Le grimoire maudit d’Arhriman

L’histoire regorge d’évènements curieux et paranormaux mêlant des objets dits « maléfiques ». Et l’histoire de ce grimoire fait partie de ces évènements curieux et inexplicables où des personnes ont voulu tirer parti d’un objet maudit censé leur apporter un bénéfice et qui ont trouvé le malheur ou la mort. Le grimoire d’Ahriman est une bien curieuse histoire consignée et notée issue d’un crime atroce qui a fait sa légende. Les évènements s’y rapportant ont eu lieu devant témoin. Il serait même à l’origine du naufrage du Titanic. Explications.

 

 

La naissance d’une légende

 

Le grimoire d’Ahriman

 

On le sait : de tout temps et à travers le monde, il y a eu de nombreux crimes atroces en tous genres. Des chasses aux sorcières ont été organisées. Des femmes, accusées, à tort ou à raison, de pactiser avec le Diable, d’êtres des servantes du Malin, ont été brûlées vives, mourant dans d’atroces souffrances. Pour cela, un petit soupçon suffisait à mettre une femme sur le bûcher.

La légende du grimoire maudit d’Ahriman a été racontée par Pierre Bellemare dans son ouvrage « Possession » en 2007, et démarre dans ce contexte où toutes les femmes soupçonnées de sorcellerie sont brûlées vives, sans doute au IXe siècle, probablement en Allemagne, en Angleterre ou en Hongrie, bref dans un pays du Nord ou de l’Est où l’on croit aux sorcières et où on les brûle dès qu’une suspicion de sorcellerie existe. C’est ainsi qu’une femme est sacrifiée sur le bûcher après avoir été condamnée à la mort par le feu pour avoir pactisé avec Satan. La sanction est lourde, mais habituelle pour l’époque.

Comment s’appelait cette sorcière ? Personne ne le sait. Mais elle se consume lentement sur le bûcher. Alors, un homme s’approche, probablement un sorcier, décroche le cadavre de la femme calcinée et l’emporte. On dit que le visage de la sorcière montrait une expression terrifiante de haine et de douleur.

Bien sûr, on se pose la question de ce qu’il compte faire de ce cadavre. Mais personne n’ose interpeller cet homme et on le laisse partir avec les restes de la sorcière.

Des années plus tard, l’histoire de cette sorcière refait surface avec l’apparition d’un livre d’aspect sinistre sur le marché, noirci par les flammes, qui porte le titre de Grimoire d’Ahriman. À l’intérieur, les pages sont parcheminées et l’écriture est gothique. Le texte est consacré à la magie noire et contient des recettes et des invocations. Certains disent que la couverture et les feuillets seraient faits à partir de la peau du cadavre de la malheureuse femme sacrifiée sur le bûcher des années plus tôt.

Le livre est acheté par un inconnu et offert à Charlemagne, récemment couronné à Aix-la-Chapelle, en cadeau. Nous sommes donc au début du IXe siècle. La légende raconte que c’est un magistrat de la ville qui aurait offert le grimoire à l’Empereur. Est-ce que ses intentions étaient hostiles ? Lorsque l’on connaît la suite de l’histoire, il n’y a plus aucun doute.

Considéré comme un objet d’une grande valeur, le grimoire est exposé dans une vitrine fermée.


Mais, un jour, il est retrouvé sur le sol, sans que personne ait pu pénétrer dans la pièce où il était gardé. La vitre est brisée et la salle où se trouve la vitrine est hermétiquement close. C’est comme si le livre avait voulu s’échapper seul. Alors, on décide d’enfermer le livre noirci dans une armoire métallique.

Quelques jours plus tard, l’armoire est forcée et quelqu’un vole le grimoire et seulement le grimoire, vu que dans l’armoire étaient rangés d’autres objets précieux qui sont restés parfaitement en place.

Il réapparaît des siècles plus tard, dans les restes calcinés de la maison d’un brocanteur. On peut se demander comment cet homme s’était procuré le livre et si les propriétaires successifs avaient été victimes ou non d’une malédiction. Peut-être était-ce un héritier de la sorcière ou du sorcier, ou un nécromant…

 

Des faits bizarres

 

En 1566, le grimoire d’Ahriman est retrouvé chez un diamantaire d’Amsterdam. Selon la rumeur, cet homme aurait eu la langue bien pendue et aurait raconté qu’un jour il avait voulu nettoyer la couverture du livre noircie par les flammes et qu’en le faisant, le grimoire lui aurait échappé des mains et serait tombé dans une bassine d’eau fraîche. L’eau se serait mise à bouillir.

En tout cas, le diamantaire trop bavard a sans doute ravivé la malédiction en parlant à tort et à travers du grimoire. Et, un malfaiteur s’est introduit chez le lui, volant le grimoire et laissant le pauvre homme à moitié mort. Lorsqu’il reprend ses esprits, le diamantaire s’aperçoit que seul le grimoire lui avait été dérobé. Le voleur a laissé les pièces précieuses et autres objets de valeur.

Le grimoire disparaît à nouveau et refait surface deux siècles plus tard, à Prague, ville de sorciers et de nécromants, où deux frères le reçoivent en héritage. Nous sommes au XVIIIe siècle. Les deux frères se disputent la propriété du livre et finissent par se défier en duel et comme vous vous en doutez, chers lecteurs, l’un d’eux est tué lors de ce combat.

Le frère vivant et du coup donc gagnant emporte le livre chez lui. Peu de temps après, un incendie se déclare chez lui, ravageant toute sa demeure. Le grimoire disparaît et tombe dans l’oubli.

 

À bord du Titanic

 

Portrait de John Jacob Astor

 

Le grimoire d’Ahriman réapparaît au XXe siècle. Sa trace est retrouvée sur les registres de la célèbre compagnie d’assurances Lloyds. En effet, un passager célèbre et fortuné fait assurer ses bagages avant un voyage transatlantique et le grimoire d’Ahriman se trouve parmi ces objets précieux assurés. Ce passager c’est John Jacob Astor et le bateau qu’il emprunte pour traverser l’Atlantique n’est autre que le Titanic.

Ce voyage n’est autre que la première sortie en mer du plus grand et du plus fastueux paquebot jamais construit, surnommé « L’Insubmersible ». Là, je vous vois visualiser dans votre tête le film avec Léonardo Dicaprio. Donc, vous savez que le bateau réputé insubmersible va finir par sombrer au fond de l’océan Atlantique.

Donc, lors de sa première sortie en mer, son voyage inaugural qui a fait tant de bruit en Amérique, le Titanic heurte un iceberg et coule au large de Terre-Neuve. 1513 personnes périssent dans ce naufrage, dont John J. Astor et son grimoire. Depuis, on a perdu la trace du livre. Et certains diront que c’est à cause du grimoire d’Ahriman que le paquebot a coulé.

Juste un petit aparté concernant le nom Arhiman. Dans l’ancienne religion persane, que l’on appelait le zoroastrisme, Arhiman était une divinité élevée au rang des ennemis qui s’opposèrent à Ahura Mazda. Ce dieu était la première personnification du diable.

L’anthroposophe Rudolf Steiner affirmait qu’Ahriman est l’une des deux entités, avec Lucifer, qui s’opposent à l’évolution de l’humanité. C’est donc un démon. Et il incarnera au début du 3e millénaire en Occident celui qui vise à réduire la terre et l’homme à l’état de machine.

 

Alors, chers lecteurs, je vous pose la question : le grimoire d’Ahriman est-il maudit ou non ? D’après la légende, il semblerait que tous les possesseurs de ce livre soient morts brûlés ou ont péri d’une mort atroce. Est-il au fond de l’Atlantique ? Il semblerait que oui. A-t-il fait couler le Titanic ? La légende semble le croire.

 

Marie d’Ange

 

Pour découvrir l’histoire du Titanic

 

 

Étiqueté , ,

2 commentaires sur “Le grimoire maudit d’Arhriman

  1. By,
    Je voudrais savoir si vous avez depuis votre article, trouver d’autres infos?

    1. Bonjour,
      Non je n’ai pas d’autres info

Répondre à Arhiman Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :