Warning: file_get_contents(/homepages/21/d700146989/htdocs/app700151556/wp-content/plugins/themeisle-companion/vendor/codeinwp/themeisle-content-forms/composer.json): failed to open stream: No such file or directory in /homepages/21/d700146989/htdocs/app700151556/wp-content/plugins/themeisle-companion/vendor/codeinwp/themeisle-content-forms/load.php on line 64

Abrasax, divinité basilidienne

Abracax ou Abraxas ou Abrasax ou Carabia ou Decarabia est l’un des dieux d’une théogonie asiatique, du nom duquel on a tiré la célèbre formule magique « abracadabra ». En effet, cette formule viendrait de l’hébreu « abreg ad hâdra » qui signifie « envoie la foudre jusqu’à la mort ». Selon Serenus Samonieus, un médecin du IIe siècle, cette formule pouvait guérir des personnes si on disposait ses lettres dans un triangle inversé en diminuant les lettres à chaque ligne.

Au IIe siècle, les basilidiens, des hérétiques, ont fait de lui une divinité. Ils voyaient en lui un dieu suprême, car ils trouvaient que les sept lettres grecques qui formaient son nom donnaient le chiffre 365, donc celui des jours de l’année.

Pour les basilidiens, Abrasax avait sous ses ordres plusieurs génies qui présidaient aux trois cent soixante-cinq cieux et auxquels ils attribuaient trois cent soixante-cinq vertus, une pour chaque jour. Ils disaient, encore, qu’Abrasax avait envoyé Jésus-Christ sur terre afin de sauver l’humanité. Donc, pour eux, Abrasax était une divinité bienveillante.

Selon Jacques Basnage (théologien et historien du XVIe siècle), Abraxas tire son origine des Égyptiens, car beaucoup d’amulettes ont été trouvées en Égyptes, amulettes sur lesquelles est représenté Harpocrate (dieu enfant, adaptation de la divinité égyptienne Horus enfant), assis sur son lotus avec un fouet à la main et le mot « abrasax » gravé dessous.

Les démonologues ont fait de lui un démon et le représentent avec des pieds de serpent et une tête couronnée. Abrasax est mentionné dans la liste des principaux démons établie par l’Église lors du concile de Bidga en 561.

En démonologie, Abrasax est roi d’une partie de l’enfer et marquis de l’empire infernal commandant 30 légions. On le représente avec une tête de coq, des pieds de dragon et un fouet à la maison. Il a des cheveux bruns courts et bouclés et la peau claire. Il a des ailes noires rayées rouges. Parfois, lorsqu’on l’invoque, il peut apparaître en roi portant une couronne ou avec un corps se finissant par une queue de serpents.

Abrasax est un démon qui connaît les propriétés des plantes et des pierres précieuses. Il a la réputation de donner des familiers sous forme d’oiseaux en échange de quelques services.

Au Moyen-Âge, on croyait que si l’on mettait autour de son cou un pentacle représentant Abrasax autour de son cou, cela était censé guérir les maladies, notamment la fièvre, mais aussi protéger des sorts et éloigner le mauvais œil.

La formule « Abracadabra » était proféré dans certains rituels de magie noire pour invoquer le Diable.

À prier : l’archange Raphaël, saint Ambroise, saint Benoît, saint Sylvestre.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , ,

1 commentaire sur “Abrasax, divinité basilidienne

  1. […] Abracax ou Abraxas, dieu asiatique du nom duquel on a tiré le mot « abracadabra » et dieu suprême et bienveillant des Basilidiens au IIe siècle qui en avaient fait le Seigneur. Dans leurs croyances, c’est ce démon qui aurait envoyé Jésus-Christ sur Terre pour le bien de l’humanité. Marquis de l’empire infernal, il commande 30 légions. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :