Azazel, gardien des boucs

 





 

Le démon Azazel est souvent confondu avec le démon Azaël.

Les anciens chrétiens donnaient le nom d’Azazel à Satan.

Azazel est le Gardien des Boucs, à qui les Hébreux offraient un bouc émissaire à la fête de l’expiation célébrée le dixième jour du septième mois. On apportait au grand prêtre deux boucs qu’il tirait au sort : l’un pour Yahvé, l’autre pour Azazel. Le bouc était chargé, par imposition des mains, de tous les péchés du Peuple Élu. Puis, il était conduit dans le désert et mis en liberté, comme le décrit l’Ancien Testament : « Le bouc emportera sur lui toutes les iniquités dans une terre désolée ; il sera chassé dans le désert. » (Lévitique XVI, 22). C’est de cette tradition qu’Azazel a hérité de son surnom de Souverain des Boucs. C’est aussi pourquoi ce démon est réputé vivre dans le désert. Certains textes, extrapolant ce lien avec l’animal, font d’Azazel un genre de « maître des animaux » évoquant le Cernunnos celtique ou encore le Pan hellénique. D’un point de vue biblique, Azazel est considéré comme le prince des animaux maléfiques, le maître des Se Irim, les démons velus apparentés aux Satyres qui vivent dans les déserts et dansent sur les ruines d’Edom et de Babylone en compagnie des chacals et des boucs.

Dans l’Apocalypse d’Abrahman, texte de l’Ancien Testament non retenu pour le Canon, Azazel est tour à tour identifié au Serpent tentateur et au grand dragon chargé de dévorer les réprouvés en enfer. C’est lui qui serait venu tenter Ève en Eden.

Isaïe (XIII, 21 et XXXIV, 14) en fait le prince des animaux maléfiques vivant dans le désert et notamment le souverain des boucs.

Selon Milton, dans le Paradis perdu, Azazel est le premier porte-enseigne des armées infernales. Il illustre le duel entre les forces contraires : Satan et le Christ.

Azazel est mentionné dans la liste des principaux démons établie par le concile de Braga (561-563) soutenu par le pape Jean III.

Lorsqu’il apparaît, Azazel prend la forme d’un homme nu, assez musclé, barbu, portant deux petites cornes frontales et accompagné d’un bouc. Il porte un trident et une bananière.

Certains démonologues affirment qu’Azazel vole autour de nous en permanence.

Dans le Livre d’Hénoch, Azazel est confondu avec Azaïel puisqu’il est dit qu’il est condamné à l’exil jusqu’au Jugement dernier et que l’Archange Raphaël l’enchaîna et le jeta dans un trou situé dans le désert de Dudael.

À prier : l’archange Raphaël, Padre Pio.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

 

 




Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visitez notre boutique Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :