Belphégor, le démon de la paresse

Belphégor est un démon rendu célèbre par le feuilleton télévisé du Fantôme du Louvre qui a connu un beau succès dans les années 60. Mais Belphégor n’est pas seulement une entité qui hanterait le Louvre, c’est aussi un démon, le démon de la paresse et des inventions. Oui, je sais, c’est un paradoxe, mais je vais tout vous expliquer.

 

 

Belphégor, l’ancienne divinité

Belphégor est une ancienne divinité vénérée par les Moabites et les Madianites. Il fait sa première apparition dans la Bible, dans l’Ancien Testament et plus précisément dans le livre des Nombres, chapitre 25 versets 1 à 3. Ici, les Israélites, conduits par Moïse, arrivent au pays de Canaan et se heurtent aux femmes moabites qui les entraînent dans la débauche.

Les Moab adoraient Belphégor sur le mont Phégor. Ce dieu démoniaque était autrefois appelé Baalphégor (à ne pas confondre avec le démon Baal). En se mêlant aux Moabites et aux Madianites, les Israélites ont succombé à l’idolâtrie de Baalphégor. Ils lui ont voué un culte et ont participé à des rituels mêlant orgies et sacrifices humains. Ces rites pratiqués en l’honneur de Belphégor étaient principalement centrés sur la prostitution. C’étaient des rites de fertilité.

Des rabbins disent que Belphégor, dieu des Moab, était vénéré en lui offrant de la déjection humaine, la déjection des adorateurs. C’était ce qui était digne de lui. C’est aussi pourquoi ce démon est souvent confondu avec le dieu Pet ou Crépitus (dieu des pets, des gaz et des flatulences dans la Rome Antique. On ne connaît pas l’origine de ce dieu plutôt excentrique et bizarre, certains disent qu’il a même été purement inventé pour se moquer des Romains) et le dieu Priapre (dieu de la Grèce Antique, dieu de la fertilité, protecteur des jardins et des troupeaux). Priapre est toujours représenté avec un gigantesque pénis en érection, particularité qui a donné son nom à une maladie de l’érection qui est le priapisme. Belphégor est associé à Priapre, dans le sens que les Moab pratiquaient des rites de fertilité, rites qui ressemblaient davantage à de gigantesques orgies de plein air qu’à de simples prières chastes.

Belphégor apparaît aussi dans le Deutéronome, Psaume et Osée, et le Premier Testament. Il est dit que ses adorateurs lui font beaucoup de sacrifices humains, ce qui a d’ailleurs mis en colère Moïse qui a tué les Moab.


Dans la démonologie

Belphégor est un dieu ancien qui a été démonisé par les chrétiens. Il devient le démon des découvertes, des inventions ingénieuses destinées à l’enrichissement et de la paresse. Il donne les richesses, surtout au paresseux, pour mieux l’enfermer dans sa paresse.

Je rappelle que la paresse dans le sens acédie est un péché capital. Il séduit les paresseux, les fainéants en leur offrant des richesses faciles, afin que ces derniers se vautrent encore plus dans la paresse. Il est le chef de ce péché mortel et recrute ses victimes chez les paresseux.

Une légende parle de Belphégor en tant qu’envoyé de l’Enfer par Satan (ou Lucifer) pour rechercher des exemples de bonheur conjugal sur terre. Belphégor n’en trouva aucun et quand il en trouvait, il ne pouvait s’empêcher de détruire cette belle harmonie de couple uni et aimant. Cette légende provient d’une fable de Jean de la Fontaine, dans laquelle le démon est envoyé sur terre pour comprendre le mariage. Après ce conte, le démon de la paresse est devenu synonyme de misanthropie et de libertinage.

 

Comment agit Belphégor

Belphégor prend souvent le corps d’une femme pour mieux tromper les hommes, alors qu’il a l’apparence d’un monstre hideux et barbu. Il inspire les découvertes et nous fait miroiter un monde merveilleux, dans lequel le travail n’est pas nécessaire pour s’enrichir.

L’apparence de Belphégor n’a rien à envier aux autres démons. Il est très moche avec ses deux cornes sur le front, ses ongles acérés aux doigts des pieds et des mains, assis sur une chaise qui n’est en réalité qu’une chaise percée. Je sais que c’est ridicule, mais en fait, il y a une explication à cette fameuse chaise percée, qui ressemble à w.c.. Il a toujours la gueule ouverte, d’où le nom de Phégor qui signifie crevasse.

Mais, pour nous tenter, Belphégor ne prend jamais cette terrible apparence. Il arrive avec un beau visage, parle d’une voix calme et petit à petit nous tente. Il peut prendre l’apparence de n’importe quelle créature vivante. Il poursuit essentiellement les paresseux en leur donnant des facilités afin de mieux les éloigner du Créateur. Une fois à point, il prend leurs âmes noircies par le péché.

Comme tous démons qui se respectent, Belphégor est astucieux, vif, intelligent, manipulateur, menteur…

 

La célébrité de Belphégor

On retrouve le démon de la paresse un peu partout, au cinéma, à la télévision, au cinéma, dans les bandes dessinées… Voici une petite liste non exhaustive :

  • On retrouve Belphégor dans le Paradis Perdu de Milton
  • Victor Hugo parle de Belphégor dans Les Travailleurs de la mer.
  • Belphégor est la 27e fable du livre 12 de Jean de la Fontaine.
  • Belphégor ou la Descente d’Arlequin aux Enfers est un ballet en trois actes de Marc-Antoine Legrand.
  • Belphégor est un film du réalisateur Henri Desfontaines sorti en 1927.
  • Belphégor ou le Fantôme du Louvre est un feuilleton télévisé de Claude Barma qui a été diffusé en 1965. Le film de cette série, réalisé par Jean-Paul Salomé est sorti en 2001.
  • Les camions Citroën, sortis dans les années 1960, à la même époque que le Fantôme du Louvre, se sont vus surnommés Belphégor, à cause de leur face avant dotée d’un hublot de parking au-dessus de chaque phare qui permettait au chauffeur de voir l’avant de son véhicule afin de faciliter les manœuvres. Ces hublots donnaient aux camions une ressemblance au démon de la paresse dans le téléfilm.

Dans le recueil de nouvelles « Les 7 Péchés Infernaux +1 », je parle de Belphégor au moment où j’aborde la paresse. Dans cette nouvelle, il manipule un paresseux et en fait un tueur.

 

À prier : sainte Maria Goretti, saint Georges.

 

Marie d’Ange

Pour aller plus loin

Étiqueté , ,

3 commentaires sur “Belphégor, le démon de la paresse

  1. […] Belphégor : démon de la paresse, des découvertes et des inventions ingénieuses. Il apparaît souvent sous les traits d’une belle femme. Il donne des richesses. Il était adoré des Moabites qui l’appelaient Baalphégor. Des rabbins disent qu’on lui offrait, comme un hommage, sur la chaise perchée, ses excréments. C’est pour cela qu’il a été confondu avec le dieu Pet ou Crepitus.  […]

  2. ne rien faire est une base……

    car….

    le seul travail que nous avons à faire….

    n est il pas de chercher Dieu……. et sa Volonté…..

    1. Bonjour,

      Ne rien faire n’est pas du travail, ne rien faire est de la paresse. Chercher Dieu est du travail et ce travail n’empêche pas la recherche de son adversaire afin de mieux entrer dans le combat spirituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :