Le mythe du Père Fouettard

Pour clôturer l’année et pour vous souhaiter un joyeux Noël, je vous propose de découvrir un personnage mythique de Noël, un personnage sombre qui accompagne le Saint-Nicolas dans ses déplacements et qui fait partie du folklore de certaines régions du monde, j’ai nommé le Père Fouettard. Appelé Père La Pouque en Normandie, Hans Trapp en Alsace, Rubelz en Lorraine, Hanscrouf à Liège ou encore Hans Muff en Belgique, le Père Fouettard annonce Noël et, en compagnie du Saint-Nicolas distribue des bonbons aux enfants sages ou des coups de martinet aux vilains garnements.

 

 

Tour d’horizon

 

Le Père Fouettard fait partie du folklore local. Il accompagne le Saint-Nicolas, le Saint Patron des écoliers, fêté le 5 décembre. Le Père Fouettard, contrairement au Saint-Nicolas, distribue des coups de martinet aux enfants qui n’ont pas été sages.

Dans certaines localités, les coups de martinet sont remplacés par du charbon ou de la betterave à sucre.

En gros, les enfants qui n’ont pas été sages reçoivent, au lieu des cadeaux et des bonbons distribués par Saint-Nicolas, des coups de martinet, du charbon ou de la betterave à sucre.

On connait le Père Fouettard sous différents noms : le Père La Pouque en Normandie, Hans Trapp en Alsace, Rubelz ou Ruppknecht en Lorraine, Hanscrouf à Liège, Hans Muff à Liège, Houseker au Luxembourg… Son rôle, qui est de faire peur et de réprimander les enfants pas sages, reste toujours le même d’une région à l’autre.

 

 

Sa représentation

 

 

La représentation du Père Fouettard connaît plusieurs variantes en fonction des pays et des régions où la tradition existe encore. Traditionnellement, il est représenté comme un personnage repoussant et méchant, habillé de noir, couvert de fourrure, avec une longue barbe grisâtre, le visage sombre et les cheveux hirsutes. Il porte un fouet ou un martinet ou des branchages, instrument qui lui permet de menacer les enfants désobéissants ou ceux qui rechignent à réciter leurs prières.

Généralement, lorsqu’il arrive, le Père Fouettard fait beaucoup de bruit pour effrayer les enfants. Soit il fait claquer son fouet, soit il fait sonner des cloches ou des grelots, soit il tire des chaînes. Avec ses sabots, il fait racler ses pieds sur le sol pour se déplacer.

La légende veut que ces enfants soient emportés avec lui dans une hotte ou un grand sac de jute.

Le Père Fouettard apparaît aux côtés de Saint-Nicolas, le 5 décembre.

 

 

Le mythe Alsacien

 

 

Selon la légende, c’est en 1737, dans le Comté de Hanau-Lichtenberg, que le Père Fouettard apparaît pour la première fois. Elle s’est construite autour de l’histoire du Maréchal Jean de Dratt, une brute sanguinaire qui terrorisait la population. De son château de Berwartstein, près de Wissembourg, le Maréchal pillait et rançonnait les voyageurs et les paysans.

Il aurait laissé dans la région un tel souvenir qu’il serait devenu le Père Fouettard.

Pour d’autres, les Père Fouettard viendrait du mot trappen, qui vient du bruit de ses pas, bruit qu’il fait pour chasser les esprits. Donc, le Père Fouettard aurait la tache de chasser les mauvais esprits avant la venue de Noël.

Dans la tradition alsacienne, le Père Fouettard est appelé Hans Trapp. Il accompagne Saint Nicolas et le Christkindel lors de la tournée du soir du 5 décembre. Hans Trapp joue le rôle du méchant, Saint Nicolas est le protecteur des enfants et le Christkindel est un personnage plein de bonté qui distribue des présents et qui annonce Noël.

Albert Jules Hoches, écrivain et journaliste né en 1858 et mort en 1926, a écrit, à propos du Père Fouettard, qu’il incarnait Lucifer, le délégué du Diable ou un croque-mitaine biblique et que son rôle est de menacer les enfants qui ne tiennent pas leurs promesses faites au Christkindel.

À Wissembourg, le défilé du Hans Trapp se passe chaque année le soir du 4e dimanche de l’Avent. Ce défilé est suivi d’une procession de moines suivie de la population. Hans Trapp apparaît juché sur un cheval, en compagnie d’autres cavaliers et en faisant un maximum de bruit.

 

 

Le mythe en Lorraine

 

 

Selon la légende lorraine, le Père Fouettard serait né à Metz en 1552 pendant le siège de la ville par l’armée de Charles Quint. À cette époque, les Messins avaient fait une procession avec un mannequin à l’effigie de l’empereur à travers les rues avant de le brûler. Certains historiens pensent que ce mannequin pourrait être à l’origine de la légende.

    « Une des légendes raconte que le père Fouettard est né à Metz en 1552, lors du siège de la ville par les troupes de Charles Quint. Pour donner du courage aux habitants assiégés, la corporation des tanneurs invente un personnage grotesque, armé d’un fouet, qui poursuit jouvencelles et damoiseaux. L’année suivante, Metz est libérée. Le personnage au fouet est ressuscité. Son passage coïncide avec celui de saint Nicolas. Sa caricature restera dans les esprits sous l’appellation de père Fouettard, un tanneur de fesses, accompagnateur de saint Nicolas, un distributeur de cadeaux. »

Dans d’autres pays

 

 

Le nom et les caractéristiques de l’acolyte de saint Nicolas peuvent varier selon les régions ou les pays :

    Dans les régions alpines, en Bavière et en Autriche, son acolyte se nomme Krampus.

    En Allemagne, il est nommé Ruprecht ou Knecht Ruprecht et, au Luxembourg, Houseker ;

    À Fribourg, en Suisse romande, Saint-Nicolas a son cortège le premier samedi de décembre monté sur son âne et accompagné du Père Fouettard ;

    En Suisse alémanique, saint Nicolas est entouré de plusieurs pères Fouettard, appelés Schmutzli en suisse allemand ;

    En Belgique saint Nicolas est accompagné du père Fouettard ;

    Aux Pays-Bas, Saint Nicolas est accompagné du Zwarte Piet, qui se rend dans les écoles et distribue des sucreries aux enfants. Jusqu’en 2013, Zwarte Piet était coiffé d’une perruque crépue et avait le visage teint en noir, mais cette pratique a été jugée raciste par un tribunal en juillet 20148 ;

    Au Brésil en Guabiruba, il est nommé Pelznickel

    Dans le sud-ouest de l’Allemagne, il est accompagné de Belsnickel ;

    En Rhénanie et en Silésie, Pelzbock ;

    En Pologne, Ryszard Pospiech…

 

 

Qui est Saint-Nicolas

 

 

Nicolas de Myre ou Nicolas de Bari, plus communément connu sous le nom de Saint-Nicolas, est né à Patare, en Lycie, autour des années 270 et mort à Myre en 345. C’est un évêque de Myre réputé pour sa charité et sa foi combative.

Canonisé, il a été proclamé protecteur de nombreuses nations, de nombreux corps de métiers et des écoliers.

Fêté le 6 décembre dans plusieurs pays européens du Nord et de l’Est (notamment Belgique, Pays-Bas, Allemagne), il distribue des cadeaux à tous les enfants sages. Il est accompagné du Père Fouettard, qui lui distribue des coups de fouet aux enfants qui n’ont pas été sages.

On voit cette tradition dans de nombreux pays, dont les Pays-Bas, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne, la Russie, l’Autriche, l’Italie, la Croatie, la Slovanie, la Hongrie, la Pologne, la République Tchèque, la Lituanie, la Roumanie, la Bulgarie, le Royaume-Uni, l’Ukraine, la Slovaquie, la Serbie, la Grèce, la Chypre, la Suisse et dans certaines régions du nord de la France, dont la Lorraine et l’Alsace.

Dans certains pays, cette célébration, avec la distribution de cadeaux ou de friandises, se substitue parfois à celle du Père Noël.

 

Cet article clôture l’année 2018 pour le blog et me permet de vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année, un joyeux Noël et pleins de bonnes choses pour l’année 2019. Étant d’origine lorraine, j’ai vécu toute mon enfance avec le Saint-Nicolas et le Père Fouettard, j’ai assisté à de nombreuses processions et j’espère du fond du cœur que cette tradition perdurera encore longtemps. Enfant, j’attendais le 6 décembre avec impatience pour avoir des bonbons, car oui, chers lecteurs, j’ai toujours été une enfant sage…

Marie d’Ange

 

Étiqueté , ,

2 commentaires sur “Le mythe du Père Fouettard

  1. Bonjour pour un prochain article est ce que vous pourriez parler des réseaux pedo sataniques
    Et des reportages qui en parle comme viol d’enfants la fin du silence d’Élise Lucet
    Le réseau pédophile d’Angers
    S’il vous plaît

    1. Bonjour,
      Écrire un tel article est difficile, car il faut avoir accès à toutes les sources. Je vais regarder ce que je peux faire, en sachant que si la justice met son véto et interdit une telle enquête, rien ne pourra se faire car l’article sera automatiquement censuré (cela m’est déjà arrivé) avec, en prime, des ennuis judiciaires.
      Merci de votre compréhension.
      Marie d’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :