Mystérieuse disparition : le yacht fantôme

Avril 2017 au large des côtes de l’Australie. Un catamaran de dix mètres, le Kaz II, est retrouvé à la dérive près de la Grande Barrière de corail, le moteur est en marche. À son bord, une table est dressée, un ordinateur est allumé, mais pas l’ombre de ses trois membres d’équipage. Une disparition inquiétante, mystérieuse. Que sont devenus les membres de l’équipage du Kaz II ?

 

 

Un yacht fantôme

 

Le yacht fantôme à la dérive

 

L’équipage du Kaz II se composait de trois hommes, tous Australiens habitant la ville de Perth : Derek Batten (56 ans), Peter Tunstead (69 ans) et James Tunstead (63 ans). Le propriétaire du bateau est Derek Batten, Peter et James Tunstead, deux frères, sont ses voisins. Les trois hommes projetaient de rallier par la mer leur ville de résidence, Perth, en effectuant des arrêts le long de la côte nord puis ouest. Cette aventure, que les trois hommes avaient préparée minutieusement, devait durer de six à huit semaines. C’était le voyage d’une vie, un moment entre amis entre parties de pêches, de nage et de bon temps.

Selon les autorités, le Kaz II a quitté les côtes d’Airlie Beach le 15 avril 2007 et se dirigeait vers Townville. Le 18 avril 2007, un hélicoptère des douanes aperçoit le catamaran dérivant près de la grande barrière de corail. Apparemment, l’équipage, invisible, semblait en détresse.

Le 20 avril 2007, la sécurité maritime aborde le navire et le remorque. Selon les autorités maritimes, la disparition des trois membres de l’équipage est « étrange ». En effet, à bord du Kaz II, tout semblait normal, mais il n’y avait aucune trace de l’équipage. Les secouristes montés à bord du catamaran ont ressenti une étrange impression de normalité : le dîner était dressé, un ordinateur portable était allumé, le moteur tournait toujours, mais il n’y avait aucun signe de vie. De plus, les systèmes d’urgence du bateau, sa radio et son GPS, fonctionnaient et les gilets de sauvetage étaient complets. On retrouve aussi les téléphones portables des trois hommes, leurs montres et leurs portefeuilles.

Sur le pont arrière du bateau, les autorités trouvent trois t-shirts soigneusement pliés, ainsi qu’un petit bateau encore hissé. Tout peut faire croire que les trois amis sont partis nager.

Par contre, les autorités ne retrouvent pas les chapeaux des marins ainsi que deux paires de lunettes. Et chose bizarre, à part la disparition de l’équipage, une des voiles du bateau est déchirée.

Cette affaire de « yacht fantôme » est un véritable casse-tête pour les autorités.

 

 

Les recherches

 

Le propriétaire du yacht, Derek Batten.

 

Le vendredi 20 avril 2007, le Kaz II est remorqué jusqu’au port de Townsville pour un examen médico-légal. Pendant ce temps, sept avions et deux bateaux essaient de retrouver la trace des trois navigateurs. En vain. Ne trouvant aucune trace des trois amis, la police interrompt les recherches estimant que les disparus n’ont aucune chance de survie aussi longtemps dans l’eau.

Dans le port de Townsville, le Kaz II est passé au peigne fin. Ce sont les sergents Bardell et Molloy qui sont chargés de cette investigation médico-légale. Leurs conclusions sont surprenantes : la thèse criminelle est écartée, rien ne peut faire supposer qu’il y ait eu une intervention extérieure. Tout est en place, rien n’a été volé ou détérioré. Aucune trace de lutte.

Les données du système GPS du navire confirment le départ d’Airlie Beach et que le bateau a traversé une zone de formation de bourrasques et d’une mer agitée. Puis, dans la même journée, le soir, les données GPS indiquent que le bateau était à la dérive. Mais, avant la dérive, les autorités découvrent plusieurs points bizarres : selon les indications GPS, le jour du départ d’Airlie Beach, le yacht a mis le cap vers le nord-est, en direction du passage Whitsunday, de George Point et de l’île de Gloucester. Les trois hommes avaient l’intention d’atteindre Ayr pour la nuit. Sauf que l’on retrouve, dans le journal de bord d’un opérateur radio, la position du Kaz II : le 15 avril 207, à 18 h 45, le bateau se trouvait encore vers George Point. Pourquoi après onze heures en mer, le navire est-il toujours aussi proche de son lieu de départ ?

Les autorités découvrent un enregistrement vidéo, un film de vacances des trois amis. La dernière séquence filmée révèle des choses étranges.

Cette dernière séquence est filmée par James Tunstead le 15 avril à 10 h 5, peu avant l’heure supposée de la disparition des trois amis. Cette dernière séquence montre que :

  • Derek Batten tenait la barre
  • Peter Tunstead pêche à l’arrière du bateau,
  • Une longue corde blanche traîne à derrière le bateau,
  • Le moteur ne tourne pas,
  • La mer paraît agitée, mais aucun des trois hommes ne portent un gilet de sauvetage,
  • Des pare-battages sont suspendus à des filières de sécurité. Le rôle des pare-battages est de protéger le bateau des chocs pouvant se produire lors des manœuvres.

James Tunstead a fait pivoter sa caméra selon un mouvement panoramique de 360 degrés. Ce qui permet aux enquêteurs de voir les îles aux alentours et de déterminer l’endroit exact où se trouvait le bateau à 10 h 5.

La vidéo montre aussi que la chemise et les lunettes de James Tunstead ne sont pas posées à l’endroit où elles ont été retrouvées.

La bande sonore montre que les trois hommes s’amusent et plaisantent, même si l’un d’entre eux fait remarquer que le ciel s’assombrit et devient menaçant.

Avec tous ces nouveaux éléments, les autorités dessinent un périmètre de recherche. Trois bateaux sont affrétés et les recherches recommencent dans un secteur plus limité. Ces nouvelles recherches sont lancées le lundi 23 avril 2007, mais, infructueuses, elles sont annulées le 25 avril 2007.

 

L’enquête officielle

 

Derek Batten, Peter et james Tunstead.

 

Le 4 août 2008, une enquête officielle est ouverte sur la disparition mystérieuse des trois hommes devant la Cour de l’État du Queensland. C’est Michael Barnes, le coroner de l’État du Queensland qui est chargé de cette enquête sur le « yacht fantôme ». Son rôle visait à déterminer si les circonstances de la disparition, si l’enquête avait été bien menée. Vingt-sept témoins sont interrogés, parmi lesquels des proches des disparus, des observateurs ayant vu le navire avant sa disparition.

Jennifer Batten, épouse de Derek, déclare que son mari était un plaisancier expérimenté et prudent, naviguant depuis 25 ans. Elle ajoute que Derek connaissait le voilier acheté récemment, qu’il avait navigué plusieurs fois avec avant son périple et que tous les voyages réalisés sur le Kaz II se sont déroulés sans problèmes.

Graeme Douglas, l’ancien propriétaire du Kaz II qui avait vendu le bateau à Derek Batten a déclaré que le bateau était en bon état de marche au moment de la vente. Graeme Douglas a aussi aidé les trois disparus à planifier une partie de leur itinéraire et qu’il a été surpris de constater que les trois hommes avaient dévié l’itinéraire prévu dans leur système GPS.

À ces audiences, on parle aussi de la vidéo et de l’enquête médico-légale des policiers.

Avec tous ces éléments, le coroner Michael Barnes déclare que les circonstances de la disparition ne peuvent être précisées. Au vu du film vidéo, il déclare que le dimanche 15 avril 2007 à 10 h 5, le Kaz II naviguait dans les environs de George Point. Jusque-là, tout se passait comme prévu, mais, dans l’heure qui a suivi, la situation a évolué de manière dramatique. Les trois hommes ont d’abord tiré à eux la corde blanche, le filin, qui traînait dans le sillage du bateau et l’ont enroulé sur le pont avant à proximité des casiers où il était rangé d’ordinaire. Puis, pour une raison inconnue, James Tunstead a enlevé son t-shirt et ses lunettes et les a déposés sur la banquette arrière du bateau. Ensuite, sans explication évidente, les leurres de pêche des plaisanciers se sont empêtrés dans le gouvernail bâbord. Par conséquent, il semble évident qu’un des passagers soit descendu sur le « sugar scoop » (plateforme au ras de l’eau située à l’arrière du navire, près de la ligne de flottaison, qui permet d’aller nager), pour essayer de libérer les leurres. La plateforme est étroite, la manœuvre est périlleuse. On pense que c’est James Tunstead qui a tenté de libérer les leurres, ce qui expliquerait qu’il ait enlevé son t-shirt et ses lunettes. Mais, il est tombé à l’eau. Son frère, Peter, est venu pour tenter de le secourir, pendant que Batten tenait la barre et qu’il tentait de manœuvrer pour lui aussi secourir son ami. Pour cela, il devait affaler les voiles avant de pouvoir revenir vers ses amis, tous les deux à l’eau. Mais, lorsqu’il a quitté la barre pour affaler les voiles, un changement de vent aurait provoqué un virement de bord. S’en serait suivi un mouvement de balancier du tangon qui aurait percuté de plein fouet Derek Batten, le propulsant lui aussi par-dessus bord.

Et comme le navire était lancé à 15 nœuds, il s’est vite trouvé hors d’atteinte des trois amis qui se sont retrouvés à la mer, sans bouée de sauvetage, sans gilet de sauvetage. Aucun des trois n’était bon nageur, la mer était agitée, leur destin était scellé.

Cette explication, bien que plausible, est rapide et surtout, conviendrait si les trois hommes étaient des novices, ce qui n’est pas le cas.

 

D’autres explications

 

L’enquête su le Kaz II

 

L’histoire de la marine est riche en histoire de « bateau fantôme ». On pense notamment à celle de l’affaire de la Mary Celeste, un navire reliant New York à Gênes, retrouvé en décembre 1982, avec plus aucun membre de son équipage à bord et là aussi, le petit-déjeuner était servi et rien ne faisait croire à une attaque criminelle.

Nous savons que le jour de la disparition des membres de l’équipage du Kaz II, le temps était venteux, la mer agitée. On peut penser que les trois hommes ont été victimes de ce mauvais temps, mais la présence sur le bateau des gilets de sauvetage semble nous dire que la météo était stable au moment de leur disparition.

Une voile du « yacht fantôme » était déchirée, faisant penser que des pirates ont peut-être accosté le bateau et forcé l’équipage à les suivre.

Tous les membres de l’équipage du Kaz II n’étaient pas des novices, les frères Tunstead naviguaient depuis l’âge de 18 ans, ils connaissaient les dangers de la mer.

D’autres hypothèses plus abracadabrantes les unes des autres ont été émises, comme l’hypothèse d’un coup monté pour escroquer l’assurance et bien d’autres. Aucune des hypothèses émises n’explique la disparition mystérieuse des trois hommes et surtout, malgré les recherches, que les autorités n’ont retrouvé aucun corps. Car c’est bien là où le mystère demeure : comment se fait-il que l’on ait retrouvé même pas un corps parmi les trois disparus ? Peut-être aurions-nous un jour la réponse ou pas, car si les disparitions sont liées à une quelconque activité surnaturelle, nous n’aurons jamais le fin mot de l’histoire.

Sources : lefigaro.fr

 

 

Marie d’Ange

 

 

Pour aller plus loin


 

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :