Abrahel, démon succube

Abrahel est une démone très peu connue, qui a la particularité de prendre les traits de la femme convoitée par un homme, de rendre les rapports sexuels douloureux, de faire avorter… Faisons le tour de cette démone particulière.

Généralités

Abrahel est une démone succube très peu connue. D’ailleurs, elle n’apparaît pas dans la « Pseudomonarchia Daemonum » de Jean Wier, ni dans la liste des 77 démons du « Lemegeton et de la Goétie » de Samuel Mathers.

Cette démone apparaît sur la liste des 333 démons de Collin de Plancy, qui la définit comme un démon succube.

À son propos, le démonologue nous fait part d’une bien étrange histoire d’un méchant pâtre (un berger, le mot vient du fait que l’homme fait paître ses moutons) et d’une jeune fille qui se serait passée en 1581 dans le village de Dalhem en Belgique.

 

La mésaventure de Pierron

 

Donc, il y avait un berger, nommé Pierron, qui était tombé amoureux d’une jeune fille de son voisinage. Or, ce monsieur était marié et catholique ! Donc, il ne pouvait pas fricoter avec la jeune fille de son cœur. Il était marié et avait même un enfant.

Mais, en pensée, il s’imaginait dans les bras de sa douce. Et un jour, alors qu’il était occupé par ses criminelles pensées, la jeune fille de ses rêves apparut dans la campagne. Enfin, c’est ce qu’il crut, car cette jeune fille n’était autre qu’un démon déguisé, la démone Abrahel, qui venait pour le tenter.

Pierron n’y vit que du feu et s’approcha du démon pour lui déclarer sa flamme. La soi-disant jeune fille promit d’y répondre à une condition : si le bougre acceptait de lui obéir en toutes choses. Pierron accepta et se livra à l’adultère avec la démone. Bien sûr, chers lecteurs, il en prit beaucoup de plaisir. Et chaque jour, le démon déguisé revenait pour se faire culbuter.

Un jour, Abrahel demanda, comme gage d’attachement, que Pierron lui sacrifiât son fils. Il lui donna une pomme empoisonnée à faire manger à l’enfant. Et le berger s’exécuta. Il donna la pomme à son enfant, qui dès qu’il eut croqué dedans, tomba raide mort.

Le désespoir de la mère, donc de sa légitime épouse, fit tant d’effet sur Pierron, qu’il courut à la recherche de la jeune fille de son cœur, qui n’était autre qu’Abrahel, je le rappelle pour ceux qui n’auraient pas suivi l’histoire. La démone promit de lui rendre son fils à la condition qu’il lui demande cette grâce à genoux et lui rende un culte d’adoration.

Encore une fois, le pâtre s’exécuta. II se mit à genoux et adora le démon. Aussitôt, l’enfant se réveilla. Il était froid. Sa mère le frictionna afin de le réchauffer. Petit à petit, il put parler et marcher. Mais, son état n’était pas tout à fait le même qu’avant sa mort. Il était plus maigre, plus hâve, plus défait, les yeux abattus et enfoncés. Il se déplaçait avec lenteur, ses mouvements étaient gauches et pesants. Pierron comprit que c’était un démon qui l’animait.

Et au bout d’un an, le démon quitta le corps du jeune garçon qui tomba à la renverse, mort.

 

Voilà comment se termine cette étrange histoire. Je vous l’accorde, elle est incomplète, car on ne connaît pas ce qui est arrivé à Pierron, et décousue. Mais cela illustre bien le fait qu’Abrahel soit un démon succube.

A travers mes recherches, j’ai trouvé une fin à l’histoire dans les écrits de Nicolas Remy (avocat, procureur général, historien, diplomate et auteur lorrain de la fin du XVIe siècle). Ce dernier, qui avait décrit le démon dans son traité « Démonolâtrie » en 1581, mentionne que le corps de l’enfant était d’une puanteur insupportable et qu’à seconde mort, il fut tiré avec un croc hors de la maison de son père et enterré dans un champ. Il ajoute qu’à partir de ce jour-là, on ne revit plus Pierron, qui disparut dans la nature.

 

Les pouvoirs d’Abrahel

 

Lilith, reine des succubes et des vampires

Outre d’être un démon succube, Abrahel aime prendre les traits de la femme convoitée et peut se faire féconder par un homme. Dès la conception, il entre alors dans le fœtus pour s’en nourrir. À l’avortement, la démone se transfère dans le ventre d’une femme et provoque des saignements dès qu’un acte sexuel se produit. Ce succube s’extirpe très difficilement par l’exorcisme et rend l’acte sexuel impossible et douloureux.

Abrahel obéit à Lilith, qui est la reine des succubes. Lilith serait même sa mère.

Abrahel est connue depuis l’Antiquité. C’est un succube impitoyable qui séduit ses proies pour mieux les faire mourir, sans trace. D’ailleurs, Toutankhamon aurait été sa première victime de sang royal. Peut-être est-ce de là que vient la malédiction du pharaon. S’en suivirent des rois maudits, et d’illustres chefs, comme le chef des Incas de Titihuacan, la célèbre cité des enfers.

Depuis 1581, il semble qu’Abrahel ne fasse plus parler d’elle. Ou alors, tout simplement, parce qu’on n’y croit plus. Par contre, elle est répertoriée en gras sur la liste des exorcistes, tout simplement parce qu’il a été référencé des attaques contre des prêtres et des moines.

 

Son caractère et son physique

 

En tant que succube, Abrahel a un physique parfait. Elle a de longs cheveux blonds, des yeux bleus décrits comme intenses, et est entièrement tatouée. Ces dessins indélébiles ont bien une signification que seule Lilith, sa mère, connaît.

Abrahel est ce que l’on appelle un succube de première génération. La démone possède un fort caractère. Elle est influente et supporte mal les démons de second ordre, qu’elle se délecte à tuer.

Très intelligente, elle connaît les parades de la séduction et tous les hommes succombent à son charme. Certains disent même que cela les change d’avoir une femme parfaite physiquement qui ne soit pas cruche.

Mais, Abrahel est totalement corrompue. C’est celle qui représente mieux les 7 péchés capitaux. Son orgueil est démesuré. Elle ne supporte pas qu’on l’aide. La colère régit aussi sa vie. Abrahel est toujours en colère, mais surtout envers son père, Adam, qui l’a rejeté pour Ève, qu’elle considère comme une femme vide, sans intérêt. Abrahel est aussi une grande paresseuse qui n’aime pas être réveillée. C’est aussi une démone avare, qui garde ses biens farouchement. Elle est aussi gourmande et raffole de chair fraîche. Elle envie les femmes qui sont heureuses avec leurs maris et se fera un plaisir de détruire le ménage. Enfin, elle se jette avec délectation dans la luxure et ne séduit que les hommes riches.

Abrahel aime voir ses proies mourir en souffrant. Et si cela est fait devant leurs femmes, c’est encore mieux. Par contre, et cela est très contradictoire, elle n’aime pas les hommes qui trompent leurs femmes, qui s’amusent à faire du mal à une femme ou à l’abaisser. C’est son côté féministe, comme sa mère. Je rappelle que Lilith a été la première féministe à se révolter contre la soumission de l’homme.

 

Pour résumer, Abrahel est donc une démone fourbe, paresseuse, sournoise, envieuse, gourmande, orgueilleuse… qui ne connaît pas la compassion. Bref, un démon dans toute sa splendeur. Son portrait est peut-être un peu caricatural, mais comme je le dis souvent, il y a souvent du vrai dans certaines légendes ou histoires du passé… Et si vous êtes un homme, riche de surcroît, je ne vous conseille pas de fricoter avec elle.

 

À prier : saint André, saint Matthieu, saint Martin, saint Ambroise, sainte Cécile, sainte Agnès de Rome

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté ,

3 commentaires sur “Abrahel, démon succube

  1. Elle n’est pas du tout comme ca .

    1. Et comment est-elle ? Vu que vous pensez vous y connaître plus que moi, j’aimerais que vous me renseignez.
      Cordialement,
      Marie d’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Visitez notre boutique ! Cliquez sur la page "La boutique de Marie d'Ange" pour découvrir tous nos objets religieux et nos livres. Ou, sélectionnez votre catégorie dans l'onglet "La boutique" à droite. Ignorer

%d blogueurs aiment cette page :