Le Reiki

Le Reiki est une discipline très à la mode aujourd’hui qui attire de plus en plus d’adeptes. Cette discipline se définit elle-même comme une « technique thérapeutique » ayant recours aux principes taoïstes. Le Reiki serait donc un des nombreux mouvements du « bien-être » du New Age. Le Reiki fait appel au magnétisme, à une force, une énergie, qui agit à travers les corps pour guérir les maladies. Une définition très approximative lorsque l’on sait que le Reiki est bien plus que cela, que son réel danger se cache sous cette facette présentable.

 

Naissance et définition du Reiki

 

Mikao Usui

 

Le reiki est né d’une légende, comme cela se fait beaucoup pour les pratiques New Age où il y a invention de la petite histoire gentille pour mieux appâter les gens.  Cette légende du reiki raconte le questionnement de Mikao Usui (1864-1926), prêtre chrétien japonais et professeur de théologie. Il dirigeait la petite université de Doshiha à Kyoto. Un jour, l’un de ses étudiants lui demanda de lui faire voir les miracles accomplis autrefois par Jésus. Mikao Usui n’a pas su répondre à cette question et dès lors, cela devint pour lui une obsession. Il chercha à découvrir sur quoi se fondaient les miracles accomplis par le Christ. Il reprit même des études à Chicago, apprit l’hébreu et le grec afin d’étudier les textes dans leur langue originelle. Mais il ne trouva aucune réponse à sa question.

De retour au Japon, démoralisé, il eut une idée, celle d’étudier les textes bouddhistes, car il avait entendu dire que Bouddha avait lui aussi un pouvoir de guérison. La légende raconte que Mikao Usui étudia le sanskrit (langue indo-européenne de la famille indo-aryenne, autrefois parlée dans le sous-continent indien) afin de lire les textes dans leur langue originelle. Ainsi, notre homme a étudié trois langues, le grec, l’hébreu et le sanskrit ! Et c’est alors que Mikao Usui découvrit des notes d’un disciple du Bouddha et qui décrivaient justement ce qu’il cherchait, c’est-à-dire comment le Bouddha guérissait.

Mais, ce document présentait une série de symboles que notre professeur de théologie n’arrivait pas à décrypter. Il décida alors d’entreprendre une retraite de vingt et un jours sur le mont Kurama, jours pendant lesquels il jeûna, médita et invoquera la force divine. Le dernier jour de cette retraite, une boule de lumière fondit sur lui et notre homme tomba dans une transe profonde. Et c’est dans cette transe qu’il comprit la signification des symboles.

On voit bien, d’après la légende, que le Maître du Reiki a fait appel à des forces surnaturelles qui lui ont répondu. Qu’elles sont ces forces qui ont répondu à son appel ? Je pense que vous en avez une petite idée, chers lecteurs, de l’identité de cette puissance qui se cache derrière cette révélation du reiki. Sachez que toutes les légendes ont une part de vérité, et cette part de vérité dans cette histoire s’appelle les jésuites et leurs méthodes d’énergies des morts.

Jusqu’en 1982, date des premières publications, les fondements du reiki se transmirent oralement, de maître en disciple.

Le reiki se définit comme une force universelle de vie issue d’un savoir, d’une connaissance initiatique de cette force et d’un ensemble de techniques permettant la transmission de cette force. Le reiki est un mot d’origine shintoïste qui peut se définir comme quelque chose que l’on ne voit pas, mais que l’on sent. On entre donc dans le domaine de l’intuition..

Or, le reiki parle d’une énergie-lumière, cosmique, une énergie vitale qui n’est pas personnelle, une « force universelle de vie », donc une énergie qui vient d’ailleurs, mais d’où ? Certains assimilent, surtout les chrétiens, cette énergie-lumière à l’Esprit-Saint. Elle est là la ruse de Satan ! Il est là le mensonge. Car les adeptes du reiki créent la confusion entre la nature et la grâce, confusion récurrente chez les naturalistes qui nient la transcendance du Dieu personnel judéo-chrétien. Les naturalistes divinisent les énergies créées, immanentes à ce monde, et ignorent tout de la grâce surnaturelle proprement divine. Rappelons-nous que Satan est trompeur, manipulateur et qu’il exige qu’on lui voue un culte. En se faisant passer pour cette énergie-lumière tant divinisée par les naturalistes, il arrive à détourner les hommes de Dieu.

La personne qui s’initie au reiki se laisse remplir de cette énergie et devient un canal de transmission de cette même énergie. Ici, on est dans le même principe que l’initiation à la franc-maçonnerie. L’Apprenti reçoit l’Illumination, énergie qui va le guider, énergie luciférienne qui se transmet de membre en membre lors de la cérémonie de la « chaîne d’union ». Nombreuses sont les personnes qui se laissent tromper, qui s’initient au Reiki en toute bonne foi (les francs-maçons utilisent aussi le rite de la « chaîne d’union » afin de « redonner vie à Hiram », celui qui avait bâti le Temple de Salomon).

L’énergie transmise lors de l’initiation est dotée d’une intelligence plus vaste que la nôtre et sait ce dont le récepteur (l’initié) a besoin. Ainsi, cette énergie, et donc le reiki, est censée guérir tous les maux de l’être, physique, mental, spirituel. Ainsi, le reiki se rattache au courant de pensée holistique (pensée qui tend à expliquer un phénomène comme étant un ensemble indivisible et qui s’oppose à la pensée réductionniste qui tend à expliquer un phénomène en le divisant en partie) qui caractérise le Nouvel Âge.

Le reiki enseigne donc le moyen de se vider de toute pensée et de communier dans l’ici et le maintenant avec ce qui est « un ». L’adepte se met en état de médiumnité pour recevoir le reiki puis, lorsqu’il le transmet, il infuse cet état de médiumnité à celui qui en « bénéficie », le préparant ainsi à devenir à son tour transmetteur du reiki. Et c’est dans cet état de médiumnité que l’adepte devient réceptif aux entités du monde occulte. D’ailleurs, ce sont ces entités qui sont les énergies.

Ce mystérieux pouvoir de donner et de transmettre aux autres l’énergie universelle (donc les entités du monde occulte) est transmis au cours de plusieurs initiations successives, au cours desquelles la personne reçoit une connaissance supplémentaire, mais surtout une imposition des mains de la part d’un initié supérieur. Il s’agit donc d’une opération magique, opération qui met en contact l’initié avec l’entité astrale répondant au Maître. L’initié obtiendra alors des pouvoirs, le pouvoir de communiquer à son tour le reiki, mais il sera lié avec l’esprit occulte. Pour obtenir le reiki, l’initié doit s’oublier, oublier sa volonté, son énergie personnelle, afin de devenir une coque vide (état de médiumnité) dans laquelle l’entité peut s’établir. 

De plus, il existe de nombreux symboles dans le reiki. Ils se transmettent par voie orale, au cours du rite d’initiation. Chaque symbole correspond à un « esprit » particulier. L’utilisation du symbole dans un contexte d’un rituel équivaut à une invocation de ladite entité. On se situe donc bien dans un contexte magique. L’initiateur ouvre un canal sur le sommet de la tête et dans les mains de l’adepte. L’énergie Reiki peut ainsi se déverser dans le corps par le sommet du crâne et se diriger vers les mains par lesquelles elle peut à nouveau se déverser dans un organisme. C’est ainsi que l’adepte peut « guérir », rétablir un équilibre des énergies de n’importe quel individu, mais aussi dans une plante ou un organisme abstrait, comme une famille, un groupe de travail…

Il est aussi recommandé d’utiliser cette énergie aussi souvent que possible, car plus elle « coule », plus on la donne, plus elle s’écoule abondamment dans le corps. L’énergie s’intensifie au fur et à mesure que l’adepte l’utilise. C’est un peu comme s’il donnait force à l’entité.

Lorsque l’initié aura suffisamment progressé, lorsqu’il aura suffisamment fait circuler le fluide énergétique de l’entité, alors il sera « illuminé », c’est-à-dire qu’un monde spirituel apparaîtra autour de lui. Le monde spirituel apparaîtra d’abord en symboles qu’il doit déchiffrer, puis les êtres spirituels apparaîtront à leur tour, d’abord furtifs, puis de plus en plus présents. On parle alors d’égrégores, terme aussi employé par les francs-maçons. Et c’est grâce à cet égrégore que l’initié obtiendra la connaissance absolue. On voit bien ici que le reiki est une pratique luciférienne. Elle en reprend les termes et les codes : « illumination », « égrégore »… Cela n’est ni plus ni moins que de l’occultisme déguisé. Et cet égrégore, cette entité du monde astral, comme l’appellent les adeptes du reiki, n’est ni plus ni moins qu’un démon, un esprit diabolique.

Le reiki adopte la terminologie du tantrisme (forme de méditation qui permet au corps de se libérer dans le but de décupler le plaisir, pendant l’acte) et explique que l’accès aux états modifiés de conscience permet l’ouverture des chakras et l’action des mantras.

Le reiki se situe dans la perspective théurgique, autodivinisation de l’homme, que nous retrouvons dans toutes les doctrines ésotériques et occultes. Mais, les adeptes du reiki nieront ce fait, et diront que le reiki n’est pas une religion, mais une ancienne science curative, une médecine alternative. Du fond du cœur, je les plains d’être autant éloignés de leur Créateur.

Clairement, le reiki signifie l’esprit des défunts, le culte des défunts. Donc, c’est l’énergie des morts qui traversent les corps des initiés

 

Point de vue chrétien

Le reiki est donc une pratique occulte, cela ne fait aucun doute. C’est même de la magie noire. Celui qui pratique le reiki va « infester » les autres. Il ne le fait pas par malveillance, car il ne sait pas ce qu’est cette énergie transmise. Alors, il faut alerter les gens sur cette pratique, il oser dire que le reiki est une pratique de magie noire, car de nombreuses personnes bien intentionnées tombent dans le piège de Satan. Le reiki se fonde sur les grands principes de la magie : invocation des esprits dans le but de recevoir des pouvoirs thaumaturgiques, mysticisme naturaliste prétendant que l’homme est une émanation de l’énergie divine omniprésente, autodivination. Beaucoup de personnes qui commencent à pratiquer le reiki voient des choses bizarres se produire autour d’eux, ressentent des choses, entendent des bruits… En effet, invoquer les esprits n’est jamais gratuit.

Le reiki nie la transcendance divine, affirme la divinité naturelle de l’homme et rend ainsi inutile tout recours à un Sauveur, s’appuie sur une alliance avec les esprits des ténèbres contactés au cours d’un rituel d’initiation occulte.

Les dangers de pratiquer le reiki sont réels : aliénation mentale due aux transes, aliénation spirituelle, obsession démoniaque, vexation démoniaque voire possession démoniaque.

Pourtant, le reiki est entré dans les mœurs, est devenu une mode, attirant de plus en plus adeptes. Le reiki est même entré dans les centres spirituels et les institutions de soins catholiques. Cette intrusion a fait réagir des évêques américains dans une prise de position publiée en 2009, texte publié et élaboré par le Comité doctrinal de la Conférence des évêques des États-Unis et approuvé par le Conseil d’administration : « Le Reiki, une médecine alternative japonaise, manque de crédibilité scientifique et n’est pas compatible avec la foi chrétienne ; il ne peut donc être accepté dans les institutions de soins de santé catholiques ».

D’un point de vue spirituel, le document prévient : « il existe des risques importants ». Et d’expliquer : « Pour pratiquer le reiki, on devrait admettre, au moins de façon implicite, certains éléments essentiels d’une vision du monde sous-tendant la théorie du reiki, éléments qui n’appartiennent ni à la foi chrétienne ni à la science naturelle. Mais, sans justification venant soit de la foi chrétienne soit de la science naturelle, un catholique qui met sa confiance dans le reiki opérerait dans le royaume de la superstition, le no man’s land qui n’est ni la foi ni la science ».

Le reiki, comme toutes les pratiques yogiques, est dangereux. C’est une pratique incompatible à la vision chrétienne, car le reiki nie l’homme en tant que créature de Dieu. Dieu n’est pas reconnu comme un Dieu personnel, mais comme un dieu énergie. Et l’homme est présenté comme ayant la possibilité d’avoir accès à l’omniscience et l’omnipotence divine. C’est clairement une vision luciférienne. Et donc, la notion chrétienne de salut disparaît dans le reiki, cette notion qui se rapporte à l’amour inconditionnel de Dieu manifesté par la Croix est totalement exclue.

Encore une fois, chers lecteurs, je sais que cet article va faire réagir et va même déclencher la colère de certaines personnes enfermées dans cette spirale infernale et qui refusent de s’y extraire pour ne pas perdre leur égo. Mais, mon but n’est pas de flatter l’orgueil des uns et des autres. Mon but est de dire la vérité, afin de réveiller les consciences. C’est le seul moyen pour bâtir un monde meilleur. Le reiki est l’une des nombreuses méthodes utilisées par le Nouvel Ordre Mondial pour nous maintenir en état de dépendance et nous empêcher au discernement. Je le répéterai toujours, toutes ces pratiques issues du New Age viennent de Satan. Nous devons les fuir et les dénoncer, car ce sont ces inepties qui brouillent nos pensées. La vérité est souvent très dure à accepter, mais elle est nécessaire. Le monde va mal, car l’on veut que le chaos s’installe afin de faire de nous tous des esclaves consentants. Il est temps de réagir, il est temps de se réveiller. Le combat est spirituel.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , , ,

2 commentaires sur “Le Reiki

  1. Merci beaucoup de cet article. Il est éloquent et complète d’autres avis catholiques qui vont dans le même sens.

  2. Bonjour,votre article est tellement juste.
    J’ai passé mes 3 degrés Reiki et mon 1er degrés Karuna…..arrivée a mon 3ieme degrés j’ai eu le sentiment que l’on me mentait…je n’étais plus du tout en accord avec toute cette pratique en générale. J’avais que le mot secte qui me revenait en permanence…j’ai fait part de tout ce que je ressentais à mon « maitre »(ça aussi ça m’insupportait) reiki et la il s’est mit dans une telle colère que ça à confirmé mes ressentis….j’ai donc tout quitté et je me suis nettoyé de toutes les mauvaises énergie que j’ai reçu pendant ce pseudo enseignement. Bizarrement je me suis sentie mieux rapidement en mettant en place mes propres croyances…
    Aujourd’hui je suis en accord avec moi avec mes pratiques qui viennent simplement de mon coeur….de mon ÂME….sans aucun artifice🙏😊

Répondre à Christelle Pio Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :