Lucifer et Satan, deux noms indissociables

Toutes les religions, tous les peuples, toutes les croyances parlent de Lucifer ou de Satan. D’ailleurs, au fil des croyances et des époques, Satan revêt plusieurs noms, dont  le Diable, l’Antique Serpent, Grand Dragon ou encore Père du mensonge tandis que Lucifer est le porteur de la lumière alors que Lucifer et Satan sont une seule et même entité. Encore un mensonge du démon pour mieux nous tromper…

 

 

Lucifer ou Satan ?

 

Représentation de Lucifer

 

Lucifer est un nom propre qui signifie « Porteur de Lumière ». À l’origine, c’était le nom que les Romains donnaient à l’étoile du matin, autrement dit Venus. Il est aussi un personnage de la mythologie grecque et romaine, dieu de la connaissance et de la Lumière.

Dans la tradition chrétienne, Lucifer était le plus beau des anges, le premier des anges créé par Dieu. Chef de la milice céleste, il détenait la connaissance et la Lumière. Trop orgueilleux, il se révolta contre son Créateur qui, pour le punir, le chassa du paradis. Il échoua en enfer entraînant dans sa chute tous les anges qui avaient combattu avec lui. C’est ainsi qu’il prit le nom de Satan, qui signifie, en hébreu, l’adversaire. En effet, le terme de satan n’est pas un nom propre, mais bien un nom commun qui désigne un adversaire ou celui qui s’oppose.

Donc Lucifer et Satan seraient une seule et unique entité. D’abord ange donc Lucifer, puis ange déchu devenant Satan. C’est sa chute qui lui fit perdre son nom premier. Lucifer est donc le nom angélique de Satan ou encore Satan est le nom démoniaque de Lucifer.

Par contre, ce qui est étonnant, c’est que l’on trouve dans les différents écrits littéraires ou bibliques différentes occurrences du nom Satan. Il est appelé tour à tour Léviathan, Asmodée, Grand Séducteur, Roi des Ténèbres, Baalbérith, le Serpent, le Tentateur, le Malin, le Maître des Enfers, le Diable, Bélial, Belzébuth… Mais le nom de Lucifer n’existe pas dans les Saintes Écritures. Serait-ce encore un tour de passe-passe du Malin pour semer le trouble et la confusion ?


Satan dans le dogme catholique

 

Représentation de Satan

 

Satan est l’adversaire de Dieu, celui qui s’est rebellé contre lui. C’est lui qui a tenté David et l’a incité à dénombrer les enfants d’Israël. C’est lui qui tenta Ève, à l’aide de Lilith, dans le jardin d’Eden. Dans le Nouveau Testament, c’est encore lui qui tente Jésus-Christ lorsqu’il jeûne pendant 40 jours dans le désert et qui prend possession de Judas Iscariote pour le pousser à trahir Jésus.

Dans la religion catholique, Satan est le Mal Absolu, celui qui le premier s’est révolté contre Dieu, perdant ainsi son rang d’ange. Il devient alors un ange démoniaque, hirsute. Ses cheveux sont des serpents. Il porte les marques de la foudre divine qu’il dissimule sous ses ailes noires. Satan règne sur les Ténèbres et les Enfers. Il tient un rouleau de parchemin dans une main et dans l’autre une plume de fer avec laquelle il écrit son plan pour évincer Dieu.

D’ailleurs, Satan n’a qu’un but, celui de prendre le commandement du paradis. Pour cela, il détourne l’homme de son Créateur en usant et en abusant de son pouvoir ordinaire qui est la tentation. Ainsi, il fait commettre des péchés. Mais Satan détient la connaissance, il est rusé et menteur. Il détient l’art de manipuler.

Son influence peut très vite devenir malsaine, surtout si l’homme se laisse aller à l’orgueil, à l’égoïsme et est avide de pouvoir. Satan possède la faculté de changer d’apparence pour mieux séduire. Habituellement, il est représenté sous forme d’un monstre, mi-homme mi-bouc.

Dans la plupart des religions et des dogmes, Satan représente la perversion et le mauvais chez l’homme. Il serait aussi le symbole de l’exaltation imaginative qui pousse l’homme à faire du mal ou à se faire du mal et à effectuer des actes qui peuvent le conduire à sa perte. Il ne faut pas oublier qu’il déteste l’homme et qu’il ne peut atteindre Dieu qu’à travers lui.

Satan peut-être chassé par Jésus-Christ qu’il craint. En effet, Jésus, par son sacrifice sur la Croix, l’a battu. De plus, Jésus a su résister à la tentation.

Satan est le premier démon antagoniste de Dieu. Il est traditionnellement associé à Belzébuth ou Baal-Zébuth ou encore le dieu Baal dans les Évangiles et à Méphistophélès au Moyen Âge, alors que ce sont des personnages distincts, des anges déchus qui ont suivi Satan dans sa chute.

 

 

Quelques petites coïncidences et le chiffre 666

 

 

Parlons d’abord du chiffre 666. Pourquoi ce chiffre représente-t-il la bête ? Aux États-Unis, par exemple, le chiffre 666 inscrit sur un simple CD peut suffire à le faire interdire de la vente. Eh oui, le chiffre 666 fait peur. D’ailleurs, la phobie de ce chiffre porte un nom, l’hexakosioihexekontahexaphobie. Pour comprendre d’où vient ce chiffre, il faut remonter à la Bible et plus précisément à l’Apocalypse selon saint Jean. Au chapitre 13 verset 18 il est écrit : « Que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’hommes, et son nombre est six cent soixante-six. »

Ce qui n’est pas précisé dans la Bible, c’est que ce chiffre est la somme des valeurs numériques liées aux lettres. La langue de Jésus était l’araméen, mais la Bible a été rédigée en grec, avec quelques formes syntaxiques empruntées de l’hébreu. Et chaque lettre, grecque ou hébraïque, a une valeur numérique, dont le chiffre d’un nom est le total de ses lettres. Donc le chiffre de Satan est 666. C’est aussi le chiffre de César-Néron en grec.

De tout temps, les hommes sont fascinés et attirés par ces deux personnages Lucifer et Satan, qui n’en forment qu’un d’ailleurs. On retrouve Lucifer dans le prénom Lucie, sans pour autant que lui soit attribué une quelconque connotation négative. D’ailleurs, la fête de la Sainte-Lucie est le 13 décembre sur le calendrier romain. Ce jour, dans les anciens calendriers,  a été rapporté comme le jour de la nuit la plus longue. Maintenant, on sait que c’est au solstice d’hiver, mais avant ce n’était pas le cas.

D’ailleurs, à propos du 13 décembre, il faut savoir que l’élection de George W. Bush a été validée deux fois un 13 décembre, en 2000 et 2004. On pouvait croire ce personnage habité par Lucifer (donc Satan) tant ses propos étaient troublants. On l’a souvent entendu dire des phrases du genre « La lumière luit dans les ténèbres » ou « Cet espoir illumine encore notre route. » Des discours très illuministes vous ne trouvez pas ?

Parlons de la statue de la Liberté, cette immense statue qui a été offerte par les Français aux Américains et qui est le symbole d’un pays libre. En fait, la statue de la Liberté fait beaucoup penser aux influences lucifériennes, dans le sens où elle porte la lumière et que sa couronne est le symbole d’un rayonnement stellaire qui irradie sur les sept continents. Eh oui, Lucifer est partout.

Chez les Hollandais, le mot allumette se traduit par « lucifer » dans le sens où elle donne la lumière.

 

 

Satanisme ou Luciférisme ?

 

La Bible Satanique d’Anton LaVey

 

Le satanisme au sens théiste peut être considéré comme du « catholicisme inversé ». C’est un courant religieux dans lequel Satan est vénéré comme un dieu suprême ainsi que tous les anges déchus, donc les démons. Le sataniste croit en l’existence de Satan qu’il considère comme Lucifer, le Porteur de Lumière. Il l’honore, le vénère et pratique des rituels.

Le satanisme au sens théiste se distingue du satanisme Laveyen qui est avant tout une philosophie de vie. Il repose sur une croyance de l’ego et de l’individualisme dont le but est d’abord de croire en soi-même. Il a été créé par Anton Lavey, qui est d’ailleurs l’auteur de la « Bible Satanique » et fondateur de l’Église de Satan, qui prône la totale liberté des hommes de ne pas suivre les dogmes religieux et de ne vénérer aucune divinité. En fait, ici l’homme est son propre Dieu.

Le luciférisme est un courant littéraire encore mal connu et dont les contours restent flous, qui ne se base sur aucun texte de référence. Le personnage principal est Lucifer, un ange de lumière qui symbolise la connaissance. Ce courant prône la rébellion contre n’importe quelle forme d’autorité. Les lucifériens cherchent, avant tout, à s’affranchir de toutes les conventions sociales autant morales, religieuses ou même politiques.

Satan et Lucifer étant une même et unique entité, les satanistes et les lucifériens prient et honorent le « Prince de ce monde » comme l’appelait Jésus-Christ. Donc, ces deux courants sont tous deux dangereux. Et là je vois déjà les lucifériens crier au scandale ! Sauf, qu’il faut appeler un chat un chat et parfois remettre l’église au milieu du village. Je ne fais pas du politiquement correct, j’annonce ce que je croie être des vérités. N’en déplaise à certains…

 

Pour résumer, chacun honore, croit ou rejette Satan à sa manière. Certains le prennent pour un dieu, d’autres ont en peur. D’autres font appel à lui pour avoir la connaissance alors que certains rejettent son existence. Que l’on soit l’un ou l’autre, il faut tout de même se dire que le mal existe, à travers les guerres, les génocides, les meurtres, les déviances sexuelles, la cupidité… Est-ce l’œuvre de Satan ou de l’homme lui-même ? À vous de me répondre.

 

À prier : saint Michel, Padre Pio.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , ,

9 commentaires sur “Lucifer et Satan, deux noms indissociables

  1. […] Lucifer : premier archange créé par Dieu, le plus beau et le plus intelligent. C’est lui qui se rebella contre son créateur, emportant avec lui d’autres anges et archanges dans sa défaite. Lors de sa rébellion, il changea de nom et devint Satan pour l’adversaire. Donc, Satan et Lucifer sont les mêmes démons. Certains démonographes pensent que Lucifer est une entité distincte de Satan et le placent même supérieur à Satan. Lorsque Satan est Lucifer et revêt son apparence d’archange, il devient le grand justicier des enfers. […]

  2. […] l’article « Lucifer et Satan, deux noms indissociables », j’expliquais que Lucifer et Satan étaient un seul démon. Revenons sur cette définition : […]

  3. « Est-ce l’œuvre de Satan ou de l’homme lui-même ? » Poser la question c’est y répondre!! Le prince de ce monde est le mal absolu à l’oeuvre dans la nature humaine!! Aucun doute!

  4. La chute étant un mythe sumérien déformé, si le mal existe, sa personnification me semble ridicule…

  5. […] et Satan sont une seule et unique entité. J’explique ce point de vue dans l’article « Lucifer et Satan, deux noms indissociables » que je vous invite à […]

  6. […] Léviathan ne fait pas partie de ces sept princes et Satan (qui est Lucifer, voir l’article « Lucifer et Satan, deux noms indissociables ») est le chef suprême de l’empire infernal. Donc, je ne partage pas la vision d’Anton […]

  7. […] et Satan sont une seule et unique entité. J’explique ce point de vue dans l’article « Lucifer et Satan, deux noms indissociables » que je vous invite à […]

  8. De nombreux démonologues réputés dissocient Satan et Lucifer. C’est notamment le cas de Jacques Collin de Plancy.

    1. Je le sais, et j’ai choisi une autre position

Répondre à La Bible Satanique d'Anton LaVey | Journal d'une démonologue Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :