Astarté, démone de la débauche




 

Astarté est une divinité connue dans le Proche-Orient, de l’âge de bronze à l’Antiquité. Elle est l’équivalente de la déesse Ishtar en Mésopotamie pour les Babyloniens ou Inanna pour les sumériens où elle représentait la « maîtresse du ciel ».

Le culte d’Astarté était répandu dans toute la Phénicie. On la priait en tant que divinité de l’amour, de la fécondité. Elle sera plus tard assimilée à l’Aphrodite de la mythologie grecque.

Astarté est cité dans la Bible : « Quand Salomon fut vieux, ses femmes détournèrent son cœur vers d’autres dieux et son cœur ne fut plus tout entier à Yahvé son Dieu comme avait été celui de son père David. Salomon suivit Astarté, la divinité des Sidoniens, et Milkom, l’abomination des Ammonites. » (Rois 11:4 et 5).

En démonologie, Astarté est considérée comme la démone de la débauche. C’est elle qui provoque les avortements. On la représente parfois avec une tête de génisse, ce qui rappelle la déesse égyptienne Hathor. À l’origine, le culte d’Astarté se terminait par une grande orgie, de la débauche parfois ponctuée par des sacrifices sanglants.

Dans la Bible, le nom d’Astarté désigne les déesses païennes en général, tout comme Baal désigne les dieux païens. Dans le passage où le roi Salomon a commis une faute en érigeant un culte à Astarté, cette dernière est désignée comme la déesse des Sidoniens.

Lorsqu’elle apparaît, Astarté prend la forme d’une belle femme, avec une tête de vache ou une tête humaine surmontée d’un croissant de lune. Elle prend aussi l’apparence d’une belle femme nue et opulente, dont les jambes sont des queues de serpent.

Dans la Pseudomonarchia daemonum de Jean Wier, Astarté se voit dédoublée en une démone nommée Astarté, qui préside au mois d’avril, et un démon nommé Astaroth, époux d’Astarté, qui préside au mois d’août. Le Concile Braga (560-563) désigne Astaroth comme l’un des nombreux noms d’Astarté. Or, cela est faux.

En Mésopotamie, Astarté était honorée en tant que déesse du ciel étoilé, de la fertilité, de la fécondité et de la prostitution. C’était une déesse terrible, guerrière. Elle était la déesse la plus célèbre, connue des Phéniciens, des Syriens, des Hébreux… On retrouve la plupart des rites du culte d’Astarté chez l’Aphrodite des Grecs.

En Égypte, Astarté a été assimilée à la Anat et sera vénérée dès la 18e dynastie (-1580/-1350). Elle sera aussi considérée comme la fille de Rê et l’épouse de Seth, qui lui-même est assimilé à Baal.

A prier : sainte Agnès de Rome, sainte Rosalie, sainte Cécile, sainte Marthe, sainte Catherine.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin




 

Étiqueté ,

3 commentaires sur “Astarté, démone de la débauche

  1. Bonjour Marie ! Merci pour cet article sur Astarté. Nous comprenons alors pourquoi les meurtres d’avortement sont de plus en plus pratiqués, des lois lois sont même votées pour encourager à la destruction de la vie humaine.
    Nous entendons de nos jours que plusieurs font des pactes de richesse avec la Sirène des eaux, démon mi homme mi poisson. Ayant un incroyable pouvoir de séduction et de domination sur les hommes et causant une perversion des mœurs et une nudité de la femme de plus en plus déconcertantes…
    Questions: L’esprit des sirènes sont-elles partie une d’Astarté? Est-ce le même esprit d’Astarté qui se manifeste sous les eaux également? Ou sont-elles des entités différentes?
    Je m’arrêterai là. Merci et que Dieu vous fasse du bien. Fred Soquet

    1. Bonjour,
      D’après le « Livre d’Hénoch », les femmes qui séduisirent les anges furent transformées en sirènes. Donc, cela n’a aucun rapport avec Astarté. A aucun moment, on a assimilé Astarté comme une déesse des eaux. Astarté est la démone de la débauche. C’est elle qui provoque les avortements. Bien sûr, elle a un grand pouvoir de séduction, mais l’assimiler à une sirène est une erreur. Les sirènes sont des créatures totalement différentes, même si elles aussi possèdent un grand pouvoir de séduction.
      Marie d’Ange

  2. […] Astarté : démone de la débauche connue dans le Proche-Orient, de l’âge de bronze à l’Antiquité. Elle est l’équivalente de la déesse Ishtar en Mésopotamie pour les Babyloniens ou Inanna pour les sumériens où elle représentait la « maîtresse du ciel ». […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visitez notre boutique ! Cliquez sur la page "La boutique de Marie d'Ange" pour découvrir tous nos objets religieux et nos livres. Ou, sélectionnez votre catégorie dans l'onglet "La boutique" à droite. Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :