quoi que ce soit ait été dit et transmis par Dieu ; ils ne reconnaissent aucun dogme, religion, ou vérité incompris par l’intelligence humaine ni aucun enseignement devant être cru en raison de cette autorité. »

Le Pape Léon XIII avait prévu que la Franc-maçonnerie chercherait à former un Super État, un gouvernement mondial avec des lois avilissantes.

Je ne m’attarderai pas sur le sujet, mais avouez que c’est bien ce qu’il se passe dans notre monde. Donc qui est notre véritable ennemi ?

 

 

Marie d’Ange

Pour aller plus loin




 

Étiqueté , , ,

3 commentaires sur “La prophétie de Léon XIII

  1. Qu’un Pape en extase rapporte un dialogue entre Dieu et le Diable laissant entendre que Dieu accorde au Diable le pouvoir de mettre son plan d’asservissement de l’humanité qu’il planifie pour la fin du XXème siècle (à ce titre, il a vraiment fait preuve de prémonition!).
    Et qu’heureusement St Michel interviendrait ensuite pour remettre Satan à sa place.
    Son discours anti Franc-Maçonnerie est celui d’une Église qui se bat pour survivre. Parce qu’elle a d’abord failli à sa tâche, qui était de permettre à l’homme de garder vivant son rapport au Divin! Elle a failli, parce qu’elle s’est intercalée entre l’homme et le Divin (qu’il doit retrouver en premier lieu en lui) et est devenue ensuite un instrument de pouvoir séculier, avec tous les abus que ce type de pouvoir mal assumé et dévoyé entraînent.
    Cela ne dédouane pas totalement la FM, dont l’un des buts était effectivement d’abattre l’Église, dans ses structures. Et également l’idolâtrie chrétienne, qui personnifie Dieu, et en fait donc une Idole.
    Dans ces fondements, elle s’en remettait pourtant à un « Être suprême », qui est cité dans l’introduction du texte de la Constitution de 1793 sur la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ». On ne sait pas trop ce qu’elle entendait par cette Être, qu’elle qualifiait parfois de Grand Architecte de l’Univers, donc une sorte de Démiurge qui pourrait remplacer le Dieu chrétien.

  2. Cet article est touchant beaucoup de gens ont vu longtemps ce qui allait arriver même quand tu refuses d’entrée dans une secte on t empoisonne une fois gravement malade on te propose à te soigner avec pour conditions en te disant si tu veux vivre Voici ce qu’il faut faire c’est dégueulasse mais c’est le monde je préfère mourir que d’entrée dans ça… J’ai commis des fautes des erreurs j’ai péché mais jamais j’ai tuer ni verser du sang même si j’ai une grosse envie d’en finir avec un de mes gourous… Mais je demande à Dieu la force de pardonner comme lui le père me pardonne… Il faut parler à la jeunesse bien dommage que les enfants sont déjà initié depuis le bas âge et inconsciemment soulignons aussi qu’il y a déjà trop de faux prêtres pasteurs même au saint de l’église catholique romaine il y a déjà des prêtres des évêques franc-maçon je me demande pourquoi tend de haine de mal Jésus-Christ revient bientôt…. Que Dieu nous protège

    1. Bonjour,

      Hélas, nous savons qu’il y a de faux pasteurs ou prêtres. Nous savons que la jeunesse est la plus touchée par le phénomène du satanisme. C’est pour cela qu’il faut en parler, le dénoncer et demander aux parents de rester vigilent. Il ne faut pas minimiser les dangers de telles sectes.
      Marie d’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visitez notre boutique ! Cliquez sur la page "La boutique de Marie d'Ange" pour découvrir tous nos objets religieux et nos livres. Ou, sélectionnez votre catégorie dans l'onglet "La boutique" à droite. Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :