La légende de la dame blanche

La légende de la dame blanche se retrouve un peu partout en Europe et en Amérique du Nord et diffère selon les mythes locaux. La dame blanche peut être tour à tour une fée, une sorcière, une lavandière de nuit, un spectre annonçant une mort prochaine, le fantôme d’une femme hantant un lieu ou une autostoppeuse fantôme. Même les reines de France étaient appelées les Dames Blanches. Faisons un peu le tour de cette légende presque mondiale qui terrorise bon nombre de routiers.

 

 

La tradition des reines de France

 

Louise de Lorraine dans son habit de deuil.

 

En France, la tradition, le protocole royal voulait que les reines de France portent le deuil de leur royal mari en se vêtant d’habits blancs. Ce qui leur a valu le surnom de « reines blanches » ou « dames blanches ». Cet usage perdura jusqu’au 16e siècle.

Par exemple, Louise de Lorraine, veuve d’Henri III, s’est retirée au château de Chenonceaux après le décès de son mari et a porté des vêtements blancs jusqu’à la fin de sa vie, ce qui lui a valu le surnom de « dame blanche ».

C’est la Reine Élisabeth d’Autriche, veuve de Charles VIII à l’âge de 19 ans, qui changea pour la première fois cette coutume. Elle délaissa le blanc pour revêtir une robe noire.

 

Les fées

 

Les fées sont issues d’un folklore très ancien. Elles sont moitié déesses, moitié sorcières, mais toujours gentilles (enfin la plupart du temps). Elles ont une parenté évidente avec la reine Guenièvre de la légende d’Arthur où l’on y retrouve la Dame du Lac, et la fée Mélusine de la ville de Lusignan.

La légende veut que les fées habitent les landes et les forêts et apparaissent entourées d’une clarté blanche ou en femmes toutes blanches. Elles s’occupent des animaux, de la nature et ne sont pas dangereuses, bien au contraire.

Ces fées ont été vues dans de nombreux lieux, notamment dans des grottes des Pyrénées. Beaucoup de témoignages rapportent leur présence.

 

La dame blanche protectrice

 

Certaines fois, la dame blanche apparaît pour protéger, pour avertir d’un danger.

En Andorre, près de la cascade d’Auvinya, la légende raconte qu’une dame blanche est apparue pour défendre le territoire andorran contre les visées de l’évêque d’Urgel. Cette légende est très connue du grand public. Dans ce mythe pyrénéen, une dame blanche est apparue près de la cascade d’Auvinya à plusieurs reprises. Elle aurait évité les attaques d’un loup monstrueux, qui n’était autre que l’évêque d’Urgel déguisé.  

Une dame blanche est aussi apparue à plusieurs reprises au prince Louis-Ferdinand de Prusse, la veille et le jour de sa mort tragique sur le champ de bataille de Saalfeld.

La veille de son assassinat, l’impératrice Sissi a rencontré une dame blanche près de l’hôtel où elle était descendue, à Montreux.

Les lavandières de nuit

 

Le mythe de la lavandière de nuit est présent dans de nombreuses régions d’Europe, sous divers noms : kannerez-noz, Night washerwoman, Bean nighe, Lamina…

En fait, ce sont des femmes blanches qui lavent leur linge en chantant, au clair de la lune, dans les fontaines désertes et lorsque quelqu’un passe à proximité, elles réclament de l’aide pour tordre leur linge. Sauf qu’elles cassent les bras à celui qui les aide de mauvaise grâce.

Donc, si vous les croisez et qu’elles vous demandent de l’aide, soit vous fuyez, soit vous les aidez de bon cœur.

 

Les autostoppeuses


Le mythe des autostoppeuses fantômes est une évolution récente de la légende de la dame blanche et certainement le plus connu.

Ici, il s’agit d’une jeune femme habillée de blanc qui fait de l’auto-stop, la nuit et qui apparaît essentiellement à de jeunes hommes. Souvent, il s’agit de femmes décédées aux endroits ou un peu plus loin où elles ont trouvé la mort.

Si elle est prise en stop, elle monte dans la voiture et disparaît brusquement, soit à l’approche d’un passage dangereux, soit en criant, soit en arrivant au niveau du lieu où elle a trouvé la mort.

Ce phénomène est connu dans le monde entier et appartient à ce qu’on appelle les légendes urbaines. Les routiers connaissent bien la légende de la dame blanche. Dans le milieu de la route, il est dit que si on la croise où qu’elle se matérialise à bord de son camion, c’est pour éviter un accident. Si l’automobiliste ou le routier la prend, elle prévient simplement de faire attention à un tronçon dangereux de la route et disparaît mystérieusement après. Par contre, si elle est laissée sur le bord de la route, si on l’ignore, on a alors un accident.

Aux États-Unis, les premiers récits présentant une dame blanche autostoppeuse remontent aux années trente et ont été racontés pour la première fois à Chicago. Là-bas, on parle de la légende urbaine de Ressurection Mary. Cette dame blanche apparaîtrait sur Archer Avenue, la route allant de la salle de bal Willobrook au cimetière Resurrection. À cette époque, plusieurs témoignages de conducteurs racontent avoir pris en stop une jeune femme en robe blanche qui demandait à descendre à proximité du cimetière avant de disparaître mystérieusement. La légende parle d’une jeune femme tuée par un véhicule sur le bord de cette route alors qu’elle sortait du bal et qui aurait été enterrée dans sa robe de bal, blanche bien entendu, au cimetière de Resurrection.

Des autostoppeuses fantômes seraient régulièrement remarquées sur les routes de France, comme sur celle conduisant à Château-Bernard, en Isère, ou encore sur la D7, entre Caen et Luc-sur-Mer.

En France, la dame blanche autostoppeuse apparaîtrait dans la forêt de Compiègne, car les rumeurs font mention d’un homme mort dans un virage sur cette route, homme qui serait le mari de la dame blanche.

On raconte, par exemple, qu’une dame blanche apparaît souvent au niveau de l’abri-bus du CHU de Caen et que cette dame blanche serait une jeune fille ayant trouvé la mort sur le trajet de la D17. Une fois prise en stop, elle crierait « attention au virage ! » avant de disparaître une fois la courbe passée.

Certains récits de dames blanches autostoppeuses intègrent une variante telle que, au lieu de se volatiliser, l’autostoppeuse oublie un objet personnel (vêtements, carte d’identité, photo…) et donne un indice pour la retrouver. Si le conducteur l’ayant pris en charge entreprend de la retrouver afin de lui rendre son bien, il rencontre alors un parent et apprend que l’objet appartient bien à la jeune femme, mais que cette dernière est décédée depuis plusieurs années.

 

Les messagères annonciatrices d’une mort prochaine

 

La dame blanche annonciatrice d’une mort prochaine apparaît, comme son nom l’indique, quelques heures ou quelques jours avant la mort. Elle était surtout annonciatrice de morts au sein des familles bourgeoises et aristocratiques d’Europe.

Selon la légende, de nombreuses familles européennes princières, nobles et aristocrates, avaient leur dame blanche attitrée. Ces dames blanches ne hurlaient pas, elles se contentaient d’apparaître et parfois se montraient protectrices.

Par exemple, la dame blanche de Krumlov était attachée à la puissante famille Rosenberg de Bohème. Il y a aussi la dame blanche des Habsbourg, des Hogenzollen, des Brunswick, des Brandebourg, des Banes…

On raconte qu’une dame blanche serait apparue à l’empereur Charles Quint en 1558, la veille de sa mort, au monastère de Yuste.

Une dame blanche serait apparue deux fois au prince Louis-Ferdinand de Prusse, la veille et le jour de sa mort tragique sur le champ de bataille de Saalfeld.

En juillet 1832, une dame blanche serait apparue à Aiglon, le fils de Napoléon 1er. Celui-ci décédera le lendemain.

Et cette liste est loin d’être terminée.

Aujourd’hui encore, on raconte que si l’on voit une dame blanche apparaître c’est que l’on va mourir ou que quelqu’un qui nous est cher va mourir. Et encore aujourd’hui, on a des témoignages relatant son apparition et les décès qui ont suivi. Donc, la dame blanche semble ne plus apparaître que dans les milieux aristocratiques.

D’ailleurs, en parlant de cela, on raconte que plusieurs jours avant sa mort, Claude François aurait vu une dame blanche, pendant plusieurs nuits d’affilée. Cette apparition se contentait d’entrer dans la chambre, de s’asseoir à côté de lui et de disparaître. Claude François en parla avec sa sœur, qui lui conseilla de poser un verre de lait sur sa table de nuit. Ce qu’il fit et il ne fut pas dérangé par la dame blanche durant la nuit. Sauf que le lendemain, il trouva la mort en s’électrocutant.

 

Spectres

 

Une autre légende raconte des phénomènes de hantise par des dames blanches. Ici, la dame blanche n’annonce pas la mort, mais semble garder un territoire, un lieu en le hantant.

Ces spectres de dame blanche sont essentiellement dans les châteaux, parfois les cimetières, les tavernes ou les hôtels. Ces dames blanches se contentent d’apparaître. Elles ne sont pas dangereuses, enfin jusqu’à présent, elles n’ont pas eu la vocation d’agresser ou de faire du mal.  

Certains témoignages nous content la vision d’une dame blanche dans différents châteaux d’Europe, notamment le château de Puilaurens, le château de Puymartin, le château de Trécesson, le château de la Boursidière, le château d’Arlempdes… la liste est longue.

On a aussi des témoignages racontant la vision d’une dame blanche dans le village de Saint-Louis dans l’Ain qui parcourrait les rues, à la chute de Montmorency au Québec, dans le quartier de Sidcup à Londres, dans le parc de Durand-Eastman à New York, dans le cimetière d’Easton dans le Connecticut… encore une fois la liste est longue et comme vous l’avez certainement noté, la légende a dépassé les frontières de l’Europe.

Ce genre de dames blanches apparaît plusieurs fois au même endroit et a été vu à plusieurs reprises, pas beaucoup de personnes.

Par exemple, au château de Trécesson, dans le Morbihan, il semblerait que le fantôme d’une dame blanche apparaîtrait de temps en temps et que ce fantôme serait en fait une femme ayant été enterrée vivante dans les combles du château.

Juste une petite anecdote : savez-vous que le cimetière d’Easton est celui où a été enterré Ed Warren, le célèbre démonologue ? J’ai souvent parlé dans ce blog des enquêtes menées par le couple Warren et j’ai même écrit un livre retraçant leurs meilleurs dossiers (cliquez ici pour en savoir plus). C’est d’ailleurs Ed lui-même qui enquêta sur la dame blanche qui hanterait le cimetière d’Easton. Il a filmé son apparition. Cette enquête fut sa dernière, puisqu’il mourut sans l’avoir menée à son terme.

 

Dames vertes

 

Les dames vertes ne diffèrent des dames blanches que par la couleur des vêtements. Leurs origines viendraient du Pays de Galles où la légende veut que les fées soient habillées de vert afin de mieux se dissimuler dans les feuillages.

Cette légende n’est qu’une variante de celle de la dame blanche.

Ces dames vertes ont été signalées à plusieurs endroits : au château du Rocher, au château de Caerphilly, au château de Crathes, au château de Stirling…

La dame verte est aussi présente dans le folklore picard et il existerait des grottes en Franche-Comté où elle apparaît régulièrement.


La légende de la Dame Blanche est mondiale. Tour à tour annonciatrice de morts, lavandières, autostoppeuses, spectres ou fées, elle n’a pas fini de nous faire peur. Le phénomène de la Dame Blanche reste un grand mystère que l’on ne peut nier au vu des nombreux témoignages qui le décrivent. C’est un mystère qui ne peut être expliqué par la science. Et vous ? L’avez-vous déjà croisé ? Ne faites pas les timides, racontez-moi tout.

 

Marie d’Ange

 

Pour découvrir les nombreuses légendes qui entourent la Dame Blanche

 

 

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :