Personnages bibliques : Ananias, Azanias et Misaël

Ananias, Azarias et Misaël (Hanania, Azaria et Mishaël en hébreu, Shadrach, Meshach et Abednego en chaldéen et en arménien) sont les trois jeunes Hébreux, compagnons du prophète du Daniel, sauvés par un ange du Seigneur de la fournaise. Ce miracle a été représenté de nombreuses fois par l’iconographie chrétienne, mais quelle est sa signification spirituelle ? Car toute Parole de Dieu contient un enseignement spirituel qui mène au Salut.

 

 

Le Livre de Daniel

Daniel, dont le nom signifie « Jugement divin » ou « Dieu est mon juge » est un grand prophète de la Bible hébraïque et de l’Ancien Testament. Le Livre de Daniel, livre prophétique, se situe à Babylone à l’époque du règne de Nabuchodonosor, de Balthazar et de Darius, une époque très païenne. Le récit contenu dans le Livre de Daniel ne ressemble à aucune prophétie de l’Ancien Testament et, malgré son style prophétique, il relate des évènements déjà accomplis. Ce n’est qu’à partir du chapitre 10 que le ton change, et que le « Temps de la Fin » est annoncé d’une manière qui rappelle celle des autres prophètes.

Rappelons que les prophètes ont joué un rôle considérable dans la construction de la foi et tous se rejoignent sur trois lignes : le monothéisme (Dieu est unique), le moralisme (la Loi de Dieu) et l’attente du Salut (le Messie). L’Ancien Testament est donc l’attente du Messie, une attente durant laquelle Dieu prépare le coeur des hommes à recevoir le Salut et donc à accueillir le Verbe de Dieu, Jésus-Christ.

Rappelons aussi que le message divin peut parvenir au prophète de bien des manières : vision, audition, rêve, et le plus souvent par inspiration. Aujourd’hui, des prophètes sont parmi nous, ils reçoivent la grâce de pouvoir interpréter les messages divins, ils sont inspirés, mais peu les écoutent. Nous vivons un temps plongé dans l’obscurité, et ces prophètes sont comme des lanternes qui luisent au milieu de la nuit, ou des phares qui guident les navires les nuits de tempête, parfois ils évitent le naufrage de l’âme. Il faut s’y accrocher, car ces prophètes ouvrent les cœurs en annonçant la Bonne Nouvelle, en plantant des graines dans les cœurs. Le problème est que notre monde est rempli de faux prophètes. On les reconnaît grâce à leurs fruits, ils portent des fruits pourris, et engendrent la peur ou proclament un Évangile du pouvoir ou de la richesse.

 

Pour nous aider à continuer à vous informer et à vous proposer une aide personnalisée gratuite à la délivrance, faites un don sur PayPal



 

Revenons au Livre de Daniel.

Le Livre de Daniel est écrit en hébreu et en araméen. Le texte de la Bible chrétienne contient une partie supplémentaire que l’on ne trouve pas dans la Torah et qui est écrite en grec. Ce Livre décrit des évènements qui ont lieu durant la captivité du peuple juif à Babylone sous le règne de Nabuchodonosor II, roi de Babylone et jusqu’à l’époque séleucide sous le règne du roi Antioche IV, donc le Livre prophétique de Daniel couvre la période s’étalant entre 605 av. J.-C. et 163 av. J.-C.

Les six premiers chapitres décrivent l’histoire de Daniel, les chapitres suivants (de 7 à 12) présentent des visions allégoriques d’évènements historiques se situant entre le 6e siècle av. J.-C. et le 2e siècle av. J.-C. Enfin, les derniers chapitres ont été écrits en grec, et donc ont été rédigés plus tardivement.

Tout comme le Livre d’Hénoch (texte apocryphe étudié au  module 4 de la formation en démonologie), le Livre de Daniel a été retrouvé sur le site archéologique de Qumrân. Son style littéraire est apocalyptique, comme cela se faisait durant l’époque des Maccabées.

Le Livre de Daniel contient des prophéties sur la venue du Messie que nous aurons le loisir d’étudier dans un prochain article, et c’est parce qu’il contient ces prophéties que les traditions catholique et orthodoxe rangent le prophète comme l’un des quatre grands prophètes, avec Isaïe, Jérémie et Ézéchiel. Ces traditions aiment mettre les gens dans des cases, aiment la hiérarchie. Personnellement, je pense que tous les prophètes de Dieu sont importants, car tous délivrent un message et que ces messages, parce qu’ils viennent de Dieu, sont tous importants.

 

Ananias, Azarias et Misaël

Revenons à ce qui nous intéresse dans cet article, c’est-à-dire les personnages Ananias, Azarias et Misaël.

Ces trois personnages apparaissent dès le début du Livre de Daniel comme étant les compagnons du prophète. Adolescent, Daniel est déporté à Babylone avec ses compagnons Ananias, Azarias et Misaël. Grâce à leur grande sagesse, ils gagnent la confiance du roi de Babylone, Nabuchodonosor. Daniel devient interprète des songes du roi, puis auprès du roi de Mèdes et de Perses, Darius, après la prise du Babylone en 549 av. J.-C.

Les trois jeunes compagnons de Daniel dans la fournaise, Les très riches heures du Duc de Bercy

Ananias, Azarias et Misaël étaient de jeunes garçons, instruits et sages, avec de beaux visages. Ils servaient dans le palais du roi. Le roi Nabuchodonosor II leur avait remis l’intendance de la province de Babylone, mais, parce qu’ils servaient un seul Dieu, ils avaient refusé de se prosterner devant une statue d’or élevée sur ordre du roi (Livre de Daniel chapitre 3). Pour cet affront, Nabuchodonosor les condamna à mort et les fit jeter dans la fournaise ardente. Or, un homme (un ange) se matérialisa au milieu d’eux dans la fournaise, et les sauva. Les trois compagnons de Daniel ressortirent de la fournaise sans aucune blessure. Aussitôt, le roi idolâtre Nabuchodonosor II se convertit au Dieu unique d’Israël (Daniel 3:8-30).

 

Le récit biblique

Miniature de Toros Roslin

¹Le roi Nabuchodonosor fit une statue d’or, haute de soixante coudées et large de six, qu’il dressa dans la plaine de Dura, dans la province de Babylone. ²Le roi Nabuchodonosor manda aux satrapes, magistrats, gouverneurs, conseillers, trésoriers, juges et juristes, et à toutes les autorités de la province, de s’assembler et de se rendre à la dédicace de la statue élevée par le roi Nabuchodonosor. ³Lors s’assemblèrent satrapes, magistrats, gouverneurs, conseillers, trésoriers, juges et juristes et toutes les autorités de la province pour la dédicace de la statue qu’avait élevée le roi Nabuchodonosor, et ils se tinrent devant la statue qu’avait élevée le roi Nabuchodonosor. ⁴Le héraut proclama avec force : “À vous, peuples, nations et langues, voici ce qui a été commandé : ⁵ à l’instant où vous entendrez sonner trompe, pipeau, cithare, sambuque, psaltérion, cornemuse et toute espèce de musique, vous vous prosternerez et ferez adoration à la statue d’or qu’a élevée le roi Nabuchodonosor. ⁶Quant à celui qui ne se prosternera ni ne fera  adoration, il sera incontinent jeté dans la fournaise de feu ardent.” ⁷Sur quoi, dès que tous les peuples eurent entendu sonner trompe, pipeau, cithare, sambuque, psaltérion, cornemuse et toute espèce de musique, se prosternèrent tous les peuples, nations et langues, faisant adoration à la statue d’or qu’avait élevée le roi Nabuchodonosor. ⁸Cependant certains Chaldéens s’en vinrent dénoncer les Juifs. ⁹Ils dirent au roi Nabuchodonosor : “Ô roi, vis à jamais ! ¹⁰ Ô roi, tu as promulgué un décret prescrivant à tout homme qui entendrait sonner trompe, pipeau, cithare, sambuque, psaltérion, cornemuse et toute espèce de musique, de se prosterner et de faire adoration à la statue d’or, ¹¹et arrêtant que ceux qui ne se prosterneraient ni ne feraient adoration seraient jetés dans la fournaise de feu ardent. ¹²Or voici des Juifs que tu as assignés aux affaires de la province de Babylone : Shadrak, Méshak et Abed-Nego ; ces gens n’ont pas tenu compte de tes ordres, ô roi ; ils ne servent pas ton dieu et ils n’ont pas fait adoration à la statue d’or que tu as élevée.” ¹³Alors, frémissant de colère, Nabuchodonosor manda Shadrak, Méshak et Abed-Nego. Aussitôt on amena ces gens devant le roi. ¹⁴Et Nabuchodonosor leur dit : “Est-il vrai, Shadrak, Méshak et Abed-Nego, que vous ne serviez point mes dieux et ne fassiez pas adoration à la statue d’or que j’ai élevée ? ¹⁵ Êtes-vous disposés, quand vous entendrez sonner trompe, pipeau, cithare, sambuque, psaltérion, cornemuse et toute espèce de musique, à vous prosterner et à faire adoration à la statue que j’ai faite ? Si vous ne lui faites pas adoration, vous serez incontinent jetés dans la fournaise de feu ardent ; et quel est le dieu qui vous délivrerait de ma main ?” ¹⁶Shadrak, Méshak et Abed-Nego répondirent au roi Nabuchodonosor : “Point n’est besoin pour nous de te donner réponse à ce sujet : ¹⁷si notre Dieu, celui que nous servons, est capable de nous délivrer de la fournaise de feu ardent, et de ta main, ô roi, il nous délivrera ; ¹⁸et s’il ne le fait pas, sache ô roi, que nous ne servirons pas ton dieu, ni n’adorerons la statue d’or que tu as élevée.” ¹⁹Alors le roi Nabuchodonosor fut rempli de colère et l’expression de son visage changea à l’égard de Shadrak, Méshak et Abed-Nego. Il donna ordre de chauffer la fournaise sept fois plus que d’ordinaire ²⁰et à des hommes forts de son armée de lier Shadrak, Méshak et Abed-Nego et de les jeter dans la fournaise de feu ardent. ²¹Ceux-ci furent donc liés, avec leur manteau, leurs chausses, leur chapeau, tous leurs vêtements, et jetés dans la fournaise de feu ardent. ²²L’ordre du roi était péremptoire ; la fournaise étant excessivement brûlante, les hommes qui y portèrent Shadrak, Méshak et Abed-Nego furent brûlés à mort par la flamme du feu. ²³Quant aux trois hommes Shadrak, Méshak et Abed-Nego, ils tombèrent tout liés dans la fournaise de feu ardent. ²⁴Et ils marchaient au milieu de la flamme, louant Dieu et bénissant le Seigneur.

(…)

⁹¹Alors le roi Nabuchodonosor s’émut et se leva en toute hâte. Il interrogea ses intimes : “N’avons – nous pas jeté ces trois hommes tout liés dans le feu ?” Ils répondirent : “Assurément, ô roi.”

⁹²Il dit : “Mais je vois quatre hommes en liberté qui se promènent dans le feu sans qu’il leur arrive de mal, et le quatrième a l’aspect d’un fils des dieux.”

⁹³Nabuchodonosor s’approcha de l’ouverture de la fournaise de feu ardent et dit : “Shadrak, Méshak et Abed-Nego, serviteurs du Dieu Très-Haut, sortez et venez ici.” Alors du milieu du feu sortirent Shadrak, Méshak et Abed-Nego. ⁹⁴S’assemblèrent satrapes, magistrats, gouverneurs et intimes du roi pour voir ces hommes : le feu n’avait pas eu de pouvoir sur leur corps, les cheveux de leur tête n’avaient pas été consumés, leur manteau n’avait pas été altéré, nulle odeur de feu ne s’attachait à eux. ⁹⁵Nabuchodonosor dit : “Béni soit le Dieu de Shadrak, Méshak et Abed-Nego, qui a envoyé son ange et délivré ses serviteurs, eux qui, se confiant en lui, ont désobéi à l’ordre du roi et ont livré leur corps plutôt que de servir ou d’adorer tout autre dieu que leur Dieu. ⁹⁶Voici le décret que je porte : Peuples, nations et langues, que tous ceux d’entre vous qui parleraient légèrement du Dieu de Shadrak, Méshak et Abed-Nego soient mis en pièces, et que leurs maisons soient changées en bourbiers, car il n’est pas d’autre dieu qui puisse délivrer de la sorte.” ⁹⁷Alors le roi fit prospérer Shadrak, Méshak et Abed-Nego dans la province de Babylone.

Bible de Jérusalem, Livre de Daniel 3

Il est entendu que Shadrak, Méshak et Abed-Nego sont les noms chaldéens de Ananias, Azanias et Misaël.

 

Commentaires

Ocône, école de Novgorod

Avant d’expliquer ce texte, j’aimerais que l’on revienne sur un point important : la Bible, que cela soit l’Ancien Testament ou le Nouveau Testament, est constituée de textes inspirés qu’il ne faut pas lire littéralement. Il faut toujours rechercher, dans ces textes, la signification spirituelle ou l’enseignement spirituel qu’ils contiennent. C’est ce que je vais m’efforcer de faire ici, en me posant cette unique question : qu’est-ce que Dieu a voulu nous dire pour notre Salut ?

Parce qu’ils ont refusé d’adorer la statue d’or érigée par Nabuchodonosor sur la plaine du Dura, les compagnons du prophète Daniel, Ananias, Azarias et Misaël, ont été condamnés à la fournaise ardente. C’est un geste fort que celui de ces trois esclaves Hébreux qui refusent d’enfreindre la Loi de Moïse et donc de rejeter Dieu en adorant une divinité représentée par la statue d’or.

Quelle est cette divinité ? Que représente cette statue d’or ? Au moment où se déroule cette histoire, Nabuchodonosor était au faîte de sa puissance et régnait sur un vaste empire, comme le montre cette locution « peuples, tribus et langues » qui revient trois fois dans le texte. On comprend que le roi Nabuchodonosor était puissant, et qu’à cause de cette puissance, il avait un orgueil démesuré qui lui permettait de contraindre son peuple à ses lois sous peine de mort, et de demander au peuple de l’idolâtrer par cette statue en or. Finalement, Nabuchodonosor s’est érigé au rang de divinité et demande, par cette statue d’or, sa propre adoration, plutôt, il impose au peuple son adoration. Et c’est certainement son orgueil démesuré qui causera sa perte, orgueil démesuré qui a provoqué la chute de Lucifer, mais cela est une autre question. Remarquons que la statue d’or de Nabuchodonosor ressemble à la Bête des temps apocalyptiques. Encore une fois, le message est très fort ici : l’idolâtrie sert à faire venir la Bête de l’Apocalypse, elle sert Satan. C’est le premier enseignement contenu dans ce texte.

Nos trois Hébreux, Ananias, Azarias et Misaël avaient certainement compris cela, et surtout, ils connaissaient la puissance du vrai Dieu. Ils savaient qu’il valait mieux désobéir à Nabuchodonosor que désobéir à Dieu. Et par cet acte, ils montrent que lorsqu’une loi de l’homme est mauvaise et qu’elle contredit la Loi de Dieu, il faut désobéir, car il vaut mieux mourir que perdre la vie. Là encore, dans cette dernière phrase, recherchez son sens spirituel : il vaut mieux que le corps meurt, plutôt que l’âme. Cela est le second enseignement contenu dans ce texte.

De tout temps, les fidèles ont été mis à l’épreuve, et ce fut le cas aussi pour Ananias, Azarias et Misaël, à qui l’on a demandé de choisir entre la vie terrestre, c’est-à-dire les choses du monde, et la vie éternelle. Aujourd’hui, la même chose est demandée aux fidèles, choisir entre servir le vrai Dieu ou les fausses divinités (argent, biens matériels, confort, carrière, faux dieux…), et tout est fait pour nous pousser à l’idolâtrie. La grande épreuve de ces trois Hébreux, à qui l’on demande de choisir entre le supplice et la mort de l’âme, est l’épreuve qui est demandée à tous les croyants. À nous de faire le bon choix, comme cela fut le cas pour Ananias, Azarias et Misaël, qui choisirent de ne pas renier Dieu, et surtout, qui remirent toute leur confiance en Dieu. Ils savaient ce qui les attendait, ils savaient qu’ils allaient mourir dans d’atroces souffrances, mais ils ont mis toute leur confiance en Dieu, et pour cela, ils ont reçu une grande grâce, celle de la conversion de Nabuchodonosor. C’est ainsi qu’agit Dieu qui sait du malheur qui semble nous accabler, transformer ce malheur en grâce pour un peu qu’on Lui fasse confiance. C’est pour cela qu’il faut toujours rester dans l’espérance. C’est le troisième enseignement contenu dans ce texte.

Ananias, Azarias et Misaël sont jetés dans la fournaise ardente. Nabuchodonosor avait mis au défi leur Dieu de venir les sauver. Et c’est ce que Dieu fit, Il les sauva et provoqua la conversion du roi incrédule. Devant le roi, Ananias, Azarias et Misaël n’ont pas essayé de défendre leur foi, car la foi du croyant n’a pas à se justifier devant les incrédules, l’approbation du Seigneur lui suffit. Ceci est le quatrième enseignement contenu dans ce texte.

Sans cesse, le Seigneur nous dit d’avoir la foi et de ne pas craindre : « Ne crains point… je serai avec toi… quand tu marcheras dans le feu, tu ne seras pas brûlé, et la flamme ne te consumera » (Ésaïe 43:1-7). Cette promesse est donnée à tous les fidèles : ne pas craindre. Ananias, Azarias et Misaël ne craignent pas la torture du feu ardent, ils font confiance à Dieu. Et effectivement, comme Dieu ne se renie jamais et accomplit toujours ses promesses, les trois hommes ne subissent aucun mal lorsqu’ils sont jetés dans la fournaise ardente. De plus, ils reçoivent un compagnon mystérieux pour les accompagner dans cette épreuve. Nous pouvons voir dans ce compagnon un ange, certains y voient le Fils de Dieu, car c’est Jésus qui nous accompagne dans l’épreuve, qui nous porte dans l’épreuve, afin qu’il ne nous soit fait aucun mal. N’a-t-il pas vécu le même supplice sur la Croix ? Même dans cette terrible épreuve, Jésus n’a pas perdu la foi, il s’est accroché au Père, même dans la souffrance et surtout dans la souffrance. En remettant sa confiance en Dieu, Ananias, Azarias et Misaël ont non seulement échappé à la mort du corps, mais ont gagné la vie de l’âme et une meilleure situation sur Terre. La peur est l’arme du démon pour nous faire chuter, il ne faut pas croire à ses mensonges. Le croyant doit toujours fixer Dieu, et ne doit pas faire entrer la peur dans son cœur. Il doit toujours rester dans l’espérance et dans la confiance. C’est le cinquième enseignement contenu dans ce texte.

Nous pouvons lire dans la suite de ce texte que les hommes chargés de précipiter les condamnés dans le brasier, ce sont eux qui ont péri dans le brasier. Là encore, l’enseignement spirituel de cette phrase est gigantesque pour celui qui sait lire ! Pourquoi Ananias, Azarias et Misaël ne sont-ils pas touchés par le feu et pourquoi les bourreaux le sont-ils ? Parce que Dieu consume les liens qui entravent les croyants. Comprenez que ceux qui cherchent à faire tomber le croyant périront de leurs propres armes. Dieu libère le chrétien de son attache dont le monde l’avait enchaîné, et en le libérant, ce lien retourne à l’oppresseur, car Satan a toujours besoin d’une proie. Finalement, l’oppresseur se punit de lui-même, c’est son choix. Et le chrétien peut continuer de marcher librement sur le chemin qui mène au Salut en la compagnie du Sauveur, Jésus-Christ. C’est le sixième enseignement contenu dans ce texte.

Et finalement, la fureur du roi fera place à la conversion et à la paix grâce à ces trois Hébreux qui ont su lui montrer ce qu’est la vraie foi et qui est Dieu.

 

Ananas, Azarias et Misaël, des exemples

Les trois compagnons de Daniel, à travers cette histoire, nous ont montré qui est Dieu, comment il agit, et surtout, nous ont montré la puissance de la foi. Leur histoire doit être méditée comme exemple pour nous chrétiens, surtout les chrétiens tièdes. Dieu peut tout, et avec Dieu, on peut tout.

Reprenons les enseignements contenus dans ce texte :

  • Premier enseignement : l’idolâtrie est une arme puissante de Satan qui sert à éteindre les âmes, et donc, qui nous éloigne de la Vie.
  • Second enseignement : lorsque la loi de l’homme est contraire ou s’oppose à la Loi de Dieu, lorsqu’elle est mauvaise et qu’elle provoque la mort de l’âme, il faut désobéir, cela est une question de survie.
  • Troisième enseignement : Dieu, dans son infinité bonté, sait transformer le mal en bien, et d’une épreuve, il en sortira toujours une grande grâce.
  • Cinquième enseignement : le chrétien doit toujours s’établir dans l’espérance et la confiance en Dieu. Il doit chasser la peur de son cœur, car la peur le rend vulnérable aux assauts du démon. Aucune peur ne doit traverser l’esprit du croyant.
  • Sixième enseignement : Dieu libère le chrétien de l’attache contractée à cause du monde et cette libération va provoquer la chute de l’oppresseur.

Ces six enseignements sont six Vérités qu’il convient de méditer et surtout de faire siennes. Dieu ne veut pas le mal, il permet le mal pour en tirer le bien, et Il attend de nous une grande foi qui maintienne dans l’espérance. Aujourd’hui, nous assistons à une extinction de la foi, et si des miracles sont réalisés par Dieu, on n’y croit plus, et on y cherchera toujours une explication rationnelle, et lorsque, forcément, il n’y a aucune explication, on va railler, moquer, tenter de discréditer le miraculé. Il est urgent de ranimer la flamme de la foi et de replacer Dieu au centre de nos vies. Le combat est spirituel. Courage, persévérance, bienveillance, espérance et charité, voilà les attributs qui devraient animer l’âme d’un véritable chrétien.

 

Marie d’Ange

Pour aller plus loin


Soutenez Marie d’Ange sur Tipeee

Étiqueté , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :