La possession démoniaque et la psychiatrie

Dans tous les peuples, dans toutes les croyances, on parle de possession démoniaque ou de possession par une entité. Aujourd’hui, la science et notamment la psychiatrie a fait reculer cette croyance et nous fait dire que la possession démoniaque n’est qu’une maladie mentale qu’il faut traiter avec des médicaments et une psychothérapie. Or, il arrive que certaines fois, cela ne suffise pas, qu’au-delà de la science, il existe l’inexplicable. Tour d’horizon des limites de la science et de la psychiatrie concernant le phénomène de possession démoniaque.

 

 

Qu’est-ce que la possession

En anthropologie, la possession est une situation au cours de laquelle une personne est habitée par un être surnaturel, qui peut être une divinité, un esprit, un démon… selon les croyances.

Depuis la nuit des temps, dans toutes les sociétés, il a été décrit des phénomènes de possession. Certains sont très documentés et nous amènent à penser, à croire que la possession est bien réelle. Cela existe, cela fait peur, cela intrigue. Les scientifiques ont essayé d’expliquer la possession sans jamais y parvenir. Bien sûr, la possession a reçu des tentatives d’explications de plusieurs ordres, notamment psychologiques, religieuses, anthropologiques… sans jamais parvenir à une véritable explication.

Aujourd’hui, la science et la psychiatrie ont fait de nombreux progrès dans ce domaine. Depuis que l’on connaît les maladies mentales, comme la schizophrénie, l’hystérie, le dédoublement de la personnalité, la mélancolie… les cas de possession démoniaque sont devenus rares. De nombreux cas ont pu être traités par la médecine. Mais, il reste toujours des cas où la psychiatrie est totalement dépassée.


Un jour, un psychiatre qui a été confronté à un patient possédé par un démon m’a avoué avoir été totalement impuissant devant ce phénomène. Et il m’a dit une chose très juste : « beaucoup de patients enfermés dans des asiles et étiquetés schizophrènes sont en réalité possédés et vice versa. »

La possession démoniaque peut revêtir différentes formes : fatigue, maux divers, impression de ne pas avancer dans la vie, dépression, mélancolie, accès de violence, parler une langue inconnue, répulsion pour tout objet saint, hallucinations auditives et visuelles, impression de ne plus contrôler son esprit et son corps… La forme la plus grave peut conduire au meurtre ou au suicide.  

 

La possession à travers les croyances

Chez les Mongo, une tribu d’Afrique Centrale, la possession prend le nom de zebola et ne touche que les femmes. C’est une forme de psychothérapie.

En Éthiopie, on parle de zar. Ce phénomène touche essentiellement les femmes et les hommes efféminés.

En Afrique du Sud, les femmes possédées sont appelées inwatso et sont hautement considérées lorsqu’elles développent une capacité de divination.

Dans le vaudou haïtien, il existe des rites de possession.

En chine, au Japon, en Inde, en Indonésie, en Malaisie… il existe des traditions incorporant la possession.

Dans la religion juive, un individu peut-être possédé par un dibbouk, qui est un d’esprit démoniaque. Cet esprit peut être exorcisé selon un rituel précis.

Chez les catholiques, on parle de possession démoniaque. Ici, une personne peut être possédée par un démon (donc un ange déchu). Ce démon prend alors le contrôle du corps et de l’esprit de la personne et modifie son comportement contre son grès. Il existe un Rituel Romain d’exorcisme pratiqué par des prêtres-exorcistes pour chasser le démon logé à l’intérieur de la personne.

Dans le Coran, on ne parle pas de possession, mais plutôt d’influence satanique. Chez eux, les djinns (démons) peuvent influencer le comportement d’un individu.

 

La possession et la psychiatrie

La psychiatrie a une vision rationnelle de la possession. En fait, elle explique tous les symptômes d’une possession par le fait que le patient soit atteint d’une maladie mentale. Pourtant, elle ne peut expliquer tous les symptômes.

En effet, la possession désigne une situation où le patient se croit habité par un démon… Cette personne rentre alors dans des états de transe ou de crise. Ces crises sont violentes et se traduisent par des contorsions, des éclats de rage, des blasphèmes… Puis, le patient revient à un état de calme et ne souvient pas de sa crise. Le patient est repoussé par tous les objets sacrés et s’enferme dans son monde fait de douleurs.

La psychiatrie considère que la possession démoniaque n’existe pas. Elle ne relève que de l’ignorance et de la superstition. Elle préfère parler d’hystérie, de schizophrénie, d’épilepsie, de personnalité multiple… En effet, ces maladies mentales sont susceptibles de se manifester par des symptômes confondus avec ceux de la possession.

Il est vrai que depuis que la psychiatrie et la psychanalyse existent, on sait que le Diable n’est pas forcément à l’origine des troubles psychiques qui peuvent affecter l’homme. Avant, il suffisait d’avoir un pet de travers pour être exorcisé. Aujourd’hui, cela est beaucoup plus contrôlé. L’Église a besoin l’aide d’un psychiatre avant de pratiquer un exorcisme, afin d’éliminer une maladie mentale. De plus, le psychiatre, lorsqu’il se retrouve démuni, se doit de demander l’aide de l’Église (beaucoup ne le font pas…)

La possession diabolique et l’infestation ne sont pas du ressort de la psychiatrie. Le psychiatre soigne le mental, le cerveau, la conduction neuronale… alors que la possession touche l’âme d’une personne.

Pourtant, de nombreux cas de possession démoniaque sont traités par les psychiatres. Pourquoi ? Tout simplement parce que le démon arrive à créer des phénomènes psychiques majeurs. Rappelez-vous : le démon est menteur, sournois, trompeur. Le démon peut tout singer, même la maladie mentale.

Le psychiatre qui va se trouver devant un vrai cas de possession démoniaque traitera les symptômes par des médicaments. Cela peut calmer le patient, certes, mais ne le guérira pas. Les médecins ne peuvent pas diagnostiquer une possession démoniaque, car dans leurs esprits cartésiens, elle n’existe pas. Cela fait partie d’une autre réalité que l’on s’est efforcée de gommer à travers les études. Ce qui est regrettable. Le psychiatre œuvre dans le naturel, alors que la possession démoniaque est du domaine du surnaturel.

Il est vrai que certaines douleurs de l’homme, certaines affections, certains troubles mentaux proviennent de l’homme et uniquement de l’homme. Là, la psychiatrie et la médecine sont utiles et efficaces.

 

La possession, un mal de l’âme

Lorsque l’on parle de possession démoniaque, on s’imagine toujours une personne vociférant, vomissant, criant… Alors que ce n’est pas du tout cela. La possession démoniaque est plus sournoise, plus insidieuse.

Le démon peut contrôler une personne en le forçant à commettre des péchés ou des actes contraires à sa personnalité. C’est ainsi que naissent les conflits familiaux et conjugaux, les dérives sociales. Le Diable enflamme l’imagination, il est le maître de la rumeur. Il nous fait voir des ennemis là où il n’y en a pas. Le possédé devient donc paranoïaque, dépressif, peut sombrer dans l’alcool et la drogue. Tout cela sous les yeux de la famille et des amis, qui ne verront rien et qui préféreront s’éloigner plutôt que d’ouvrir les yeux et d’aider la victime. Car, aujourd’hui, nous sommes conditionnés à ne pas voir ces phénomènes. On n’y croit plus.


Il arrive aussi que le Diable investisse une personne, ne se contentant plus de la séduire par la tentation, mais de l’attirer dans la désolation. Alors oui, le possédé devient fou, car il ne comprend pas ce qu’il lui arrive. Il vit, alors, dans un monde fait de terreur et de violences. Le Diable, lorsqu’il investit une personne, peut provoquer toutes sortes de manifestations psychiatriques : délires, dépression, hallucinations, hystérie, addictions… Ces troubles ne sont que la face cachée de l’iceberg. Et ces troubles qu’un psychiatre voit. C’est pourquoi il va s’empresser de les traiter à grand renfort de médicaments.

Par contre, le traitement médical ne peut pas faire de mal au patient, puisqu’il va l’apaiser en renforçant le psychisme du possédé qui pourra mieux lutter contre le démon. Mais, il faudra obligatoirement l’aide d’un exorciste pour délivrer la victime du Mal qui la ronge.

 

Comme je le dis et le répète, la possession démoniaque est rare, mais elle existe. Je reste persuadée qu’au-delà de la science, il existe autre chose. La science ne peut pas tout expliquer. Bien sûr, on peut soulager un possédé par des médicaments, mais on ne le guérira pas et nier l’existence du Diable ou d’une entité supérieure est dangereux. Plus on le nie, plus il peut attaquer.

 

Marie d’Ange

Sources : inexplique-endebat.com, lanef.net

 

Pour aller plus loin

 

Étiqueté , , ,

11 commentaires sur “La possession démoniaque et la psychiatrie

  1. Malheureusement tout se rapporte à la depression ou à une maladie psychiatrique même si ce n est pas le cas. On essaie de placer les gens ou de s éloigner d eux sans chercher à les comprendre vraiment .

    1. Eh oui ! Dans notre monde devenu si cartésien, on n’arrive plus à aider les gens. On les met dans des cases. Or, parfois cela ne suffit pas…

  2. Dans l’Islam, il y a aussi l’idée de possessions.
    Ces diables peuvent nous influencer en dehors et en dedans et ce très très gravement.
    De nos jours, vu que la majorité des personnes dans notre société sont matérialistes, ils ne croient à rien sauf au matériel et l’argent…
    Plus facile pour les forces destructrices de manipuler et pervertir la population.

  3. Bonjour je crois qu’il y a un problème avec votre mode de paiement pour achat d’ebooks: on est systématiquement expédié vers une page paypal qui ne permet pas la transaction.
    merci de me tenir au courant.

    Bien cordialement

    1. Bonjour,
      Je vous contacte par mail pour régler ce petit soucis. Merci de votre confiance.

  4. Malheureusement Satan est un menteur et il est le père du mensonge ( Selon l’évangile). Il fait croire aux psy qu’il est un mythe et qu’il n’existe pas mais il a le pouvoir de posseder des ames, de les rendre fous, les détruire et les influencer.
    Seul le seigneur Jesus peut libérer les gens prisonniers de toute sorte de maladies psychiques, mentales et possessions démoniques.
    Je pris que toute personne fatiguée, malade, depressive, mélancolique soit libérée au nom de Jesus Christ !

  5. […] Ainsi, on peut encore dans certains cas réussir à expliquer des phénomènes psychologiques par la présence du démon. Sur internet ou ailleurs fleurissent des “démonologues”, à l’instar de cette “Marie d’Ange”, qui possède son propre site spécialisé sur la question, où elle y publie en novembre 2017 un article sur les liens entre pyschiatrie et possession par le démon. […]

  6. Je crois que la majorité de ceux habités par le diable ont un problème sexuel pour revenir à Freud quand il a dit « Tout est sexe ».Le comble est que même les démons sont coureurs de jupons pour dire que chez nous c’est la femme qui est la plus atteinte.

    1. Bonjour,
      Tout ne se rapporte pas au sexe, comme le croyait Freud. D’ailleurs, ses théories psychanalytiques ont beaucoup été critiquées. Et non les femmes ne sont pas les plus atteintes dans ce domaine, se sont rarement des femmes qui violent et les pédophiles féminins sont encore plus rares ! Le Diable ne fait qu’exacerber nos pulsions par la tentation. A nous de lui résister ou non. Le démon joue avec notre orgueil, notre avidité de pouvoir, notre rêve de richesse… pour nous tenter.

  7. Bonjour,

    Je vous remercie pour votre article sur la possession et la psychiatrie.

    Je me permets de vous dire qu’il faudrait supprimer l’image monstrueuse de l’ homme qui est dans une position indécente. Cela n’est vraiment pas beau à voir.

    Cordialement.

    1. Bonjour,
      Cette photographie est une gravure du Moyen Age, elle n’a rien d’indécent, elle montre un acte médical qui était réalisé à cette époque. Je suis désolée d’avoir heurté votre sensibilité.
      Marie d’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :