Les dangers de la sorcellerie et de la magie noire

Voici plusieurs histoires vraies qui montrent qu’il n’est pas bon de jouer avec la sorcellerie et la magie noire. À trop invoquer les démons, on finit par perdre la raison et sombrer dans la désolation.

 

 

Une journaliste infestée par les démons

Le métier de journaliste est un métier formidable et intéressant, pour peu que l’on ne soit pas un journaliste véreux. Sauf, que parfois, ce métier peut s’avérer dangereux. Dans cette histoire, une jeune journaliste, que nous nommerons Éléonore pour les besoins de l’histoire, se retrouve piégée par une entité maléfique alors qu’elle effectue un reportage sur la sorcellerie. Cette histoire est réelle et peut arriver à chacun d’entre nous.

Éléonore est une jeune journaliste de métier. Talentueuse, à 22 ans à peine, elle reçoit l’ordre de son rédacteur en chef d’effectuer une enquête sur la sorcellerie contemporaine. Cette enquête va la mener jusqu’en enfer.

Sceptique et ne croyant pas aux forces obscures, Éléonore va être la victime d’évènements inexpliqués. Tout en long de son enquête, elle va interviewer des sorciers et va pratiquer des rituels de sorcellerie. Mais, comme la jeune femme ne croit pas en tout cela, elle va se moquer des pratiques, des rites et surtout des sorciers qui n’apprécieront pas du tout ce comportement.

La veille du bouclage de l’article, alors qu’Éléonore le terminait chez elle, elle a senti des ondes étranges autour d’elle, comme une présence qui lisait par-dessus son épaule. Et lorsqu’elle a voulu porter un jugement négatif ou humoristique sur un sorcier interviewé, elle a sentit un grand froid et ses doigts se sont paralysés. Il lui a été impossible de les bouger pendant plusieurs secondes qui lui ont paru des heures.

D’un coup, tous les objets qui se trouvaient autour d’elle se sont mis à bouger. Terrifiée, la jeune femme préfère sortir de chez elle, pour se calmer en marchant. Lorsqu’elle revient à son appartement, elle se remet à écrire son article. Mais, dès qu’elle écrit un mot, le téléphone se met à sonner. Elle décroche. Personne ne lui répond. Au même moment, un chapelet accroché au mur venant de son arrière-grand-mère et béni par le pape Jean-Paul II, se décroche du mur et s’écrase sur le sol. La croix se brise.

Éléonore est terrorisée. En professionnelle, elle décide de finir l’article le plus rapidement possible et le porte au journal. Dès lors, les phénomènes cessent et Éléonore n’a jamais plus été embêtée. Par contre, elle n’a pas pu écrire tout ce qu’elle voulait dans son article, surtout à propos d’un certain mage.

Ce que l’on peut dire sur cette histoire, c’est qu’à travers la magie, en demandant de l’aide à des entités malveillantes, certains sorciers ou mages peuvent influencer une personne à distance. Éléonore a vécu un phénomène d’envoûtement, qui aurait pu tourner mal si elle avait insisté. Elle aurait pu être possédée par un démon.

Depuis, Éléonore a pris une bonne résolution : ne plus jamais écrire d’articles sur la sorcellerie, ne plus jamais côtoyer des sorciers ou des mages et ne plus jouer avec les entités.

C’est une sage décision. Faire de la sorcellerie, faire du spiritisme, se moquer des esprits peut nous attirer les foudres d’un esprit malveillant.

 

 

Une publicitaire possédée à cause de séances de magie noire

Une publicitaire que nous nommerons Olga pour les besoins de l’histoire et qui est même chef de publicité dans un groupe de presse économique a 35 ans. Elle est équilibrée, dynamique, compétente. Elle est le parfait exemple de la femme moderne. Elle est plus habituée à se battre pour décrocher un budget publicitaire qu’à lutter contre les démons. Et pourtant…

Avant de devenir une publicitaire renommée, Olga, alors plus jeune de 10 ans, s’est amourachée d’un garçon adepte de magie noire. Elle emménage avec lui et par amour s’adonne à des rituels sataniques. Une à deux fois par semaine, le couple organise des messes noires avec tout le tralala qui va avec : litanies à Satan, crucifix retourné, versets de la Bible lus à l’envers, bougies noires, cagoules et robes noires sous lesquelles les protagonistes étaient nus et s’adonnaient à des attouchements qui finissaient en orgie à la fin de la messe.

Bref, tout y était. Bien qu’Olga trouvait ces messes ridicules et humiliantes, elle les pratiquait pour faire plaisir à son amoureux. Comme quoi une femme amoureuse peut perdre toute son intelligence. Et Olga aurait pu continuer à pratiquer des messes noires longtemps si elle n’avait pas été attaquée par des démons.

En effet, très vite, elle a senti une présence dans son appartement, comme si quelqu’un l’épiait. Les portes s’ouvraient et se refermaient seules en claquant. La vaisselle se brisait seule. Les tableaux se détachaient des murs sans raison. Olga a bien essayé d’en parler avec son petit-ami, mais ce dernier n’a rien voulu savoir.


Terrifiée, Olga se décide à aller voir un prêtre-exorciste. Elle consulte des voyantes et des désenvoûteurs. Tous lui disent la même chose : elle est infestée par un démon et ceci n’est que la première phase, la dernière étant la possession démoniaque. Olga quitte alors son appartement et son petit-ami, mais les phénomènes étranges et occultes continuent.

Olga a mis 7 ans à se sortir de cet enfer. Elle était constamment attaquée par une entité malveillante, où qu’elle aille et quoi qu’elle fasse. Grâce au prêtre et aux prières, elle a pu éloigner le démon qui l’attaquait. Elle jure que plus jamais elle ne touchera à la magie noire.

Quant au petit-ami, elle l’a retrouvé un jour, au détour d’une rue, drogué, les yeux vagues, hurlant des paroles absurdes et sans aucun sens. Elle l’a fait embarquer par les policiers et il a été placé dans un asile psychiatrique tant son comportement était agressif, bestial et bizarre. Aujourd’hui, il est toujours enfermé et incontrôlable.

 

 

L’homme qui ne savait plus prier

 

Voici encore une bien étrange histoire. Nous sommes dans les années 80, dans la paroisse de Saint-Louis-d’Antin, dans le 9e arrondissement de Paris, paroisse située entre le grand magasin du Printemps et la gare Saint-Lazare, dans l’un des quartiers les plus commerçants et les plus fréquentés de la capitale.

À cette époque, certains fidèles ont pris l’initiative de créer des services d’écoute pour les désemparés, des « bureaux d’exorcisme » qui accueillaient beaucoup de personnes ayant des questions sur le sujet.

Il y avait un service d’écoute à l’église Saint-Louis-d’Antin. Peut-être que cela existe encore aujourd’hui, mais je n’en suis pas sûre. Bref, l’église offrait une oasis de spiritualité au milieu de la société  de surconsommation des alentours.

À cette époque, le doyen des prêtres de la paroisse avait témoigné de la nécessité d’un tel lieu. Il avait vu passer bons nombre de possédés qui ont pu être sauvés. Le doyen n’est pas un exorciste. La plupart du temps, il réussissait à calmer ces malheureux par l’écoute et la prière. Et quand le cas était trop grave, il les orientait vers l’exorciste de Paris.

Cette même époque, il y avait un vieil homme qui venait à l’église tous les jours pour parler. Il disait qu’un démon avait pris possession de son corps et lui interdisait d’assister aux messes. Ce vieil homme faisait peine à voir.

Ce vieil homme, que nous nommerons Francis, était un bon chrétien, qui assistait à la messe tous les dimanches. Depuis la mort de sa femme, des choses ont commencé à se produire, des évènements troublants. Dès qu’il essaye d’assister à une messe, un démon se réveille en lui et lui ordonne de sortir de l’église. Il entend sa voix rauque à l’intérieur de sa tête, méchante, forte. Et si Francis n’obéit pas au démon, ce dernier se venge en le torturant, en lui brûlant le ventre de l’intérieur. C’est une sensation horrible qui le rend fou.

Le démon interdit même à Francis de prier. Il le fait bégayer et même prononcer des insanités et des blasphèmes. Francis ne peut même pas prier pour l’âme de son épouse.

Alors que Francis racontait son histoire au démonologue venu l’écouter, il ne s’aperçut pas qu’une messe venait tout juste de commencer. Mais, son front se couvrait de sueur et ses mains se mirent à trembler. Ses yeux ne regardaient plus en face et papillonnaient de gaude à droite, à toute vitesse. Le démonologue l’entraîna hors de l’église et Francis se calma.

Mais, alors que la messe se déroulait à l’intérieur de l’église et que Francis parlait avec le démonologue à l’extérieur, il fut victime d’une crise. Il se frappa violemment, avant de s’écrouler par terre, écumant une bave blanchâtre et complètement tétanisé. Le démonologue alla chercher de l’aide et trois jeunes prêtres vinrent en renfort. L’un d’eux déclara que ce n’était pas la première qu’il voyait Francis en proie à une crise de tétanie.

Dès que la messe fut terminée, Francis revint à lui. Il semblait avoir tout oublié de sa crise d’épilepsie.

Cet homme fut montré à des psychiatres qui ne purent le soigner. Il ne lui restait plus que la prière. Mais, malheureusement, il ne savait plus prier. Plus tard, il se confia à un prêtre et lui dit qu’il avait rejeté Dieu à la mort de sa femme et qu’il avait invoqué le Diable lors d’un rituel de sorcellerie. Cela avait suffi pour que le Diable s’empare de son âme.  

 

Toutes ces histoires sont vraies et documentées. On peut penser à des crises d’épilepsie, à des dédoublements de la personnalité, à de la folie… mais la médecine n’a jamais pu soigner ces pauvres personnes. Ce que je me dis, c’est que la folie humaine existe certes, mais certaines fois, dans certains cas, il ne s’agit pas de folie humaine, d’hallucination, de maladie, mais bien de quelque chose de surnaturel.

 

Marie d’Ange

 

Dans le recueil de nouvelles « Les 7 + 1 Péchés Infernaux », je montre comment un quidam banal peut basculer à tout moment dans la folie à cause d’un démon, et se transformer en un meurtrier sanguinaire. À découvrir directement sur ce blog en broché ou numérique (PDF, e-Pub ou Mobi).

        

 

 

Étiqueté , , ,

4 commentaires sur “Les dangers de la sorcellerie et de la magie noire

  1. Histoire qui est très bien racontée

  2. […] Journal d’une démonologue : Les dangers de la sorcellerie et de la magie noir […]

  3. La magie noire est un domaine qui me fait peur mais l’article révèle beaucoup de choses intéressantes et me pousse à m’intéresser de plus en plus a la magie.

    1. Bonjour,
      Alors là, je suis surprise. Comment cet article qui montre à quel point la magie noire est dangereuse peut vous pousser à vous y intéressez ? C’est un non sens ! Détournez vous de tout cela, vous avez mieux à faire !
      Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :