Saint Paul, l’architecte et le missionnaire

Paul est l’apôtre du Christ qui ne l’a pas connu de son vivant, celui qui persécuta les apôtres avant de recevoir la révélation, celui que l’on appelle l’architecte du christianisme, le missionnaire, l’épistolier inlassable. Paul c’est aussi le courage, l’audace, celui qui trouvait toujours les mots justes pour expliquer l’évangile et pour convaincre.




 

Biographie

Saint Paul de Tarse, Place Saint-Pierre au Vatican

 

On ne sait pas grand-chose sur la vie de Paul avant sa conversion. On sait qu’il est vers l’an 8 de notre ère, à Tarse, ville située au sud de l’actuelle Turquie. Élevé dans un strict judaïsme, il a toujours maintenu son appartenance au peuple juif. Il a été circoncis, comme le veut la tradition judaïque, au huitième jour, il appartient à la tribu de Benjamin.

Sa famille, assez aisée, l’envoie très tôt à Jérusalem où il devient élève du grand rabbin Gamaliel. Paul est un enfant intelligent, vif et cultivé, qui est attiré par la religion.

Paul serait donc d’une dizaine d’années plus jeune que Jésus. De ses parents et de son enfance, nous ne savons pas grand-chose. Dans ses lettres, il ne dit rien de sa famille. Saint Luc nous dit, dans les Actes 23,16, que Paul avait une sœur qui demeurait à Jérusalem et un neveu qui lui sauvera la vie.

Physiquement, on sait qu’il était petit, maigre, énergique, chauve et barbu.

Saul (prononcé « saule » en français) est son nom hébreu donné à la circoncision. À ce nom traditionnel, il ajoutera plus tard celui de Paulus, donc Paul. C’est avec ce double nom de Saul-Paulus, qui signifie « peu », « petit », qu’il sera connu.

Paul manifesta de bonne heure un grand zèle pour sa religion, le judaïsme, et se montra comme un grand persécuteur du mouvement messianique qui commençait à se dessiner autour de Jésus. Lorsque Jésus fut crucifié sous le gouvernement de Ponce-Pilate, Paul se mit au premier rang des persécuteurs des apôtres et les traqua sans relâche. Il accepta même une mission du souverain sacrificateur à Jérusalem pour rechercher les nouveaux chrétiens à Damas. Et c’est lors de ce voyage qu’il rencontra le Christ et se convertit. Nous reparlerons de cet évènement plus tard.

Donc, Paul s’est d’abord montré en ennemi acharné contre les premiers chrétiens. D’ailleurs, il participa même à la lapidation d’Étienne, un disciple de Jésus (Actes 7,22). Et les jours suivants, il poursuivit les autres disciples en entrant dans les maisons et en arrachant les habitants pour les jeter en prison (Actes 8,3).

Paul était quelqu’un qui avait une grande culture. Il était différent des autres apôtres qui étaient considérés par les autorités juives comme des gens ignorants. Paul parlait quatre langues : l’araméen, l’hébreu, le grec et probablement le latin. L’araméen était sa langue natale et le grec celle de Tarse et de l’Empire. Citoyen romain, il avait étudié la philosophie et la littérature de la Grèce, excellait en géographie, en navigation et en sport. Sa vaste culture étonnait et contrastait avec l’étroitesse de la religion de ses ancêtres.

Paul savait parler et convaincre. Il savait lire et écrire, mais aussi nager. Et chez les Grecs un homme qui sait nager est un homme éduqué, puisque Platon avait écrit « L’ignorant est un homme qui ne sait ni lire ni nager. »

La vie de Paul se déroula sous le règne de cinq empereurs : Auguste, Tibère, Caligula, Claude et Néron. Deux de ces cinq empereurs furent de véritables sanguinaires.

Paul vécut dans un temps qui favorisait les voyages et c’est pourquoi il a pu se déplacer librement grâce à la « pax romana » établie sous le règne de l’empereur Auguste. Profitant des routes construites par les Romains et de voies navigables romaines, il parcourut des milliers de kilomètres pour répandre la bonne nouvelle. Il a voyagé sur mer, sur terre, s’arrêtant dans les villes, évangélisant sans relâche. Et d’ailleurs, c’est à Rome, berceau du christianisme, qu’il mourut.

 

 

La conversion

 

La conversion de saint Paul, tableau de Brueghel l’Ancien

 

Voici ce qu’on peut lire dans les Actes des Apôtres : « Paul, ne respirant que mort et menaces contre les disciples du Seigneur, était allé le souverain sacrificateur et lui demander des lettres pour les synagogues de Damas, afin que, s’il trouvait des gens de cette croyance, il les amenât, hommes et femmes, enchaînés à Jérusalem. Comme il était en chemin et qu’il approchait de Damas, tout à coup une lumière, qui venait du ciel, l’enveloppa de sa clarté. Et étant tombé par terre, il entendit une voix qui lui dit : Saül, Saül, pourquoi me persécutes-tu ? Il dit : Qui es-tu, seigneur ? Le Seigneur répondit : Je suis Jésus, que tu persécutes. »

C’est cet évènement qui fera de lui un apôtre. Paul sera envahi par un désir de porter la bonne parole. Il ne sera plus le persécuteur, mais un évangéliste acharné.

Paul parlera de cet épisode à plusieurs reprises, cet épisode où il a vu la gloire du Seigneur ressuscité. Devenu aveugle par la lumière éblouissante, il est conduit chez un chrétien du nom d’Ananie. Là, il restera trois jours sans boire ni manger (Actes 9,9) avant d’être baptisé et d’entrer dans la communauté chrétienne. Et c’est lors de ce baptême qu’il retrouvera la vue. Et sa vie change d’un coup, le Christ devient alors son maître !

 

 

Ses voyages

 

Saint Paul en prison, tableau de Rembrandt, 1627.

 

Entre 44 et 58, Paul fera trois voyages autour du bassin méditerranéen, passant d’un port à un autre, visant les grands centres romains où il sait trouver des communautés juives ou des connaissances pouvant lui servir d’appui. Très vite, il multiplie les conversions et crée des communautés chrétiennes.

Luc, l’évangéliste et médecin, le suivra pendant de longues années. Il écrira les Actes des Apôtres dans lesquels il montre combien Paul mettait les femmes en grande place et combien Paul les respectait. Les femmes l’accueillaient, l’aidaient, l’encourageaient. Et dans de nombreuses églises fondées par Paul, il leur confiera des responsabilités importantes. D’ailleurs, il sera traité de misogyne, mais cela est un autre débat.

 

 

Que nous dit Saint Paul

 

Statue de saint Paul devant la basilique Saint-Paul-hors-les-murs de Rome, construite sur le tombeau présumé de saint Paul.

 

La première chose que saint Paul nous dit est que la femme est égale à l’homme comme le souhaitait Jésus-Christ, qu’elle ne doit pas être au second plan, qu’elle a toute sa place dans l’Église, qu’elle peut évangéliser. Mais bien sûr, ce souhait ne sera pas respecté partout.

Saint Paul nous dit aussi que le Christ est présent en chacun de nous et dans le monde, il nous enseigne que tous les hommes sont sauvés par la foi au Christ et par le baptême.

Chaque chrétien est rempli de l’Esprit saint, ce qui le fait vivre dans la joie et l’amour du prochain, en communion avec le Christ, et cela malgré les épreuves.

Paul nous apprend à placer Jésus-Christ au centre de son être. Il donne à chaque vie chrétienne un souffle missionnaire. Paul a toujours affirmé que chaque homme est appelé à connaître Jésus crucifié et ressuscité.

Enfin, Paul est l’apôtre de la vie dans l’Esprit saint. Il ne le définit pas, mais le fait découvrir dans son œuvre. Il nous montre que la rencontre du Christ ressuscité nous appelle à une conversion profonde de nos pensées et de nos actions.

Paul s’est éteint en martyre, décapité. Il a aussi connu des assauts démoniaques et se battait souvent avec les démons qui le torturaient dans sa chair.

 

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin


 

 




 

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visitez notre boutique ! Cliquez sur la page "La boutique de Marie d'Ange" pour découvrir tous nos objets religieux et nos livres. Ou, sélectionnez votre catégorie dans l'onglet "La boutique" à droite. Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :