Kobal, le spécialiste des farces

Kobal est le directeur général des théâtres de l’Enfer et des Farces et Attrapes. Autrefois Archange du rire, il fut apprécié par Lucifer/Satan, Janus et Dominic.

Avant la révolte, alors que Lucifer commençait à poser des questions et à faire connaître ses opinions, seul Kobal lui répondait et provoquait les anges qui étaient sur la défensive. Cette attitude permit à Lucifer de rallier ses légions autour de lui et de frapper par la discorde la Ville Éternelle. La suite, nous la connaissons : les anges rebelles furent chassés du Ciel et devinrent des démons. Kobal, qui avait aidé Lucifer/Satan à regrouper des anges autour de sa cause, fut aussi chassé du ciel.

Kobal a vu les opposants se battre dans l’agonie et le désespoir et il prit conscient de ce qu’était la guerre : une chose inutile pour faire couler le sang. Et alors, il se mit à rire et parla à Lucifer/Satan. Il lui demanda de demander le pardon rédempteur à Dieu. Mais Lucifer/Satan ne l’écouta pas. Au contraire, il ordonna de continuer la guerre. Kobal resta silencieux. Et alors que certains démons se rendaient, il a souri. Et lorsque l’Archange Michel annonça qu’il aurait pu détruire tous les rebelles, son sourire se contracta. Et lorsque Baal fit savoir qu’il croyait encore à l’omnipotence de Dieu et qu’il ne se battait que pour le provoquer, Kobal s’inclina et partit.

Nous ne savons pas où Kobal est allé se réfugier avec ses quelques serviteurs. Mais, lorsqu’il revint, tous les anges rebelles avaient été déchus et Lucifer/Satan avait créé l’Enfer pour s’y réfugier. Kobal comprit qu’il avait été vaincu. Il avait la figure sombre. Il devint amer. Il ne voulut aucun territoire. Il demanda quelques serviteurs et ridiculisa les autres démons, en particulier Baal et Bélial, qui avaient déversé tant d’énergies pour se retrouver en enfer. Il se rapprocha d’Asmodée, qui avait créé des systèmes de jeux pour se divertir et lui demanda s’il avait un plan pour contrer le Ciel.

Puis, il demanda à Beleth s’il comparait son existence et à Andrealphus si les plaisirs charnels rempliraient le vide caverneux laissé en lui par la perte de l’amour du ciel. Finalement, il demanda à Lucifer/Satan comment il espérait vaincre le Ciel avec toute son armée de pleurnichards en lambeaux, fracassés de tout ce qu’ils souhaitaient être et avoir, mais qu’ils n’étaient pas et n’avaient pas. Alors, le prince des démons lui répondit que l’armée démoniaque gagnera, parce qu’elle est forte. Et il ajouta que Kobal sera toujours là pour lui dire qu’elle n’est pas assez forte, ce qui va renforcer son envie de se battre.

Et voici ce que Kobal répondit à Lucifer/Satan :

 « Seigneur Lucifer, je me mets à ta disposition, je te propose de pouvoir mener une fois de plus tes armées, de les rallier, de les élever, de les faire marcher contre le Ciel, de marquer des chemins d’ici à la Terre, et nous pouvons entrer et dépouiller et détruire, et ruiner les œuvres du Tyran. Je vous dis qu’en dépit de notre défaite, bien que tous sachent que nous avons trahi notre propre nature et opposé ceux des autres, nous pouvons séduire de nombreux anges en faisant de même, et en nous joignant à notre châtiment de leur propre volonté, je vais vous aider dans tout cela, je vous soutiendrai dans tout ce que vous ferez, je me tiendrai par la main droite et je serai pensif. Se battre les uns contre les autres, comme je vous dis qu’ils le feront, ils sauront que j’écoute et quand vous prononcerez vos décisions, je saluerai et sourirai, et aucun d’eux n’osera être en désaccord, car ils me craindront et craindront ce que je dis. Ils peuvent me faire peur aux yeux de leurs semblables et ils me haïront avec une haine terrible. Ils sont noirs comme tout ce qu’ils ressentent pour le Ciel, parce qu’ils sauront que, si le Ciel les blesse avec force, je pourrais les détruire avec des mots. Ils me haïront parce qu’ils ne peuvent pas me toucher, alors que je peux en parler à d’autres quand je le veux, et ils n’en sauront rien. »

« Parce que j’ai vu le visage de Dieu, et je sais qu’il peut nous détruire tous à tout moment, je sais qu’il prolonge cette guerre glorieuse, cette brave rébellion, cette querelle mesquine, seulement parce que cela lui plaît. Mais je sais aussi que cela l’amuse de ne pas partager cette grande farce cosmique et ineffable avec ses propres anges, je sais que vous ne répéterez jamais ce que je dis à vos démons, car s’ils savaient la vérité, ils se tueraient. Je sais même que vous ne me croyez pas, parce que vous pensez que votre nouveau destin, pour polluer ce que vous ne pouvez pas capturer, a une petite lueur de chance de succès. Je sais que vous avez tort, et que tout ce que nous achevons est vain, car il sera défait. Tout ce pour quoi les anges travaillent est moins qu’une goutte dans l’océan du Pouvoir Divin qui regarde ce monde et le moule comme de l’argile. Vous n’êtes rien, et ils ne sont rien, mais je suis plus. J’ai le plaisir de te regarder et les anges s’efforcent, et luttent. Combattez, et pleurez, et saignez, et gagnez, et perdez, et espérez, et désespérez, et essayez votre chétif, futile, le meilleur pour vous faire une petite signification dans une infinité de Dieu pur et intouchable. Je suis ce plaisir, parce que c’est la seule chose que Dieu puisse espérer prendre pour nous-mêmes. Je suis moqueur. »

Kobal est le seul démon à avoir compris que la rébellion n’était qu’une farce, une guerre perdue d’avance. C’est cette évidence qui l’a rendu aigri. Il a dévoilé ce secret à Satan, qui le garde précieusement pour lui. Ces deux démons savent qu’ils périront un jour, mais avant ce jour, ils veulent faire le plus de dégâts possible.

Le seul but de Kobal est de se créer un sentiment temporaire de supériorité sur tout le reste de l’Univers et de prolonger ce sentiment aussi longtemps que possible. Il sait, comme tous les autres démons d’ailleurs, que son combat est perdu d’avance, qu’il échouera, qu’un jour Dieu détruira tout et le rendra impuissant. Il est conscient de tout cela, mais au moins, il est mieux loti que ceux qui ne comprennent pas cette vérité.

Kobal s’assure que ses victimes le craignent et le détestent à la fois. Il encourage la moquerie. Il agit ainsi autant avec les hommes qu’avec les démons. D’ailleurs, aucun d’eux ne sait s’ils sont favorisés ou s’ils sont simplement une cible de moquerie par Kobal.

Les sorciers invoquent ce démon pour inspirer les comédiens et leur donner du talent. Il est aussi conjuré pour commettre des farces, faire rire ou se faire passer pour quelqu’un d’autre. Kobal aide les escrocs en les rendant crédibles.

Kobal est fantaisiste à l’extrême. Il est sarcastique à l’extrême car n’a plus aucun espoir en lui.

Le point faible de Kobal est qu’il ne supporte pas d’être moqué. Si un démon le déprécie de quelque façon que ce soit, il le détruit immédiatement. Cela vaut aussi pour un homme.

Malgré qu’il soit le démon des farces, Kobal n’aime pas qu’on lui fasse des blagues. Il ne rit jamais et si des démons rient à côté de lui, il les fera immédiatement cesser.

Kobal est le spécialiste de l’humour noir. D’ailleurs, l’humour est considéré comme un facteur social assez puissant. L’humour est très efficace lorsqu’il s’agit de propager et renforcer les mœurs ou les croyances sociales. Kobal a compris qu’il pouvait dominer les humains grâce à l’humour. En effet, l’homme ressent de la joie lorsqu’il rit, ce qui le pousse à rechercher l’humour et parfois, pour obtenir cette joie, ils mettent leur conscience de côté. Du coup, l’humour peut facilement être transformé en buts sadiques

Kobal et Haagenti travaillent souvent ensemble. Kobal s’est aussi associé à Vapula et Nybbas, car tous trois ont trouvé un terrain d’entente à l’ère d’internet et s’amusent à détourner des informations.

Par contre, Kobal ne s’entend pas avec Asmodée.

Lorsqu’il apparaît, Kobal prend la forme d’un homme nu au visage glabre et toujours souriant. Ses dents sont longues et pointues. Il a deux petites cornes à hauteur des tempes et porte une couronne de fleurs. Mais malgré son air affable, Kobal est l’un des démons les plus perfides de l’enfer.

 

À prier : l’archange Gabriel, Padre Pio, l’archange Michel

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :