L’essence du Serpent

Souvent, je vous invite au discernement spirituel, à raisonner et non pas à réagir sur le coup d’une émotion. Et c’est avec discernement que je vous demande de lire cet article consacré à l’essence du Serpent Antique, ou le Diable ou le Malin ou encore Satan, celui-là même qui veut détruire toutes les œuvres du Christ, l’Adversaire de Dieu. Apprenons à connaître intelligemment ce Serpent Antique, cet Ennemi de l’humanité, afin de le combattre spirituellement.

Le Serpent Antique

Le Serpent Antique à l’Éden avec Adam et Eve.

Le serpent est le premier animal cité par la Bible, avant tous les autres animaux. Ce serpent arrive dès la Genèse et nous apparaît comme le Tentateur d’Adam et Ève. Ce serpent est à l’origine du péché, et de la chute d’Adam et Ève. Satan a engendré le péché et du péché est née la mort. J’explique cette notion dans le module 2 de la formation de démonologie que vous pouvez découvrir en cliquant ici.

Ce serpent Antique apparaît plusieurs fois dans la Bible, sous différents noms et sous différentes formes. Il devient, à l’Apocalypse, le dragon : « Et je vis descendre du ciel un ange qui tenait dans sa main la clef de l’abîme et une grande chaîne ; il saisit le dragon, le serpent ancien, qui est le diable et Satan, et il l’enchaîna pour mille ans. » (Apocalypse 20:12)

Notons que dans ce verset, le dragon est le serpent ancien, qui est le diable, qui est Satan. Nous avons donc quatre noms différents de l’Ennemi de l’humanité.

Pourquoi cette image du serpent est-elle utilisée pour désigner le Diable ? Pourquoi a-t-on pris cet animal rampant comme image de Satan ? Interrogeons-nous selon la Foi et la Raison, afin de comprendre qui est ce Serpent Antique que nous décrit la Bible. Ainsi, nous pourrons entrer dans ce combat spirituel que tout chrétien est amené à entrer et dont l’enjeu est la Vie éternelle, car c’est bien contre Satan que nous avons à lutter.

 

 

Le serpent est le plus rusé

Étymologiquement, le mot serpent vient du latin « serpare » qui signifie ramper, glisser, se traîner. Donc, cet animal rampe à la surface de la Terre. D’après le poème de la création, c’est sa punition pour avoir défié Dieu dans le jardin d’Éden : « Alors Yahvé Dieu dit au serpent : “Parce que tu as fait cela, maudit sois-tu entre tous les bestiaux et toutes les bêtes sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la terre tous les jours de ta vie.” » Genèse 3:14

Dans ce même chapitre de la Genèse, au verset 1, on peut lire : « Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que Yahvé Dieu avait faits. Il dit à la femme : “Alors, Dieu a dit : Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin.” »

Milton, dans son « Paradis Perdu », explique que le serpent était un animal qui vivait paisiblement au Jardin d’Éden et que Satan a investi son corps afin de parler par sa bouche. C’est la première possession démoniaque de l’histoire de l’humanité. Donc, Satan a choisi le serpent parmi tous les autres animaux qui peuplaient le Jardin d’Éden. L’animal a donc servi de réceptacle à Satan. Et c’est pour cela qu’il est considéré comme très rusé.

Revenons au serpent rusé décrit par la Genèse. Rusé se dit « aroum » en hébreu, mot que l’on peut traduire par astucieux, intelligent, lucide, éveillé, mais aussi le plus nu. Il y a donc deux interprétations possibles : d’un côté, le serpent est intelligent, mais d’un autre côté, il fait entrer la connaissance de la nudité, comme on peut le lire en Genèse 3:7 : « Alors leurs yeux à tous deux s’ouvrirent et ils connurent qu’ils étaient nus ; ils cousirent des feuilles de figuier et se firent des pagnes. »

Ce verset demande une lecture particulière, un discernement particulier. En mangeant le fruit de la connaissance, Adam et Ève ne voient plus la gloire dont Dieu les avait revêtus. Leur corps est devenu un objet de désir. En se détournant de Dieu, en lui désobéissant, en préférant écouter la parole du Serpent, Adam et Ève se découvrent avec le regard du serpent, c’est-à-dire avec un corps matériel et consumériste.

 

 

Les yeux du serpent

Le serpent n’a pas de paupières, seule une écaille transparente protège son œil, écaille qui se détache au moment de sa mue. Comme le serpent n’a pas de paupières, on a l’impression qu’il ne dort jamais, puisqu’il ne ferme jamais les yeux. En réalité, le serpent est toujours à l’affût, sauf lorsqu’il entre en hibernation ou lorsqu’il est repu. En dehors de ces périodes, le serpent semble toujours en mode « vigilance accrue », prêt à agir à chaque instant. Comme le Diable qui guette nos moindres faiblesses pour s’infiltrer dans la brèche et nous tenter.

Mais chaque être vivant doit se reposer, « recharger ses batteries ». C’est à ce repos que Dieu nous exhorte. Dans la Genèse, Dieu s’est reposé au septième jour, et nous aussi, nous sommes invités à nous reposer pour louer le Seigneur le septième jour. Ne soyons pas comme le Diable qui ne se repose jamais, qui est toujours à l’affût. Prenons le temps de nous poser, de souffler et de penser au Seigneur.

Jésus propose ce même repos en Matthieu 11:28-30 : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et ployez sous le fardeau, et moi je vous soulagerai. Prenez sur vous mon joug et recevez mes leçons, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes. Oui, mon joug est doux et mon fardeau léger. »

Ce n’est qu’auprès de Jésus que nous connaîtrons le repos. Ce n’est qu’en mettant en pratique son enseignement que nous serons soulagés et que nous pourrons nous reposer.

Le regard peut être aussi une source de désir ou de convoitise. C’est par le regard que naît la convoitise. Donc, à force de regarder autour de nous, et non en nous, nous nous heurtons à l’envie constante, à la convoitise, au désir d’obtenir ce que l’autre a. C’est pour cela qu’il nous est demandé de fermer les yeux, afin de nous reposer, et de réfléchir à notre propre paix.

Les yeux du serpent sont indépendants, ils peuvent regarder dans deux directions opposées. Ici, nous avons l’image de ce fameux « EN MÊME TEMPS » tant utilisé par les francs-maçons : EN MÊME TEMPS qu’il guette sa proie, le serpent surveille la venue d’un éventuel prédateur. Ce EN MÊME TEMPS est une technique ancestrale pour brouiller les pistes, pour mieux nous manipuler, pour faire entrer le doute dans notre esprit. Or, la Bible nous demande de choisir. On ne peut aimer le Christ et EN MÊME TEMPS l’argent. On ne peut aimer le Christ et EN MÊME TEMPS le pouvoir. On ne peut se revendiquer chrétien si l’on se comporte comme un pharisien. Le Christ nous demande de faire un choix radical, car l’on ne peut regarder dans deux directions différentes, comme Jésus nous enseigne en Matthieu 6:24 : « Nul ne peut servir deux maîtres : ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez servir Dieu et l’Argent. »

Il s’agit bien ici du combat spirituel. Le chrétien ne peut aimer le Christ et EN MÊME TEMPS s’attacher à ses biens. Le chrétien doit choisir la simplicité, doit vivre simplement, sans chercher à s’enrichir. Dieu pourvoira au reste et ne le laissera jamais dépérir. Le chrétien doit travailler, mais il doit être en harmonie avec les enseignements du Christ. Il doit choisir la pureté du regard, du cœur et des actes, comme il est dit en 2 Corinthiens 11:3 : «  Mais je crains bien que, comme Ève fut séduite par l’astuce du serpent, ainsi vos pensées ne se corrompent et ne perdent leur simplicité à l’égard du Christ. »

Et c’est là où le regard devient important. L’œil doit suivre une seule et unique direction, il ne doit pas se transformer en un organe de convoitise. Méditez ces versets de Matthieu 6:22-23 : « La lampe du corps, c’est l’œil. Si ton œil est sain, tout ton corps sera dans la lumière ; mais si ton œil est mauvais, tout ton corps sera dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien grandes seront les ténèbres ! »

Le mot « sain » pourrait aussi se traduire par « simple », ce qui signifie que l’œil doit être sans plis, sans complication, dirigé vers les choses simples, transparent, afin que la lumière y pénètre. Nos deux yeux doivent être orientés vers le même objectif, sans duplicité et nous devons rechercher le beau, le vrai, le discernement, le Seigneur.

En Genèse 4:4-5, le serpent promet à Ève que ses yeux s’ouvriront après avoir mangé le fruit défendu et donc qu’elle et Adam seront comme des dieux et auront la connaissance. Ce qui est bien sûr, l’inverse ! À partir de là, Adam et Ève se poseront des questions, chercheront un sens à leur vie, et vont aller d’illusions en désillusions. Ils vont chercher au-delà de ce qui est permis, jusqu’à la divination, afin de trouver ce qui est caché, les mystères de la nature, et vont vouloir savoir à l’avance ce qui va advenir. Ils vont aussi vouloir maîtriser l’ordre de la nature. À force de se prendre pour des dieux, les hommes se dépouillent de leur humanité, et deviennent des damnés.

 

 

L’hypnose

Les yeux du serpent sont hypnotiques. Le regard est fixe, et fait oublier le réel. Il invite à ce que l’on entre en transe, dans notre inconscient, à oublier ce qui nous entoure. C’est ainsi que ceux qui nous manipulent agissent avec nous, ils nous hypnotisent, ils procèdent par des inductions et des suggestions afin de déformer la réalité, la vérité, et produisent une modification de notre état de conscience.

En cela, nous devons être vigilants, et faire preuve de discernement pour les confondre. 

 

Impossibilité de lever les yeux

Le serpent possède des vertèbres cervicales qui l’empêchent de lever la tête. À cause de sa nuque raide, le serpent est incapable de lever les yeux, il ne peut voir ce qu’il y a au-dessus de lui.

En Exode 33:5, on peut lire : « Alors Yahvé dit à Moïse : “Dis aux israélites : Vous êtes un peuple à la nuque raide, si je montais au milieu de toi, ne fût-ce qu’un moment, je t’exterminerais. Et maintenant, dépouille-toi de tes parures, que je sache comment te traiter.” »

Ce peuple à « la nuque raide » est pareil au serpent : il est insoumis, incapable d’obéir à Dieu, rebelle à Dieu, un peuple incapable de tourner son regard vers la lumière.

On retrouve cette image d’hommes à la nuque raide en Actes 7:51 : « Nuques raides, oreilles et cœurs incirconcis, toujours vous résistez à l’Esprit Saint ! Tels furent vos pères, tels vous êtes ! »

Que ces paroles sont vraies dans leur sévérité ! Pour le contexte, le chapitre 7 des Actes est le discours d’Étienne. Pour mémoire, Étienne était un prédicateur juif qui avait reconnu le Messie et qui a été considéré comme le premier diacre et le premier martyr de l’histoire de la chrétienté. C’est pour cela qu’on l’appelle le protodiacre et le protomartyr. Étienne apparaît au chapitre 6 des Actes, dans l’épisode dit de l’Institution des Sept. Au chapitre 7 des Actes, Étienne se tient devant le sanhédrin et est accusé de blasphème. Et là, devant ses accusateurs, il profère un long discours, et il accuse, notamment, les pharisiens (toujours les mêmes !) d’avoir la nuque raide afin de leur signifier que leur caractère est inflexible, opiniâtre et rebelle. Ces hommes qui l’accusent de blasphème sont incapables de redresser la tête et de regarder le ciel, tout comme le serpent qui ne peut relever la tête et qui ne voit que l’horizontalité des choses.

Or, le Christ nous invite à « lever notre regard ». Cette expression revient souvent dans la Bible. Cette levée du regard est inaccessible au serpent. Il n’est pas la verticalité, il est fermé au discernement. Son expérience se limite à l’apparence des choses et à leur jouissance immédiate. Il ne peut élever son esprit au-dessus de cela. Et c’est exactement ce qui arrive à certains d’entre nous, mêmes chrétiens, qui restent coincés verticalement dans ce monde de consommation, centrés sur leurs biens, sur leur travail, à l’affût d’une promotion, voulant le dernier smartphone à la mode, ou la voiture puissante et tape-à-l’œil… Ces gens sont incapables de changer leurs habitudes de consommation, et deviennent esclaves du système, travaillant toujours plus, pour s’offrir des biens, mais ne trouvant pas le bonheur, car justement, ils ne regardent pas vers le ciel.

 

 

Le serpent est sourd

Le serpent est incapable de lever son regard vers le ciel et il n’a pas d’oreilles pour écouter la Parole.

En effet, le serpent ne possède pas d’oreilles et ses tympans sont atrophiés. Le serpent ne perçoit que des fréquences basses, des vibrations ressenties par les écailles ventrales et la peau de la gueule reposant sur le sol. Il peut donc « ressentir » le bruit des pas lorsqu’on s’approche de lui, mais il ne peut entendre le bruit de votre voix. C’est pour cela que son cerveau reptilien agit par instinct et qu’il est soumis aux vibrations du monde. Il ne peut entendre la Parole de Dieu, il est incapable de discernement. Le Tentateur n’écoute que lui-même, il est incapable d’écouter son Créateur, et donc, il est déjà mort.

Jésus-Christ terminait souvent ses paraboles par la formule « que celui qui a des oreilles entendent ». Jésus parlait de la capacité des disciples à comprendre les vérités spirituelles contenues dans ses paroles. Seuls certains seront amenés à « connaître les mystères du royaume des cieux », ceux qui ouvriront leurs oreilles et qui écouteront l’Esprit saint. Ceux qui garderont les oreilles fermées ne pourront s’éveiller. Beaucoup de chrétiens entendent la Parole du Seigneur, mais ne la comprennent pas, car ils ferment leurs oreilles. Ils empêchent cette parole de germer dans leur cœur, de les imprégner.

Le serpent est incapable de comprendre la Parole du Seigneur. Il fait semblant de l’entendre. C’est comme l’enseignement New Age qui prétend se rapprocher de l’univers créateur, qui parle d’intuitions, de réincarnation, d’élévation des consciences, de connexions, de magnétisme… tout ceci est du vent, car ces gens perçoivent des vibrations, non la Parole. Ils sont des esclaves du Serpent et sont incapables d’entendre les vérités spirituelles. Alors, ils inventent des notions de plus en plus ridicules et lorsque l’on vient leur apporter la Bonne Nouvelle, ils se mettent en colère, car ils ne peuvent l’accepter, ils sont incapables de l’accepter. Cette colère montre leur frustration, montre combien ils sont incapables de réflexion et de discernement.

Le sens de l’ouïe est le premier sens qui se développe chez l’enfant dans le ventre de sa mère. Le bébé écoute la voix de sa mère, de son père, de ses frères et ses sœurs… Il s’ouvre à une autre réalité que lui-même. Et ce travail demande une écoute attentive et soutenue dans le temps. Lorsqu’il naît, le bébé reconnaît la voix de sa mère, avant même de voir son visage ou de sentir son odeur. Cela le rassure, le conforte et le fait se sentir en sécurité. Cette écoute dans le ventre de sa mère lui apprend l’altérité qu’il va poursuivre à sa naissance. D’ailleurs, la plupart des animaux naissent aveugles. Mais ils entendent, et grâce au son, ils peuvent se diriger vers leur mère pour la tétée. La mère reconnaît ses petits par l’odeur, mais aussi par les sons qu’ils produisent.

Le serpent est incapable d’écouter, d’entendre et donc de comprendre. La Parole de Dieu ne peut le nourrir, c’est pour cela qu’il est froid, insensible à tout.

Dieu nous demande d’entendre ses commandements pour les comprendre. Une fois assimilés, nous pouvons les pratiquer. Cette obéissance nous permet de nous ouvrir à l’intelligence du réel, de la nature, de l’autre, de soi-même et de Dieu. Le serpent fait l’inverse, et donc ne crée pas, mais détruit la Parole de Dieu. Et c’est exactement ce qu’il se passe aujourd’hui, avec l’inversion des valeurs : le mal est appelé le bien et le bien est appelé le mal.

Méditons ces paroles : « Ainsi la foi naît de la prédication et la prédication se fait par la parole du Christ. Or je demande : n’auraient-ils pas entendu ? Et pourtant leur voix a retenti par toute la terre et leurs paroles jusqu’aux extrémités du monde. » Romain 10:17-18

Dans sa lettre aux Romains, l’apôtre Paul dit que la Foi vient de l’écoute attentive de la Parole de Dieu. La Parole façonne notre corps spirituel, encore faut-il l’entendre et la comprendre. L’ouverture de nos oreilles à la Parole de Dieu est nécessaire pour l’éveil et le discernement.

« Un scribe qui les avait entendus discuter, voyant qu’il leur avait bien répondu, s’avança et lui demanda : “Quel est le premier de tous les commandements ?”  Jésus répondit : “Le premier c’est : Écoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l’unique Seigneur, et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Il n’y a pas de commandement plus grand que ceux-là.” » Marc 12:28-31

Jésus, dans son premier commandement, nous demande d’écouter, donc d’ouvrir nos oreilles afin de recevoir la Parole pour l’accueillir. C’est la condition pour aimer Dieu et son prochain. Sans cette Parole, nous sommes incapables d’aimer. Le serpent est incapable d’aimer.

Dans les Évangiles de saint Matthieu et saint Marc, le premier disciple à qui Jésus s’adresse est Simon. Shimon vient de la racine hébraïque Shama qui signifie écouter. Donc, le premier disciple est celui qui écoute. Et ce premier disciple deviendra Pierre, celui qui bâtira l’Église du Seigneur, c’est-à-dire celui qui écoutera et mettra en pratique les enseignements du Christ, et donc la Parole du Seigneur.

Écouter la Parole de Dieu, la comprendre fait de nous des êtres libres et heureux, individuellement et collectivement, heureux signifiant que l’on est acteur de son bonheur et non passif. À nous de travailler pour notre bonheur et d’écouter la Parole de Dieu.

 

 

L’horizontalité du Serpent

Le serpent rampe sur la surface de la Terre. C’est sa punition pour avoir tenté Ève dans le Jardin d’Éden : « Alors Yahvé Dieu dit au serpent : “Parce que tu as fait cela, maudit sois-tu entre tous les bestiaux et toutes les bêtes sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la terre tous les jours de ta vie.” » Genèse 3:14

Le serpent, parce qu’il rampe, a une vision horizontale du monde et non verticale. Il ne voit que la matérialité du monde. Certains serpents peuvent se redresser, mais leur vue reste horizontale, car ils ne peuvent regarder le ciel. Ceux-là sont ceux qui font partie des adeptes du New Age, qui pensent s’éveiller à une certaine spiritualité, mais qui se trompent.

 

Le serpent est sinueux

Le serpent sait s’enrouler autour des obstacles, ou sait contourner les obstacles pour arriver à ses fins. Il agit avec patience et fait l’économie du mouvement. Il cherche inlassablement et avec détermination, le point faible, la brèche, pour pouvoir s’y engouffrer. Le serpent n’a pas de forme précise, il est comme le sable qui glisse entre les mains. Tout comme Satan qui traque la moindre faiblesse pour l’exploiter à son profit, qui traque ses proies, qui contourne les obstacles, et qui reste insaisissable.

Cette insaisissabilité et cette imprécision du serpent sont à l’inverse de la Parole de Dieu, car la Parole de Dieu n’est pas sinueuse, elle est claire et limpide pour celui qui sait l’accueillir, elle est précise. Le serpent tord la Loi, tout comme le fait le pharisien. La Loi devient alors mensonge.

 

Le serpent ne peut reculer

La physiologie du serpent l’empêche de reculer. Le serpent ne peut se détourner, se retourner. Lorsqu’il s’engouffre quelque part, il ne peut faire demi-tour, il doit y entrer tout entier.

Que signifie cette image ? Que le serpent est incapable de reconversion. Une fois qu’il est entré entier dans un tunnel, il ne peut revenir sur ses pas. C’est pourquoi il faut frapper le serpent avant qu’il pénètre totalement dans notre vie, au risque de s’y perdre et ne plus être capable de voir la lumière. C’est cela le combat spirituel. C’est un combat que tout chrétien doit mener, tous les jours, afin de ne pas se laisser envahir par les mauvaises pensées qui le perdront.

 

La nourriture

En Genèse 3:14, Dieu donne la poussière pour nourriture au serpent. Le serpent se nourrit de la poussière du monde, c’est-à-dire de la matière inerte et dégradée, donc de la mort. Le serpent n’a pas de vie en lui, et il se nourrit du malheur des autres et du mal qu’il inflige à ses victimes. Satan veut qu’on lui fasse des messes, qu’on sacrifie pour lui, car il se nourrit des sacrifices, du sang, des matières sexuelles… de tout ce qui dégrade l’humanité.

Plus ses adorateurs infligent de la douleur ou s’infligent de la douleur, plus Satan se nourrit. L’acte de pédophilie est une denrée très prisée dans le milieu satanique, car il permet d’augmenter la puissance de Satan. Comment concevoir de faire du mal à un enfant sans être mort à l’intérieur de soi-même ?

La Genèse nous explique que Dieu a créé Adam à partir de la matière du monde, donc de la poussière. Mais Dieu, sur ce terrain inerte, a insufflé la vie à Adam. C’est le Souffle de Dieu, ce souffle qui donne la vie, qui anime l’âme.

Genèse 2:7 : « Yahweh Dieu forma l’homme de la poussière du sol, et il souffla dans ses narines une haleine de vie, et l’homme devint un être vivant. »

Sans le Souffle de Dieu, l’homme redevient poussière. C’est de cette matière dont se nourrit le serpent. Satan se nourrit de l’homme qui n’a plus le Souffle de vie en lui, qui est mort à l’intérieur, qui a rejeté Dieu.

Genèse 3:17-19 : « Il dit à Adam : – Puisque tu as écouté ta femme et que tu as mangé du fruit de l’arbre dont je t’avais défendu de manger, le sol est maudit à cause de toi. C’est avec beaucoup de peine que tu en tireras ta nourriture tout au long de ta vie. Il te produira des épines et des chardons. Et tu mangeras des produits du sol. Oui, tu en tireras ton pain à la sueur de ton front jusqu’à ce que tu retournes au sol dont tu as été tiré, car tu es poussière et tu retourneras à la poussière. »

Ainsi, Dieu a retiré le souffle de vie à l’homme, qui doit retourner à la poussière. Mais Jésus-Christ portera le poids de la faute d’Adam et Ève et redonnera la vie à tous ceux qui croient en lui. Jésus-Christ en rachetant les péchés des hommes a libéré les hommes de la mort.

Le Diable a fait entrer le péché dans le cœur des âmes et le péché conduit à la mort.

 

L’éducation

Le serpent est un animal solitaire, qui ne croise un semblable qu’au moment de la reproduction. Les cobras, par exemple, s’accouplent en se redressant et en s’entrecroisant. C’est cette image qui est représentée dans la montée de la kundalini (terme sanskrit lié au Yoga qui désigne une puissante énergie spirituelle lovée dans la base de la colonne vertébrale). Je vous donne cette indication pour que vous aussi, vous puissiez apprendre à voir les signes sataniques lorsqu’ils se présentent à vous. Souvent ils sont cachés dans des détails parfois insignifiants, parfois ils sont révélés au grand jour.

Les serpents sont ovovivipares, c’est-à-dire que les petits grandissent dans un œuf et éclosent dans le ventre de leur mère, ou vivipares, c’est-à-dire que les femelles pondent leurs œufs dans un nid. Aussitôt après l’éclosion des œufs, la mère abandonne les petits. Ces derniers n’entrent pas dans un processus d’éducation et d’apprentissage comme on peut le voir chez la plupart des animaux. La base de l’éducation des serpents est « Aie confiance seulement en toi, fais ton expérience », doctrine que l’on retrouve dans le satanisme. C’est aussi une des doctrines de certaines disciplines du New Age.

Sur les rives du Jourdain, Jean le Baptiste avait traité les pharisiens et les sadducéens qui demandaient le baptême « d’engeance de serpent » (Matthieu 3:7).

Plus tard, Jésus reprendra ces paroles toujours en s’adressant aux pharisiens dans un long discours aux chefs religieux : « Serpents, race de vipères ! Comment pouvez-vous penser que vous éviterez le châtiment de l’enfer ? » Matthieu 23:33.

 

La langue bifide

Beaucoup de reptiles utilisent leur langue pour sentir leur environnement. C’est grâce à leur langue qu’ils peuvent sentir la présence d’un partenaire ou d’un prédateur ou d’une proie. Cette langue bifide ou fourchue leur est donc très utile pour se nourrir, se reproduire ou rester en vie.

Mais, cette langue de serpent aux extrémités séparées évoque le vrai et le faux en même temps. On revient sur cette notion du EN MÊME TEMPS tant prisée dans le milieu de la franc-maçonnerie. C’est en mêlant vérités et mensonges que les francs-maçons manipulent le peuple qui ne sait plus quoi ni qui croire.

Cette image de langue bifide évoque aussi une personne médisante ou double, une personne à deux visages, une personne au double langage ou à la double pensée. Ce double langage a été parfaitement décrit par George Orwell dans son livre « 1984 », un livre prémonitoire, car c’est exactement ce qu’il se passe aujourd’hui. Les francs-maçons qui occupent les plus hautes sphères du gouvernement utilisent à merveille ce double langage pour endormir la population, pour la manipuler, pour la forcer à ne plus savoir quoi croire. Tout devient alors brumeux. En agissant ainsi, ils empêchent l’éveil des peuples, ils instillent le doute dans la tête des gens.

Sachez aussi que chez les sorciers hautement initiés des sociétés secrètes et chez les kabbalistes, la notion de bien ou de mal n’existe pas. C’est le règne du « fait ce qu’il te plaît » qui domine. Ces sorciers se placent au-dessus du bien et du mal, ces deux principes qui régissent le principe d’harmonie des opposés. C’est le même concept que l’on retrouve en symbole sur le sol en damier des loges maçonniques. Ces gens se croient au-dessus de Dieu. Ils ne se prennent même plus pour des dieux, ils se placent au-dessus de Dieu ! Ils ne se voient plus comme étant des égaux de Dieu, ils pensent dépasser Dieu.

Or, comme saint Thomas d’Aquin l’a affirmé, le principal péché d’Adam et d’Ève n’est pas la désobéissance, ni la gourmandise, mais bien leur désir déréglé de devenir comme des dieux. Et Satan, son péché principal a été de se croire au-dessus de Dieu. On voit déjà un grade se dessiner entre le simple pécheur et l’adorateur de Satan ou le kabbaliste.

La Bible nous avait prévenus contre l’esprit tentateur du Serpent, car en se laissant tenter, on devient pécheur, mais c’est plus grave si l’on devient adorateur du Diable. Là on est mort à l’intérieur. Le Serpent agit par séduction, et cela depuis la nuit des temps. Il peut agir sur une personne, mais aussi sur un groupe entier et sur un peuple. À nous de débusquer les faux discours tenus par ces faux prophètes et prédicateurs, ces faux « hommes de bien » qui nous induisent en erreur et qui nous éloignent de notre Créateur.

 

L’Antique Serpent

Ce serpent qui rampe sur terre, qui mange la poussière, dont la langue est bifide, qui est intelligent et rusé, ce portrait que nous venons de dessiner de Satan nous amène à l’Antique Serpent de l’Apocalypse, celui-là même qui sera combattu par l’archange Michel. Ce serpent de l’Apocalypse est la personnification même du Mal Absolu et du péché. La prière donnée par le Christ, le Notre Père, demande à Dieu de nous libérer du Mal. Cette prière devrait être récitée par tous les chrétiens, tous les jours. Ce serpent a été vaincu définitivement par la Croix, c’est-à-dire par la mort et la résurrection du Christ. Mais ses engeances continuent à faire des ravages dans le monde entier. Cependant, le Christ nous a montré comment le combattre, nous a donné le pouvoir de la combattre. C’est le combat spirituel, ce combat fait de discernement et de foi. Par la force du Christ, nous pouvons tous repousser le démon.

Nous devons écouter la Parole, écouter Dieu notre Créateur, écouter le Christ. C’est ce qu’Il nous demande en Marc 9:6 : « Celui-ci est mon Fils bien aimé, écoutez-le ».

Chers amis, l’heure est grave. Le monde va mal et nous devons, en tant que chrétiens, éveiller le peuple qui est sous l’emprise du Malin et est incapable de redresser la tête pour voir la lumière. C’est notre devoir !

 

 

J’avais envie de revenir sur ce Serpent Antique d’une manière différente, afin de vous montrer comment il agit et comment nous pouvons le reconnaître et le contrer. Il est l’heure, chers amis, de revêtir notre armure céleste et de nous unir. Ensemble, nous pouvons contrer ce Nouvel Ordre Mondial que les satanistes tentent de nous imposer. Leur forteresse commence à montrer des failles mais plus nous nous unirons, plus ils perdront du terrain. Nous devons agir ensemble, dans la prière, le recueillement, mais aussi dans nos actes. Nous devons refuser la surconsommation, nous devons dénoncer leurs mensonges, nous devons faire jaillir la Vérité, nous devons changer notre comportement et notre mentalité, afin d’œuvrer pour le bien. Plus nous serons nombreux, plus nous pourrons construire des choses bonnes pour le futur de nos enfants.

Sources : Sosdiscernement.org

 

 

Marie d’Ange

Pour aller plus loin

Étiqueté , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :