L’abbé Julio, le spirite occulte

Beaucoup utilisent les prières de l’abbé Julio pour demander la guérison de toutes les maladies physiques et morales. En effet, l’abbé Julio nous a laissé des recueils de prières, qui à première vue, sont inoffensifs. En fait, ces prières ne sont que des formules de magie blanche déguisées en prières. On y trouve même quarante-quatre pentacles dits de protection ! Et c’est là où ça devient dangereux de les utiliser, puisque toute magie fait appel au démon. Explications.




 

 

Biographie de l’abbé Julio

 

Portrait de l’abbé Julio

 

Avant de commencer cet article, j’aimerais simplement rappeler que je sais que certaines personnes sont très attachées aux prières de l’abbé Julio et je sais que ces personnes n’hésiteront pas à s’exprimer après la publication de cet article. C’est leur droit, sauf que j’aimerais dire à ces personnes que ce que je dénonce, c’est pour le bien, non pour le mal. Je ne dénigre en aucune façon le travail de l’abbé Julio, ni même ses intentions que je pense justes, mais je mets en garde contre ses prières qui font appel à des entités, et donc, qui peuvent être dangereuses.

Revenons à la biographie de l’abbé Julio. De son vrai nom Jules Houssay, l’abbé Julio est né en Mayenne, à Cossé-le-Vivien, le 3 mars 1844. Son père était maçon.

Très tôt, le sacerdoce l’attira. Il est ordonné prêtre en 1867, à Laval, et devient vicaire. La guerre de 1870 éclate, et l’abbé Julio s’engage comme aumônier des volontaires. Là il fait preuve d’un dévouement et d’un courage sans failles. Après la guerre, il reprend son poste de vicaire à Juvigné puis à Javron.

En 1878, il monte à Paris où on lui confie le vicariat de l’église Saint-Joseph. Mais, Jules Houssay a un très fort caractère et très vite, il s’oppose à l’ultramontanisme ambiant (politique favorable à l’autorité absolue du pape, à la primauté de l’Église romaine) allant même jusqu’à traîner en justice deux laïques proches de l’archevêché. L’archevêque de Paris, voulant le faire taire, le mute à la paroisse Sainte-Marguerite, du 11e arrondissement de Paris, le 28 février 1885. En colère et n’acceptant pas cette mutation, Jules Houssay démissionne et s’installe à Belleville où il devient comptable dans une petite usine. Parallèlement, il fonde un petit journal où il continue ses dénonciations contre l’Église. Ce journal, appelé « L’Ami du Clergé », prend la défense des petits curés et des vicaires. Il sera rejoint par des prêtres libéraux. C’est dans ce journal que Jules Houssay prendra pour nom de plume celui de l’Abbé Julio.

En 1888, l’abbé Julio deviendra journaliste pour « L’Ami de l’humanité » et « La Tribune populaire », deux journaux aux idées socialistes avérées. Parallèlement, il fondera le journal « L’Étincelle » voué toujours à ce combat qui l’anime qui est la dénonciation du système ecclésiastique basé sur le pouvoir et la richesse. Il publiera aussi de nombreux ouvrages polémiques, dont « L’Archevêque de Paris et les dames de carreaux », « Passibonqueça », « Histoire d’un curé de Paris », « Un forçat du bagne clérical ».

On comprend donc que l’abbé Julio voulait dénoncer ce qui se passait au sein des hautes autorités de l’Église. En ce sens, ce combat est noble, car beaucoup d’hommes d’Église ont oublié leur mission et ont laissé passer leur envie de pouvoir et de richesse au premier plan. Ce qu’il fallait faire, c’était un grand ménage et défroquer toutes les brebis galeuses. On ne reproche pas à l’abbé Julio d’avoir voulu dénoncer les malversations qui se passaient (et qui se passent toujours aujourd’hui) au sein de l’Église, mais on lui reproche d’avoir flirter avec la magie, notamment avec le magnétisme et bien d’autres pratiques appartenant au monde occulte.

 

 

L’abbé Julio, le magnétiseur

 

Un titre de livre très explicite sur les pratiques de l’abbé Julio.

 

En 1888, l’abbé Julio rencontre le célèbre magnétiseur Jean Sempé, celui qui se dit mystique et guérir par Jésus-Christ. C’est lui qui va enseigner son art à l’abbé Julio, donc à guérir les maux physiques et moraux par la seule force de la prière et en utilisant certains rituels magiques.

L’archevêque de Paris, qui avait gardé un œil sur l’abbé Julio, s’inquiète de ce phénomène qui prétend guérir par la prière et la magie et décide d’éloigner Jules Houssay de la capitale. Il l’envoie en Touraine, à Pont-de-Ruan, où Jules Houssay peut continuer son ministère. Des malades viennent en nombre pour obtenir la guérison, et l’abbé Julio leur impose les mains pour obtenir cette guérison. C’est là aussi qu’il va commencer à rédiger son livre « Prières merveilleuses pour la guérison de toutes les maladies physiques et morales ». Ce livre paraît en 1907 et sera suivi de nombreuses rééditions.

En 1898, l’abbé Julio démissionne et s’installe en banlieue parisienne, où il deviendra le chef de « L’Église catholique libre de France ».

 

 

L’abbé Julio et le spiritisme

 

L’abbé Julio utilise les pouvoirs des pentacles.

 

Nous savons que l’Église condamne fortement tous ceux qui tentent d’appeler les morts, tous ceux qui se livrent aux sciences occultes ou ceux qui veulent commercer avec les forces du mal par un pacte. L’Église interdit cela, car cela est dangereux. Le Christ lui-même nous a demandé de nous éloigner de toutes ces pseudosciences qui font appel à des entités. Le problème, c’est que l’abbé Julio, non seulement pratiquait la magie, mais aussi le spiritisme. Ce qui veut dire, et même si cela n’était pas son but, même s’il faisait cela dans une bonne intention (celle de guérir les gens), il faisait appel à des entités démoniaques. Il utilisait d’ailleurs, dans ses rituels, des pentacles censés protéger des forces occultes (sic). L’abbé Julio se défendait de cette accusation, et disait faire appel à des anges, mais l’on sait bien qu’en magie, ce ne sont jamais les anges qui répondent en prières.

L’abbé Julio disait que l’Église était la grande spirite, mais qu’elle avait perdu cette capacité en perdant la clé des mystères révélés par le Christ, le Divin Spirite. Quelle hérésie ! Jésus-Christ ne nous a jamais demandé de pratiquer la magie, bien au contraire, il condamnait de telles pratiques. Il nous a montré comment chasser le démon devant nous, par la prière et l’invocation de son Nom, mais surtout pas en faisant des rituels magiques !

L’abbé Julio disait aussi que le spiritisme pouvait conduire à la lumière s’il était pratiqué par des hommes expérimentés. L’imprudent pouvait tomber aux mains des puissances ténébreuses, mais celui qui pratiquait le spiritisme avec foi ne pouvait pas être attaqué par les forces maléfiques.

Aujourd’hui, de nombreux croyants utilisent les prières de l’abbé Julio. Or, nous savons que l’abbé Julio est une référence dans le monde occulte, un magicien, un spirite, ce qui est contraire à la foi divine, à l’enseignement du Christ. D’ailleurs, l’abbé Julio disait du Christ qu’il était « le plus grand des médiums qui communique avec Dieu par le truchement de l’Esprit saint ». Comprenez bien donc que Jésus n’est pas alors le Fils de Dieu, mais un médium.

Pour l’abbé Julio, il y a trois sortes de spiritisme :

  • Le faux, l’impur, c’est l’invocation des forces du mal que tout chrétien a pour devoir de combattre.
  • Le spiritisme qui fait appel à l’évocation des esprits, ni bons ni mauvais, qui entourent la terre et cherche à communiquer avec nous. Ce spiritisme paraît inoffensif, mais est en réalité très dangereux, car ces âmes errantes qui cherchent à communiquer avec les vivants sont comme des sangsues, des entités qui s’accrochent et pompent l’énergie de l’hôte.
  • Enfin, le troisième type de spiritisme est pour l’abbé Julio quelque chose de bon, de « vrai et pur », car ce spiritisme-là fait appel aux esprits de ceux qui ont fait rayonner l’Église. Ce sont ces esprits que l’abbé invoque dans ses prières.

En fait, c’est l’argument premier de ceux qui pratiquent la magie blanche : invoquer de bons esprits, et non de mauvais esprits. Et l’on ne peut que rester dubitatif devant de telles croyances. L’abbé Julio disait lui-même que les esprits faisant partie de la deuxième catégorie de spiritisme pouvaient prendre toutes sortes d’apparences, pouvait tromper, duper, mentir. Comment a-t-il pu être aussi naïf et croire en un spiritisme qui n’invoquerait que de bonnes âmes et de bonnes entités ? L’abbé Julio ne semble pas se rendre compte que les esprits supérieurs auxquels il fait appel sont aussi maléfiques que le « faux spiritisme » et le spiritisme qui fait appel aux âmes errantes. Il n’y a que les démons qui répondent à l’appel d’un spirite. Ce démon peut se faire passer pour l’être cher récemment disparu, peut prendre son apparence, sa voix, sa posture, mais il restera un démon. Il faut bien que cela soit clair.

 

 

La portée de la doctrine de l’abbé Julio

 

Un des quarante quatre pentacles dits de protection de l’abbé Julio.

 

Les prières de l’abbé Julio sont utilisées par ceux qui veulent guérir par la prière, dans des lieux de « culte » au sein desquels on promet d’exorciser… Mais, comme tout mouvement qui se crée, ce mouvement a besoin d’argent pour vivre. Donc, tous ceux qui s’adressent à ce genre de personnes qui disent délivrer par la prière, qui disent exorciser en utilisant des rituels, vont devoir se délester d’un peu de leur argent. Et c’est là où cela devient compliqué.

Tout le monde peut se dire « exorciste », peut se dire « magnétiseur » et dire délivrer les personnes du mal en échange d’une somme d’argent. Car les consultations auprès de ces personnes ne sont jamais gratuites. Après, ces personnes vous diront qu’elles doivent aussi vivre. C’est un fait, mais elles se font de l’argent en pratiquant de la magie et même si les intentions sont bonnes, la finalité ne l’est pas.

La postérité de l’abbé Julio est partout, je dirai même dans chaque coin de la France et ailleurs. Il n’est pas rare de croiser des personnes (souvent bien intentionnées) qui prétendent guérir grâce aux prières de l’abbé Julio et à quelques rituels commandés par l’abbé. Sur la toile, on voit proliférer de nombreux sites qui font la promotion de l’exorcisme en mêlant l’ésotérisme, l’occultisme, le christianisme et surtout, la demande d’argent. Il n’y a qu’à taper dans le moteur de recherche Google pour s’en rendre compte ! C’est impressionnant de constater combien de sites de ce genre existent. Il y a même des personnes qui se disent évêques et prétendent exorciser les gens par le magnétisme. Il y a même des personnes qui donnent des cours sur la pratique de l’exorcisme !

Ici, il ne s’agit pas de juger ces personnes, dont la plupart pensent faire le bien je le rappelle, mais de mettre en garde les personnes qui pensent trouver du réconfort en s’adressant à elles. La prière est très efficace, le Seigneur écoute toujours les prières, et donc parfois, cela peut faire du bien et parfois même, on peut obtenir la guérison. Mais, cela reste toujours un risque, donc restons prudents et ne tombons pas, malgré nous, dans des pratiques occultes déguisées ou dans des rituels ésotériques déguisés eux aussi. Le Diable se cache partout, même derrière l’homme le plus vertueux qu’il soit.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin




Étiqueté , ,

3 commentaires sur “L’abbé Julio, le spirite occulte

  1. Si les gens pouvaient vous entendre et le comprendre… Malheureusement, nous avons déjà vu ce livre en vente dans des librairies « catholiques »…

    1. Merci pour votre commentaire qui me fait chaud au coeur, dénoncer les chose n’est pas toujours facile, mais il faut le faire. L’Eglise s’est perdue, elle a fait de bonnes choses, mais a été gangrenée de l’intérieur par des personnes mal intentionnées et cela depuis le Concile de Nicée. Il faut remettre beaucoup de choses à plat afin de suivre les vraies paroles du Christ, les seules qui comptent.

  2. Dans la jeunesse de mon retour à Dieu, j’ai eu affaire, pour raison de santé d’une proche, à un couple de personnes, soit-disant douées de pouvoirs guérisseurs. Bien entendu, il n’en a rien été. Mais c’est chez eux que j’ai découvert cet abbé Julio. (ces personnes tenaient boutique à Paris…). Bien entendu, j’ai lu (et prié) toute la littérature de ce soit-disant abbé, qui mélange un peu de bon dans beaucoup de mauvais. D’ailleurs, les adeptes de l’abbé Julio sont également des adeptes d’Allan Kardec et compagnie, qui est plus que sulfureux, l’un ne va pas sans l’autre semble-t-il. Bien entendu, Dieu m’a éclairé et montré mon erreur, j’ai détruit ces livres il y a longtemps.
    Comme le dit une personne, ces livres sont en vente dans beaucoup de librairies catholiques, entre autre à Lourdes même. Il est donc important d’éclairer nos frères et sœurs sur ce danger infernal. Donc, pas de soucis, vous avez très bien fait, mais vous avez même été trop gentille, car dans ces milieux, voués à satan, seule l’exploitation des gens en grandes souffrances compte, pour le plus grand bien de leurs portefeuilles, bien entendu. Il est vrai que les victimes sont des victimes de satan (via le spiritisme etc) et qu’elles doivent être mises en garde et sachent que tout le monde peut se tromper (car le Trompeur par excellence sait y faire), mais qu’il est très facile de se faire pardonner par Dieu Trine et se rétablir en Lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visitez notre boutique ! Cliquez sur la page "La boutique de Marie d'Ange" pour découvrir tous nos objets religieux et nos livres. Ou, sélectionnez votre catégorie dans l'onglet "La boutique" à droite. Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :