Saint Matthieu, l’évangéliste

Matthieu, le collecteur d’impôt devenu apôtre de Jésus-Christ, l’auteur de l’Évangile selon Matthieu, saint patron des agents de la douane, des percepteurs et des comptables. On le contacte pour tout problème lié à l’argent.

 

Saint Matthieu

Saint Matthieu et l’Ange, Rembrandt, 1661.

 

Matthieu, avant de rejoindre les disciples du Christ, était appelé Lévi, fils d’Alphée. C’était un collecteur d’impôts qui officiait à Capharnaüm. Un jour, alors qu’il collectait les impôts près des bords du lac de Gennésareth, Jésus passe devant lui et lui demande de le suivre. Aussitôt, Matthieu se lève, abandonne son poste et le suit, devenant ainsi son disciple (Matthieu 9 : 9). Il change ainsi de nom, devient Matthieu et non plus Lévi, afin d’illustrer cette vocation. En effet, le nom de Matthieu signifie « Don du Seigneur ».

Les historiens modernes dissocient l’apôtre Matthieu et le rédacteur de l’Évangile dit « selon Matthieu ». Donc, pour eux, ce ne serait pas Matthieu qui a écrit cet évangile, mais un autre auteur qui se serait aidé d’une version de l’Évangile selon Marc à laquelle il a adjoint les paroles de Jésus.

Dans la tradition chrétienne, c’est Matthieu qui est l’auteur de l’Évangile selon Matthieu. Selon Irénée de Lyon (l’un des Pères de l’Église, deuxième évêque de Lyon au IIe siècle, il a réalisé le premier ouvrage théologique), à l’époque où Pierre et Paul affermissaient la communauté des disciples de Jésus à Rome (vers l’an 60), Matthieu évangélisait les territoires s’étendant de la Palestine à la Syrie. C’est à cette époque qu’il rédigea son évangile, une version synthétique de la vie et de l’enseignement de Jésus. De même, Eusèbe de Césarée (265-339, évêque de Césarée en Palestine, auteur de nombreuses œuvres historiques, apologétiques et bibliques) affirma que Matthieu prêcha la Bonne Parole aux Hébreux et rédigea son évangile qu’il laissa aux Hébreux afin que ces derniers continuent son œuvre, avant de partir vers d’autres peuples. Eusèbe de Césarée, pour appuyer sa thèse, montre le récit de Papias (évêque de Hiérapolis de la première partie du IIᵉ siècle) écrit vers l’année 120 où il dit que Matthieu avait écrit ses recommandations (donc son évangile) en Hébreux afin que chacun puisse garder son enseignement. Eusèbe de Césarée trouva cet ouvrage rédigé en Hébreux à son arrivée aux Indes, ouvrage qui aurait été rapporté dans ce lieu par l’apôtre Barthélemy aux populations locales qui l’auraient conservé précieusement.

Cet ouvrage a été traduit, plus tard, en grec. Mais selon les historiens, il n’existe aucune trace d’une telle version. Encore un mystère à résoudre…

Les éléments que nous avons de la vie de l’apôtre proviennent des Évangiles. Le Nouveau Testament le cite dans la liste des Douze qui ont suivi Jésus-Christ, sous le nom de Matthieu ou sous le nom de Lévi (Évangile selon Marc et Évangile selon Luc).

Nous savons que Matthieu était un collecteur d’impôts pour le compte du roi Hérode et qu’il officiait à Capharnaüm. De ce fait, Matthieu était quelqu’un qui avait reçu une certaine instruction, contrairement à Pierre et André qui étaient des pêcheurs. Du fait de son métier, Matthieu est mal vu par les Juifs. Il est perçu comme un traître et un agent de l’occupant romain.

On lui attribue comme symbole l’homme ailé, parfois qualifié d’ange, parce que son évangile commence par la généalogie de Jésus. En effet, Matthieu est le seul des apôtres à présenter Joseph comme le père légal de Jésus. On le représente aussi avec des balances pour peser l’or, l’épée du martyre ou le livre de l’Évangile.

Selon la Tradition, Matthieu partit évangéliser l’Éthiopie où il fut suivi par l’eunuque de la reine de l’Empire d’Axoum que l’apôtre baptisa. Il y avait en ce temps-là deux sorciers, Zaroès et Arfaxar, attachés à la cour royale. Devant leur incapacité à soigner le fils du roi, Euphranor, accablé d’une maladie mortelle, l’eunuque fit venir à la cour Matthieu qui sauva le prince. C’est ainsi que le roi et sa famille se convertirent favorisant ainsi la christianisation du pays. Matthieu resta dans le pays auprès du roi jusqu’à sa mort, où Hyrtaque lui succéda. Ce dernier voulut se marier à Iphigénie, une vierge consacrée au Christ et Matthieu s’y opposa fermement. C’est ainsi que le roi le fit tuer par un soldat qui lui ouvrit les entrailles avec une épée. Le corps fut transféré à Salerne où une basilique fut érigée sur son tombeau. Joseph Loth, historien, pense que les reliques de Matthieu auraient été transportées en Bretagne.

Concernant la mort de Matthieu, là encore, il existe de nombreuses versions. La Tradition apostolique d’Hippolyte de Rome (IIIe siècle) le fait mourir à Hiérapolis. Le Martyrologe hiéronymien le fait mourir en Perse, dans la ville Tarrium (ou Tarsium ou Tarseum, peut-être une confusion avec Tarse ?), et enfin Isidore de Séville (VIIe siècle) le fait mourir en Macédoine.

Comment expliquer ces différentes versions ? En fait, les légendes concernant saint Matthieu sont souvent confondues avec celles entourant saint Mathias et ces confusions se sont opérées très tôt dans la tradition manuscrite.

Saint Matthieu est fêté par l’Église catholique le 21 septembre et par l’Église orthodoxe le 16 novembre comme le saint patron des percepteurs, des comptables, des fiscalistes, des agents de douane et des banquiers.

 

 

La personnalité de saint Matthieu

Sculpture de saint Matthieu à Saint Jean de Latian (Rome).

 

L’on sait que dès que Jésus l’appelle à le suivre, Matthieu a laissé ses registres de collecteur et l’a suivi avec joie et entrain. Il ne s’est pas posé de questions. Il devait tout quitter pour suivre le Seigneur. D’ailleurs, de suite après cet évènement où il suit Jésus, pour fêter sa conversion, il invite ses amis à dîner.

Matthieu était un fonctionnaire méticuleux qui tenait ses registres avec soin. En tant qu’apôtre, il relève tout aussi minutieusement toutes les paroles prononcées par le Christ dans un cahier. Pourtant, ces écrits ont longtemps été méprisés par les scribes.

Après la Pentecôte, il reçoit le territoire de l’Éthiopie à évangéliser.

Aujourd’hui, saint Matthieu est très présent dans la Tradition. Les agents des douanes sont décorés le 21 septembre, date de sa commémoration. Lors de cet évènement, il y a une remise de médailles. À Namur, les comptables et les fiscalistes organisent un grand banquer tous les quatrièmes vendredis de septembre en l’honneur de saint Matthieu.

Saint Matthieu, nous montre, dans son Évangile, que Jésus, tout en étant le fils divin de Dieu, est le fils terrestre de Joseph, fils de David, fils d’Abraham et que c’est Lui qui porte à son terme l’Ancienne Alliance.

Matthieu est témoin de la Cène et de la mort de Jésus sur la croix, ainsi que de sa Résurrection au matin de Pâques. Ayant gardé une trace écrite des Paroles de Jésus, c’est certainement Matthieu qui nous les a rendues le plus fidèlement.

 

 

Pourquoi prier saint Matthieu

Saint Matthieu est prié pour tous les problèmes liés à l’argent, pour nous aider lorsque nous rencontrons une difficulté financière. Mais pas seulement, puisque l’on peut le prier pour obtenir la sagesse, pour nous aider à comprendre les messages de l’Esprit saint, pour réussir nos examens et, enfin, pour repousser les tentations liées au péché de la luxure.

 

Marie d’Ange

 

Pour aller plus loin

Étiqueté , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Halte au plagiat
%d blogueurs aiment cette page :