La maison hantée de la famille Laval

Découvrons la famille Laval et son l’histoire pas banale de leur maison hantée. Et pour une fois, nul besoin d’aller à l’autre bout du monde, puisque l’on reste en France. Direction la Normandie pour vous raconter une étrange histoire de hantise. Du moins, c’est ce que les faits nous laissent supposer. 

 

 

Nous sommes en 1988, dans le pays d’Auge, en Normandie. En ce temps-là, internet n’avait pas encore envahi nos maisons, Google n’était pas encore notre « ami », la télévision ne diffusait que très peu de chaînes et les programmes n’étaient pas aussi olé olé que maintenant. En 1988, la vie était plus simple, plus conviviale et surtout plus facile. C’était l’époque où de simples ouvriers pouvaient encore devenir propriétaires et vivre dignement de leur travail. Mais, l’idéologie “mai 68” commençait à se distiller dans les esprits, idéologie profondément luciférienne. Mai 68 fut l’une des grandes attaques sataniques menées contre l’humanité, au même titre que la Révolution.

Jacques et Catherine Laval achètent une grande maison dans un petit village de Normandie. Ils y emménagent avec leurs deux filles, alors à l’école élémentaire. Tout à l’air de se passer pour le mieux. Jacques est veilleur de nuit pour une grande enseigne de la région, tandis que Catherine est mère au foyer. La maison est magnifique, un peu vieille, mais magnifique.

La première chose que fait Catherine Laval en emménageant dans la maison est de la nettoyer et de la dépoussiérer à fond. Pendant son ménage, elle découvre, au fond d’un placard, des images pieuses. Elle est surprise que les anciens propriétaires n’aient pas pensé à les enlever et à emporter avec eux ces images saintes. Alors, sans trop y réfléchir, elle les jette à la poubelle. Ce geste aura-t-il des conséquences ? Ce que l’on sait, c’est que ces images pieuses ramène la jeune femme à l’Église et à toutes ces supersitions colportées par les croyants et les prêtres : la peur du Diable. 

Quelques jours après cet évènement, les Laval sont dans le jardin, occupés à aménager leur espace extérieur. Et là, Catherine va faire une étrange découverte : enfouie sous la terre, elle trouve une tête d’ange. Elle la déterre et ressent une angoisse inexplicable. Elle se tourne vers l’église, au sommet de la colline. Cette église fait face à la maison et domine la vallée. Elle ressent une peur inexpliquée, un sentiment étrange qu’une catastrophe va s’abattre sur elle.

Cette nuit, alors que Jacques Laval est à son travail et que les enfants sont couchés, Catherine va, pour la première fois, se retrouver seule dans sa nouvelle demeure. Et c’est cette nuit-là que les évènements surnaturels vont commencer.

Je me permets d’interrompre le fil de l’histoire pour émettre une petite remarque : la maison était “tranquille” avant la découverte d’images et d’objets religieux. Depuis cette découverte, la peur est entrée dans le coeur de Catherine, et c’est cette peur sera le déclencheur de l’emprise démoniaque. Ceci est bien sûr mon avis. Catherine devait avoir des tendances à la supersition, et beaucoup assimile l’Église à l’exorcisme. D’ailleurs, dans quasiment tous les films d’horreur, dès qu’il s’agit d’un exorcisme, on voit un prêtre catholique débarquer, brandissant un crucifix et aspergeant la victime d’eau bénite. Toutes ces images chocs restent dans l’inconscient des spectateurs, et forment, ce que l’on appelle, la superstition, la peur du Diable, et par association, la peur du prêtre-exorciste. Revenons à notre histoire. 

Alors qu’elle est dans son lit, elle entend des pas, comme si quelqu’un marche dans le grenier. Sur le coup, elle se dit que c’est certainement le bois de la maison, qui n’est plus tout jeune, qui doit craquer. Ou la tuyauterie. Elle se lève et va voir les filles. Elle dorment tranquillement dans leur lit. La maman est rassurée.

Pourtant, les nuits suivantes, elle continue à entendre ces étranges bruits qui se font de plus en plus persistants au point de la terrifier. Catherine Laval se décide à en parler à son mari. Ce dernier pense qu’elle se fait trop d’idée et que ce n’est pas évident de s’habituer aux bruits d’une nouvelle maison, d’autant plus lorsqu’elle est vieille, que le bois craque, faisant croire qu’elle est vivante.

L’une des attaques du démon est de provoquer la peur, car la peur rend manipulable. Le démon va provoquer des phénomènes surnaturels pour engendrer la peur. La peur va créer une faille, ce qui va permettre au démon de s’insinuer dans l’esprit de sa victime. C’est l’obsession démoniaque, qui mène à la vexation. 

Dans la journée, pendant que Catherine est absente, Jacques Laval est dehors et s’occupe du jardin. Tout à coup, sans comprendre pourquoi, une botte de foin lui tombe dessus. Heureusement, il n’est pas blessé, mais il trouve cela tout de même un peu étrange.

Un autre soir, alors que toute la famille dort, Jacques se détend devant la télévision, lorsqu’il sent une présence derrière lui. Une vague de froid l’envahit tout à coup. La maison devient glaciale et se remplit d’une odeur pestilentielle. Il se retourne et voit deux ombres au niveau de la mezzanine. Pensant que ce sont les filles qui n’arrivent pas à trouver le sommeil, il leur demande de retourner au lit. Il se replonge dans son film, mais 15 minutes plus tard, il revoit les deux ombres monter les escaliers menant au premier étage. Il décide de les suivre et voit deux silhouettes, ne ressemblant pas à ses filles mais plutôt à des adultes, un peu floues et nuageuses. Soudain, ces deux silhouettes disparaissent.

Le lendemain, il raconte ce qu’il a vu à sa femme et le couple commence à se poser de sérieuses questions concernant leur demeure.

La nuit suivante, Catherine est réveillée en sursaut par le poste de télévision de sa chambre qui se met à émettre une lumière blanche intense, alors que le poste n’est pas branché et qu’il y manque une ampoule à l’intérieur. Terrorisée, elle entend du bruit provenant du salon. Elle descend et là, elle voit l’ombre d’un homme gigantesque pendu à l’escalier. Elle ressent, alors, un froid glacial et elle est comme attirée et hypnotisée par ce suicidé fantomatique.

Après cet évènement, Catherine Laval a peur de cette maison qu’elle aimait tant. Elle demande à son père de venir dormir chez elle, car elle ne veut plus se retrouver seule la nuit avec les enfants. Et c’est son père, qui la première fois, va émettre l’hypothèse que la maison est peut-être hantée. D’autant plus qu’elle se fait de plus en plus souvent glaciale, que des courants d’air froid se déplacent partout sans raison apparente et que par moment, une violente odeur de chair en putréfaction se fait sentir. Les petites filles sont de plus en plus perturbées par ce qui se passe dans la maison. Souvent, elle regarde au loin, l’église sur la colline, sans un mot, durant plusieurs minutes.

Hanter, le mot est lâcher. Le démon aime se cacher, car plus il agit en secret, moins on peut le combattre. Plus il nous fait croire des choses, plus on s’éloigne de la source du problème. Et c’est à partir de là que l’on va s’attaquer à la maison, et non à la véritable cause du problème, qui est généralement soi-même.

Catherine Laval repense aux images pieuses qu’elle avait trouvées dans un des placards et à la tête d’ange déterrée dans le jardin. Ce sont peut-être ces objets qui protégeaient la maison ? Elle décide de se rendre à l’église pour prendre de l’eau bénite. Accompagnée de son mari, elle grimpe la colline d’un pas décidé. Le couple arrive devant le bâtiment. L’église est fermée. Les Laval décident de fouiller les environs à la recherche de quelqu’un qui pourrait leur ouvrir les portes de la bâtisse, mais en y faisant le tour, ils pénètrent dans un cimetière abandonné. Là, Catherine et Jacques ressentent les mêmes sensations bizarres qu’à la maison, des déplacements d’air froid, une sensation de malaise pesante. Et dans un coin du cimetière, ils découvrent une pierre tombale à moitié ouverte. Cette pierre tombale se situe dans l’axe de la maison et pointe en direction de la maison.

Catherine a de plus en plus peur et, comme son père ne peut plus rester, elle demande à sa sœur de venir lui tenir compagnie les nuits. Les premiers jours, tout semble calme. Mais un soir, l’une des filles de Catherine va être victime d’une crise violente. Elle va renverser la petite table où, une minute plus tôt, elle dessinait tranquillement, jeter ses jouets. La petite fille semble possédée par une force surhumaine. Elle se dirige vers sa mère. Elle lui crie « laisse-moi tranquille ! » Sa voix n’a plus rien de celle d’une petite fille. C’est une voix inhumaine, qui laisse perplexe la pauvre Catherine. Soudain, la petite fille se jette sur elle et tente de l’étrangler. Ses yeux sont révulsés. Catherine a du mal à la repousser. La sœur de Catherine, terrorisée, lui crie d’arrêter. L’enfant reprend ses esprits, se redresse et se met à pleurer. Ses yeux retrouvent leur aspect normal. La petite fille n’aura aucun souvenir de ce qui vient de se passer. Mais Catherine, terrorisée, mettra plus d’un mois avant de serrer à nouveau son enfant dans ses bras.

Quelques jours plus tard, Jacques Laval se rend au cimetière seul. Il n’arrive pas à oublier la tombe ouverte. Devant la tombe ouverte, un froid inexplicable s’abat sur lui et une odeur nauséabonde l’envahit. Soudain, la pierre tombale se met à bouger et se ferme seule. Jacques Laval, pris de panique et terrorisé, fuit le cimetière en courant.

Le couple est désemparé. Catherine n’arrive plus à dormir seule la nuit, dans cette maison hantée, lorsque son mari est au travail. Une nuit, elle sera victime d’un étrange phénomène. Couchée sur son lit, elle sentira un grand froid l’envahir, comme s’il voulait rentrer dans son corps. Paralysée de terreur, elle sentira ce froid venir en elle, pendant qu’elle se verra partir de son corps physique et monter au plafond. Le lendemain, n’en pouvant plus, elle se décide de faire appel à un exorciseur. Elle contacte Michel Royer, spécialiste du surnaturel et connu dans la région en tant que médium, et lui raconte toute son histoire.

Michel Royer va se rendre au cimetière pour tenter d’entrer en contact avec l’entité qui hante la maison. Il se rend seul sur les lieux et débute des prières de purification qui mettront fin aux différentes manifestations surnaturelles. Depuis ce jour, la famille Laval a repris une vie normale et plus rien d’inquiétant n’est arrivé dans leur maison. Mais Jacques et Catherine Laval restent sur le qui-vive au cas où l’entité déciderait à nouveau de hanter les lieux.

 

Dans cette histoire, il semblerait que la maison des Laval ait été hantée par un poltergeist. Je suis du même avis que le prêtre-exorciste Gabriele Amorth, qui disait que dernière des phénomènes de hantise se cache souvent un démon. Je pense que derrière ces phénomènes se cachaient certainement un damné. En créant la peur, son but était de faire sombrer les Laval dans la désolation. Finalement, les Laval ont vécu une emprise démoniaque. Mais comme histoire remonte à plus de trente ans, et il est difficile, aujourd’hui, de donner un diagnostic clair sur le phénomène vécu par les Laval. Le combat est spirituel, et l’humanité n’a qu’un seul ennemi, Satan. 

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , ,

9 commentaires sur “La maison hantée de la famille Laval

  1. J’ai lu cette histoire qui m’a beaucoup interressée je pense que les Laval disaient vrai ce qu’ils ont vécu est parfaitement réel on a pas à en douter , on devrait au contraire chercher à connaitre les causes de ces phénomènes (il y a eu un ou plusieurs crimes jadis dans cette demeure ? ..; le mystère est non élucidé à ce jour .

    1. Bonjour,
      Dans cette affaire, on n’aura jamais le fin mot de l’histoire. Je pense aussi que les Laval disaient vrai, qu’il s’est réellement passé quelque chose de surnaturel, mais on ne pourra jamais le prouver.
      Cordialement,
      Marie d’Ange

  2. Es-ce que les Laval existent toujours ou ont-ils étés inventés par TF1, Emission Mystères ? Le prêtre Michel Royer est le même exorciste que la famille Dupret qui a connu les Pommes volantes et qui habites aussi en Normandie, à côté de Lisieux, dans le Calvados.

    Peut-être que cette maison a été investie par les SS et qu’un drame s’y s’est déroulée : torture de résistants et/ou de juifs… Peut-être qu’un meurtre s’y serait déroulé…

    Dans l’émission Mystères, la famille Laval habites dans le Centre de la France. Es-ce bien vrai ? Ou habite-t-elle en Normandie ?

    1. Bonjour,
      Dans l’émission Mystères, beaucoup de choses ont été ajoutés à l’histoire pour faire plus spectaculaire. Il ne faut pas s’y fier. Le prêtre Michel Royer est effectivement celui qui a aidé les Dupret. Quant à la maison des Laval, on ne connaît pas son passé. Et l’on ne sait pas non plus où se sont réfugiés les Laval.
      Cordialement,
      Marie d’Ange

      1. Une autre question : La petite Lucie avait-elle les yeux exorbités ou révulsés ?

        1. Dans l’article, j’ai écrit que la petite fille avait les yeux révulsés.

  3. Bonjour, alors pour vous informer un peu mieux car j’ai étudié cette histoire depuis longtemps et je peux vous affirmer que ça n’a jamais eu lieu en Normandie mais dans la Drôme provençale.
    on a la preuve avec la voiture dans le documentaire immatriculée 26.
    Michel Royer est aujourd’hui décédé c’était un Médium.

  4. Il y aurait pas une malédiction aussi ? Je suis une Laval et vraiment notre famille est maudite il n’y as QUE des malheure… donc bon, je me pose des questions-
    Wolfia Articles récents…Je suis désolé les gars ! I’m Sorry ! ~ [-Important-]~[Gacha Club]My Profile

    1. Bonjour,
      Pour répondre à ta question, il faudrait d’abord réaliser une enquête sérieuse sur ta famille, sur les ancêtres et les descendants.
      Cordialement,
      Marie d’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :