Devil inside, un film qui revisite la possession démoniaque

Après le fameux « L’Exorciste » de Friedkin, difficile de faire mieux. Beaucoup de réalisateurs s’y sont essayés et peu y sont parvenus. « Devil Inside » y est presque parvenu et, bien que le film n’arrive pas à hauteur de « L’Exorciste », le film nous donne pas mal de frayeurs. Ici, ce n’est pas un démon, mais quatre démons qui possèdent le corps de la pauvre Maria. Autant dire qu’elle aura bien du mal à s’en défaire ! Sauf que…

 

 

Fiche technique

Dates de sortie : 6 janvier 2012 aux États-Unis, 22 février 2012 en France.

Durée : 1 h 23 min

Nationalité : américaine

Genre : épouvante-horreur, thriller.

DVD sorti le 27 juin 2012

Réalisateur : William Brent Bell

Scénaristes : William Brent Bell et Mathew Peterman.

Décorateur : Tony de Mille

Musique : Brett Detar et Ben Romans

Film interdit en salle aux moins de 12 ans.

 

Distribution

Fernanda Andrack dans le rôle d’Isabella Rossi

Simon Quaterman dans le rôle de Ben

Evan Helmut dans le rôle David

Susan Crowky dans le rôle de Maria Rossi

Ionut Grama dans le rôle de Michael

Bonnie Morgan dans le rôle de Rosa

Brian Johnson dans le rôle du lieutenant Dreyfus

 

Synopsis

 

 

Par une nuit de 1989, la police reçoit un appel très étrange provenant d’une certaine Maria Rossi qui déclare avoir assassiné trois personnes lors d’un exorcisme, deux prêtres et une nonne. Depuis, elle est enfermée dans un hôpital psychiatrique de Rome.

Vingt ans plus tard, Isabella Rossi, la fille de Maria Rossi, qui n’a plus de contact avec sa mère depuis ce fameux drame, veut en savoir plus sur elle et surtout découvrir ce qu’il s’est réellement passé ce soir-là. Elle se rend donc au Vatican afin d’y rencontrer sa mère. Elle compte réaliser un documentaire sur son histoire. Et ce qu’elle va voir va dépasser tout ce qu’elle croyait savoir sur la possession démoniaque.

La jeune femme va rencontrer deux jeunes prêtres-exorcistes et le trio tentera d’aider Maria Rossi qui est possédée par quatre démons très puissants. Équipés de matériels électroniques ultra-sophistiqués, ils vont très vite comprendre que la tâche ne s’avère pas aussi facile que cela. Vont-ils parvenir à libérer Maria Rossi de son emprise démoniaque ?

 

Autour du film

 

Susan Crowky, l’actrice qui joue le rôle de Maria Rossi

 

Devil Inside est un film à très petit budget (1 million de dollars) qui est devenu très vite le film le plus rentable de l’année 2012, avec sa recette de 34 millions de dollars que pour son premier week-end dans les salles obscures. En fait, la production, qui n’est autre la Paramount, n’en est pas à son coup d’essai en matière de film à petit budget, puisqu’avant « Devil Inside », elle avait produit le film « Paranormal Activity ». Et la recette est simple : des acteurs méconnus, des séquences filmées avec une seule caméra, un film qui fait documentaire…

La production a même créé un site internet où le spectateur a la possibilité d’enquêter sur le cas de possession de Maria Rossi.

Sur l’affiche du film et sur la bande-annonce, on peut lire « Le Vatican n’approuve pas ce film ». Certes, c’est un slogan qui fait vendre et qui amène les spectateurs en salle, mais il faut savoir que l’Église, à qui un le scénario du film a été envoyé, n’a pas voulu s’impliquer dans le projet.

Avant sa sortie dans les salles de cinéma françaises, quelques chanceux ont pu voir le film en avant-première dans une vraie chapelle parisienne, la chapelle Saint-Augustin dans le 6e arrondissement. Et les agents d’accueil étaient même déguisés en nonnes aux yeux vitreux. De quoi mettre les spectateurs dans l’ambiance.

William Brent Bell, le réalisateur du film, n’en est pas à son coup d’essai concernant ce genre de films. On lui doit, notamment, Stay Alive, sorti en 2006, une histoire d’horreur avec de jeunes adolescents piégés par un jeu vidéo.

Le tournage du film a été fait exclusivement en Europe et plus précisément à Bucarest, à Rome et au Vatican.

Tout comme « REC », « Phénomènes Paranormaux », « Paranormal Activity »… le film « Devil Inside » s’inscrit dans la grande liste des films tournés sous forme de documentaires et usent de fausses images d’archives pour rendre le film encore plus effrayant et réaliste possible.

 

Critiques

 

Fernanda Andrack dans le rôle d’Isabella Rossi

 

Avec ce film, le thème de l’exorcisme est à l’honneur et c’est ce qui m’a intéressé. J’étais curieuse de savoir comment ce thème allait être abordé, si l’on n’allait pas trop en faire, si l’on allait rester réaliste. Les scènes de possession démoniaque sont fortes et puissantes. Et là, on parle d’un cas de possession multiple. En effet, Maria Rossi est possédée par quatre puissants démons. La seule chose que je déplore au film, c’est que les scénaristes n’ont pas eu l’idée de nommer ces démons, afin de donner encore plus de crédibilités au film.

L’ambiance est super flippante. La réalisation façon documentaire fonctionne à merveille, même que parfois on se croit embarquer à bord d’un bateau par mauvais temps ! (Gerbeurs s’abstenir !)L’histoire est intéressante, bien ficelée. « Devil Inside » reste un très bon film du genre. Il ne faut pas oublier que le film a été tourné caméra à l’épaule avec un budget très limité. Et pourtant, pari réussi. Le rythme est soutenu, les scènes sont angoissantes.

Ce film à l’avantage de nous montrer qu’une possédée peut passer le reste de ses jours en hôpital psychiatrique. À aucun moment il n’est venu à l’idée d’un psychiatre que cette patiente avait besoin d’un prêtre !

Les scènes d’exorcisme sont bluffantes. Le maquillage est superbe et le jeu des acteurs l’est tout aussi ! Surtout pour Suzan Crowley (Maria Rossi), dont le rôle est difficile, qui arrive à jouer la possédée à merveille. On sent tous ses muscles se tendre. Et là, on a toute la panoplie du bon prêtre-exorciste, l’eau bénite, les crucifix, les étoles de prêtres violettes, les prières en latin, les paroles blasphématoires, des positions qui font mal aux articulations… Tout y est et tout se tient, bravo ! Le film nous montre aussi que le démon peut se rendre dans une église. Ce n’est pas le bâtiment qui compte, mais le cœur de la personne !

Maintenant, parlons de la fin du film, jugée décevante par de nombreux spectateurs. Et là, alors que la tension est palpable, on se retrouve en face d’une fin en queue de poisson ! Eh oui, on reste sur notre faim (quel jeu de mots bravo ! Excusez-moi, je m’autofélicite). Si l’on y réfléchit, cette fin relève véritablement du génie ! Le réalisateur refuse de nous donner une conclusion et laisse parler notre imagination. Que va-t-il arriver à Isabella ? Que va-t-elle devenir ? Et c’est là qu’apparaît le génie de Bell qui réussit à donner une véritable identité à son œuvre. Il est pratiquement sûr que ceux qui veulent des réponses se précipiteront dans les salles lors de la sortie de Devil Inside 2.

 

Une histoire vraie ?

 

La vraie Maria Rossi, le fait divers qui a inspiré le film.

 

Sur la bande-annonce du film, on peut lire la fameuse mention « inspiré d’un fait réel ». Alors, est-ce que Maria Rossi a vraiment existé ? Ou est-ce encore un coup marketing du tonnerre ?

De nombreux films d’horreur (pratiquement 80 %), comme « Conjuring : Les meilleurs dossiers Warren » ou « L’Exorciste » ou encore « L’exorciste d’Emily Rose », sont tirés d’histoires vraies. C’est d’ailleurs pour cela que je m’y intéresse, pour connaître la véritable histoire qui se cache derrière la fiction.

Mais qu’en est-il au juste pour ce film ?

Et pour le scoop, voici la vérité. Maria Rossi a réellement existé, mais n’a jamais été possédée par un démon. En fait, à l’âge de 17 ans, Maria, alors bien imbibée d’alcool et droguée, a assassiné, avec son amie, Christina Molloy, sa voisine, alors âgée de 70 ans au moment des faits. Les deux jeunes femmes ont étranglé la vieille dame à l’aide d’une laisse pour chien et lui ont asséné 86 coups de couteau au visage et à la poitrine. Et pour parfaire leur œuvre, elles ont écrasé des œufs sur le cadavre avant de chanter à tue-tête dans les rues, « Nous avons tué Edna » sur l’air du Magicien d’Oz.

Chacune des deux jeunes filles a écopé d’une peine de prison de 10 ans pour leur meurtre horrible. Et sur une coupure de presse datant de cette époque, on peut voir une photo de Maria Rossi qui ressemble étrangement à la Maria Rossi de Devil Inside. À savoir aussi que ce drame épouvantable a eu lieu en Angleterre.

Donc, le film est « tiré d’un fait réel » qui part d’un fait divers, un crime monstrueux, pour ajouter du surnaturel. Alors qu’à la base, il n’y a rien de surnaturel à l’histoire de la vraie Maria Rossi.

 

 

« Devil Inside a le mérite de nous montrer ce qu’est la possession démoniaque multiple. De plus, il nous montre que certains possédés sont enfermés alors qu’ils ont besoin d’une aide spirituelle. Il nous montre aussi que l’on peut combiner la science et le surnaturel.  

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

 

Étiqueté ,

2 commentaires sur “Devil inside, un film qui revisite la possession démoniaque

  1. Bonjour,
    Je viens de découvrir ce site par hasard, je ne connaissais pas le terme démonologue. La démonologie si je connais à travers les recherches autour du couple Ed et Lorraine Warren.
    Je le vois pour la première dans une article sur le surnaturel, pourtant cela fait des années, que je visite des sites autour de ce sujet. Même mon correcteur d’orthographe, me souligne le mot démonologue, vraiment pas très populaire.
    On a plus tendance à parler d’exorciste, de chasseurs de démons.
    Il faudra que je me souvienne de ce terme si je veux retrouver votre site.

    Tout en haut de votre site, on voit Post An Add, c’est quoi ?
    Je ne vois pas comment revenir sur la page d’accueil, dans votre menu, je ne vois pas le mot Accueil, Sommaire oui, mais celane ramène pas à la page d’accueil.

    Je vois beaucoup de site qui utilisent le thème
    Enfold, https://themeforest.net/item/enfold-responsive-multipurpose-theme/4519990
    plus conviviale que le thème utilisé ici, trop « carré ».

    Bonne continuation, pas de page Facebook ? Je n’aimes pas Twitter, trop austère, je ne dois pas être le seul, dans des classements (je suis curieux, je chercher à gauche et à droite 🙂 ) Facebook est première alors que Twitter est 10ème voire 12ème dans les classements des réseaux sociaux les plus populaires.
    https://www.webmarketing-conseil.fr/classement-reseaux-sociaux/

    1. Bonjour,
      Merci pour vos conseils

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :