La maison qui saigne

Encore une affaire non résolue. L’affaire de la maison qui saigne a fait couler beaucoup d’encres, surtout après sa diffusion dans l’émission Mystères. Mais, on ne sait toujours pas ce qu’il s’est passé. Certains crient aux poltergeists, d’autres pensent que tout cela n’est qu’une histoire d’argent, montée de toute pièce pour se faire de l’argent. Essayons de comprendre ce qu’il s’est passé, cette fameuse année 86 à Saint Quentin en Picardie.

 

 

Les débuts de l’affaire 

La maison qui saigne (c’est ainsi qu’elle est surnommée, même si aujourd’hui, elle ne saigne plus !) est située aux 74 Cité de Mulhouse, dans le quartier de Rémicourt à Saint-Quentin (Aisne).

Soutenez Marie d’Ange sur Tipeee

Déjà, rien que pour l’adresse, il y a un petit problème, car j’ai trouvé, sur internet, une deuxième adresse pour cette maison : 21 rue des Canonniers toujours à Saint-Quentin. La bonne adresse est bien la première, mais nous pouvons déjà constater, qu’à force de raconter cette histoire, les gens l’amplifient, la déforment… ce qui rend encore plus difficile sa compréhension. De plus, l’émission Mystère donne une adresse erronée, celle de la rue des Canonniers, peut-être pour des raisons juridiques. Et cette émission a déformé et amplifié les phénomènes. Depuis, la vérité et les mensonges se bousculent dans la tête des gens et il est difficile de faire la part des choses. Je vais essayer de vous raconter l’histoire telle qu’elle s’est déroulée, sans tenir compte de ce qui a été raconté à tort et à travers.

L’affaire qui nous intéresse commence en janvier 1986. Lucie et Jean-Marc Belmer en sont les locataires depuis le mois d’août 1985. Lui est chauffeur routier, donc souvent absent. Elle, sans emploi (et peut-être s’ennuie-t-elle ?). La maison est proprette, jolie et ne possède pas d’extérieur.

Lucie passe ses journées seule dans la maison avec son chien.

Un matin, à son réveil, la jeune femme trouve d’étranges taches rouges sur la table de la cuisine. D’abord, elle n’y prend pas garde. Mais, lorsqu’elle va dans sa chambre pour y faire son lit, elle remarque des traces identiques sur les taies d’oreillers et sur le mur. Elle lessive le tout, espérant que cela n’est dû qu’à un phénomène physique naturel. En effet, le couple, lors de leur emménagement, avait refait les peintures. Et donc, elle attribuait ce phénomène à un éventuel défaut de la peinture.

Mais, au cours des nuits suivantes, Lucie sera réveillée par d’étranges bruits, des meubles que l’on déplace, des chuchotements… Et surtout, les taches rouges apparaissent toujours sur les murs et le linge. La jeune femme a beau les lessiver, le lendemain elles sont à nouveau là, comme si la maison saignait des murs. Lucie est terrorisée. Mais Jean-Marc ne veut pas céder à la panique. Il préfère faire venir la police.

 

L’enquête des policiers.

Donc, le couple fait appel à la police qui prend acte de ce que disent les Belmer. C’est le brigadier-chef Guy Piette et le Brigadier Pierre Cepparo qui vont prendre l’affaire en main. Les policiers constatent les traces rouges sur les murs. La première hypothèse lancée est celle d’une blessure du chien sur sa queue, qui en la remuant, projetterait du sang partout sur les murs. Sauf que le chien ne présente aucune blessure. La maison qui saigne commence à intriguer.

Les deux brigadiers proposent de réaliser une petite expérience : les murs sont lessivés, de la farine est posée sur le sol et la maison est fermée pour la nuit sans personne à l’intérieur. Le lendemain, lorsqu’ils arrivent dans la maison, c’est la stupeur. Il n’y a aucune trace de pas sur le sol enfariné, par contre, les murs sont remplis d’un liquide rouge qui dégouline, comme une plaie béante.

Un prélèvement de ce liquide est effectué et le verdict est sans appel : c’est du sang humain ! Dans cette histoire, c’est la seule chose concrète que la police a pu trouver. L’analyse précise que ce sang n’est pas du sang frais.

Rapidement, l’affaire est médiatisée. En 1986, FR3 réalise un reportage sur la maison qui saigne de Saint-Quentin, ce qui va encore plus rendre difficile l’enquête, car des témoignages de personnes disant avoir vécu le même phénomène ou disant voir des choses étranges dans la maison qui saigne affluent de toute part. Les personnes sont curieuses par nature, et n’hésitent pas à raconter n’importe quoi pour passer dans une émission de télévision.

Les seules déclarations à prendre en compte sont celles de Lucie faites à la police et à la presse. La jeune femme raconte nettoyer les taches sur les murs, mais qu’elles réapparaissent dès le lendemain. Des taches identiques sont régulièrement retrouvées sur la literie et sur les vêtements pourtant rangés dans les armoires. D’abord localisées au rez-de-chaussée, elles sont apparues à l’étage par la suite.

Ensuite, de mystérieux bruits envahissent la maison la nuit : vaisselles cassées, portes qui claquent, du mobilier qui se déplace. Pourtant, au matin, le couple constate que tout est en place dans la maison, que rien n’a été déplacé.

Lucie rapporte que le comportement de la porte donnant à la cave est étrange. En effet, elle dit avoir beau fermer cette porte, elle la retrouve constamment ouverte, et cela plusieurs fois dans la journée. Elle dit aussi que lorsque Lucie se rend à la cave, la porte se referme mystérieusement derrière elle.

 

L’intervention d’un médium

Ne trouvant aucune explication concrète au phénomène, la police accepte l’intervention d’un médium. Ce dernier pense que la source du problème se situe dans la cave et précise que Lucie est une jeune femme très réceptive aux entités. Il montre un endroit précis dans le sous-sol. On creuse, sous l’œil des policiers, mais rien de particulier n’est déterré. 

Bref, l’intervention du médium n’a rien donné et la maison qui saigne reste toujours une énigme. Ceci, bien sûr, était à prévoir… 

La famille fit appel à un prêtre, qui réalisa une bénédiction dans la maison. On s’attendait peut-être à un exorcisme, mais je rappelle que l’Église n’autorise que très rarement le Rituel. De plus, ce dernier est réservé pour les cas de possessions. Or, ici, on est peut-être (et j’insiste sur le peut-être) devant un cas d’infestation. Donc les prières et les bénédictions suffisent à faire taire le phénomène.

 

Quelques explications

Avant de donner quelques explications au phénomène de la maison qui saigne, j’aimerais préciser deux ou trois petites choses : tout d’abord, il faut savoir qu’après le départ des Belmer, la maison retrouva son calme et sera habitée par des locataires qui n’ont jamais remarqué quoi que soit. Ensuite, et je m’adresse à ceux qui ont regardé le reportage sur Mystères diffusé 6 ans après, en 1986 sur TF1, sachez que l’émission a beaucoup exagéré les faits, en a rajouté pour faire de l’audience. Dans l’émission, on voit la sœur de Lucie témoigner, des voisins… Ces témoignages sont à prendre avec précaution. De même, certains faits ont été ajoutés ou déformés. Donc, ne nous y fions pas.

Par exemple, dans l’émission, on entend le témoignage du brigadier-chef Piette dire avoir senti des doigts se poser sur son avant-bras alors qu’on creusait le trou dans la cave. C’est un témoignage à prendre avec des pincettes. Bien que je ne mette pas en doute les propos de ce policier, je me dis que les circonstances, la pression… ont pu créer des hallucinations chez cet homme.

Quoi qu’il en soit, les Belmer ont quitté précipitamment la maison et les évènements ont cessé aussi sec.

  • En réfléchissant à toute cette affaire, j’en suis arrivée à poser quelques hypothèses : les faits relatés par Lucie font appel à un phénomène de type poltergeist ou esprit frappeur : bruits de vaisselle… Comme toujours, dans ce genre de manifestation, une personne est au centre du phénomène. C’est donc la jeune femme qui est visée par un esprit. Et comme les fantômes n’existent pas, cet esprit ne peut être qu’un démon. La grande question qui reste est la suivante : pourquoi ce démon a pris Lucie pour cible ? Un démon ne s’attache pas à des lieux d’habitation, ou très rarement, mais il crée autour de sa victime des phénomènes de hantise. C’est ce qu’il s’est passé dans cette histoire très certainement. D’ailleurs, les phénomènes surnaturels ont cessé dans la maison dès que le couple a déménagé.  
  • Lucie est au centre de cette histoire. Elle vit seule, elle est seule du matin au soir, parfois même la nuit, vu le métier de son mari. Et c’est elle qui entend tous les bruits suspects. Jamais une autre personne n’a entendu les bruits. Donc, on ne peut écarter l’hypothèse qu’elle ait interprétée des bruits insolites (bois qui travaille, bruits de tuyauterie…) comme paranormaux.
  • Par contre, on ne peut pas expliquer le fait que du sang humain soit retrouvé sur les murs, sauf d’une manière surnaturelle bien entendu. Après l’expérience de la police, on sait que personne n’est entré dans la maison pour déposer le sang. Donc, comment est-il apparu ? Cela reste un grand mystère. On pourrait penser, sans cette expérience, que Lucie se ferait saigner et déposerait son sang sur les murs. Il n’a jamais été fait d’analyses ni de comparaison en ce sens. Ce qui est bien dommage. Par contre, un démon peut créer des phénomènes de ce genre.
  • La reconstitution faite par l’émission Mystères, qui je le rappelle est davantage une émission à sensation plutôt que d’investigation, ne permet pas de démêler le vrai du faux. Bien au contraire. Dans l’émission, il s’est glissé quelques erreurs ce qui embrouille encore plus l’affaire. Certains éléments ont pu être interprétés, ou suggérés au téléspectateur par les réalisateurs afin de faire de l’audience.

Pour conclure, il est impossible d’avoir une vision globale et complète de cette histoire. Il faudrait réanalyser le sang et faire une enquête sérieuse. Est-ce que Lucie pratiquait de la magie ? Du spiritisme ? Etait-elle victime d’un sort ? A-t-elle continué à subir ces phénomènes après son déménagement ? Le temps a passé, et je pense qu’une enquête serait très difficile à réaliser. Difficile, mais pas impossible.

 

La maison qui saigne aujourd’hui

Sur internet, j’ai lu, sur plusieurs sites, que la maison qui saigne aurait été rasée suite au départ des Belmer. Et que les travaux pour effectuer cette opération auraient mis à jour des squelettes d’anciens officiers nazis. Qu’est-ce qu’il ne faut pas écrire pour s’attirer des lecteurs! Tout cela est faux, je vous le dis.

La maison n’a jamais été rasée et fut même habitée par plusieurs locataires, sans que rien de surnaturel ne s’y produise.

En 2010, la maison est inoccupée depuis un an et les riverains ne font plus attention à elle. Sa façade a été repeinte, comme pour enterrer le passé. 

En juin 2013, un nouveau propriétaire, arrivant de Mulhouse, achète la maison. Il connaît son histoire. Il connaît son passé. Mais cela ne le rebute pas. Il dit même, avec humour, habiter une maison hantée où il ne se passe rien. Des travaux d’entretien ont été faits, redonnant un peu de fraîcheur à cette maison.

Aucun évènement paranormal n’est venu déranger cet actuel propriétaire. Ce qui le dérange le plus, ce sont les curieux qui sonnent à sa porte pour demander si c’est bien la maison qui saigne. Une main courante a été déposée. Affaire à suivre.

 

 

La maison qui saigne est encore une de ces nombreuses affaires où l’on n’aura jamais le fin mot de l’histoire. Que s’est-il réellement passé ? On ne le saura jamais. On peut émettre beaucoup d’hypothèses, qui ne resteront que des hypothèses. Il aurait fallu savoir ce qu’est devenue Lucie après son déménagement, car dans cette histoire, je pense, est une affaire de vexation démoniaque qui touche Lucie. Cela bien sûr, est mon avis basé sur le peu de choses que l’on sait sur cette affaire. J’espère que Lucie va bien et qu’elle a trouvé du réconfort. 

 

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

 


Soutenez Marie d’Ange sur Tipeee

Étiqueté , ,

2 commentaires sur “La maison qui saigne

  1. Salut!

    J’ai parcouru avec attention cet article et je suis assez étonnée de lire que « les fantômes n’existent pas » mais les démons, oui. Peux-tu développer stp?

    1. Bonjour,
      Pourquoi, lorsque je dis que les fantômes n’existent pas, cela choque autant les gens ? Oui, les fantômes n’existent pas, les morts ne reviennent pas hanter les vivants et il est inutile de les invoquer par des rituels de nécromancie. Ceci est une ruse des démons, et ces pratiques sont dangereuses. Ce n’est jamais un défunt qui répond à l’appel d’un spirite. Toutefois, il existe des apparitions, cela est notamment le cas pour les saints qui apparaissent, le plus souvent, pour délivrer un message, comme le font les anges d’ailleurs. Et, il y a les damnés, ceux qui sont retenus prisonniers sur Terre par les démons, ou ceux qui ont choisi, par un pacte, de rester sur Terre après leur mort.
      D’une manière générale, le plus souvent, lorsque l’on croise un fantôme, c’est souvent un démon qui se fait passer pour un défunt. C’est pour cela qu’il est très dangereux de « jouer » aux chasseurs de fantômes.
      Maintenant, si tu veux approfondir cette question, lis tous les articles, et ils sont nombreux, en rapport avec ce sujet, ainsi que les articles liés à la théologie.
      Bonne journée,
      Marie d’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :